GÂCHIS REYNOLDS

Suppression des 256 postes de production sur le site de l'usine Reynolds de Valence qui fabriquait les stylos REYNOLDS (filiale du groupe Newell Rubbermaid). Ce blog tient une chronique, depuis Septembre 2005, des évolutions constatées dans la société, de la fermeture de l'usine et de l'après.

Pour surfer, utilisez Firefox, un bon navigateur libre !

Powered by Blogger

x visites depuis le 27/10/2005

Fil de news. Lien copier-coller dans votre lecteur de news.

31 janvier, 2007

Bugs.

Pour les personnes qui ont le choix entre préretraite maison et licenciement et ceux qui ne croient pas suffisamment à l'avenir de Reynolds pour y rester, c'est le dernier jour pour décider. Je constate qu'il y a eu pas mal de cafouillage dans cette procédure, du fait notamment du manque de moyens sur place. Cela a été dit et répété lors du dernier CE. Néanmoins, le bureau de la DRH ne désempli pas. Comme les salariés sont éparpillés, il est difficile de faire une information unique. Aussi, il n'y a pas d'autre solution que de répéter les mêmes choses à des personnes prises individuellement ou par petits groupes. Avec tout ce que cela comporte de risque d'erreurs.
Les bureaux d'Altedia seront désormais au parc de Lautagne à partir de demain. Demain aussi, première réunion de la commission relative au suivi des demandes de formation.
L'équipe de déménageurs est sur le site, et le déplacement de certaines machines (stylos bille) a commencé.
Juste histoire d'attirer peu l'attention des politiques sur un (autre !) problème important. Ça les changera, et nous aussi.

Le 1er février 2007, dans toute la France :

Participez à la plus grande mobilisation des citoyens contre le Changement Climatique ! L'Alliance pour la Planète (groupement national d'associations environnementales) lance un appel simple à tous les citoyens, 5 minutes de répit pour la planète :


Tout le monde éteint ses veilles et lumières le 1er février 2007 entre 19h55 et 20h00.

Il ne s'agit pas d'économiser 5 minutes d'électricité uniquement ce jour-là, mais d'attirer l'attention des citoyens, des médias et des décideurs sur le gaspillage d'énergie et l'urgence de passer à l'action! 5 minutes de répit pour la planète : ça ne prend pas longtemps, ça ne coûte rien, et ça montrera aux candidats à la Présidentielle que le changement climatique est un sujet qui doit peser dans le débat politique. Pourquoi le 1er février ? Ce jour là sortira, à Paris, le nouveau rapport du groupe d'experts climatiques des Nations Unies. Cet événement aura lieu en France : il ne faut pas laisser passer cette occasion de braquer les projecteurs sur l'urgence de la situation climatique mondiale. Si nous y participons tous, cette action aura un réel poids médiatique et politique, moins de trois mois avant l'élection présidentielle! Faites circuler au maximum cet appel autour de vous et dans tous vos réseaux ! Faites-le aussi apparaître sur votre site Internet et dans vos newsletters.



Libellés :


posté par DiogenePasCynique le 31.1.07. Lien vers ce billet

14 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

29 janvier, 2007

Droit de réponse de M Danet.

Comme je m'y suis engagé, je publie le droit de réponse de M Danet. J'aimerais, quoiqu'on en pense, qu'il n'y ait pas que des loups qui hurlent ensembles dans les commentaires SVP.


Aux salariés de Reynolds.
Certains s’amusent à piocher dans mon passé.
Que les petits thuriféraires de Trosky utilisent la délation publique pour asseoir leur pouvoir.
Cela a toujours été et cela les a toujours marginalisés. Ils peuvent continuer. Ceci n’aura aucune incidence sur la suite des événements. Leur idéologie est morte.
D’autre part, je ne reproche pas à ces personnes d’avoir du temps à perdre, ni même de déduire de leurs recherches des conclusions hâtives et, certes, un peu caricaturales. J’ai l’habitude de ce genre de manipulations et de compilations. Laissons les extrapoler.
Sur le fond, les faits sont tout à fait exacts et ils ne sont qu’un aperçu limité de ma vie. J’ai passé ma jeunesse à lutter contre le communisme et ses avatars, j’en suis fier. L’histoire m’a donné raison et le Mur de Berlin est tombé.
Revenons aux faits qui nous intéressent.
Mr MC est un salarié estimé de tous pour ces compétences. Ce n’est pas un voleur. C’est simplement un homme de conviction qui a force de répéter que l’outil de travail appartient aux salariés a fini par croire à ce dogme. Il s’est auto-intoxiqué par sa propre propagande. Trop sûr de lui, il a agi sans réflexion et sans précaution. Il y a de la naïveté dans sa démarche.
Je ne me fais pas d’inquiétude. Pour lui, tout va finir par s’arranger (amnistie et négociations) et franchement je souhaite cette issue..
Une des missions qui m’était impartie était de stopper la vague de vol d’ordinateur dans l’entreprise. J’ai agi. Manque de chance : le premier a pâtir de ma démarche fut Mercier. Cela aurait pu tomber sur un autre. Il n’était pas question de laisser la situation se dégrader.
Quand aux circonstances de son interception sur la parking en face du local du CE , la version que donnent certains délégués me fait bien rire. Il est vrai que je ne me suis pas laissé faire quand certains ont essayé de m’enlever l’objet du délit des bras.
Je remercie, aussi, certains salariés et délégués de m’avoir insulté copieusement sur le site et au commissariat central de Valence et d’avoir fait pression sur la direction pour que je quitte le site immédiatement. Je suis parti, c’est la règle. De toute façon, j’ai plusieurs cordes à mon arc et sachez que je n’ai aucune rancune vis-à-vis de ceux qui sont allés pleurer (sans aucune pudeur) auprès de la direction.
Franchement, mon but ce n’était pas de nuire aux délégués ni même de les faire tomber de leur piédestal.
Je n’ai rien contre eux. Au contraire, dans des circonstances difficiles, j’ai toujours dialogué avec eux pour résoudre les problèmes et éviter que la situation se délite dangereusement dans l’entreprise. Mais dans cette affaire, les délégués et la direction se sont crus au théâtre. Chacun a joué son mauvais rôle. Les procédures, les décrets et la loi ont tué le dialogue social dans ce pays. Tout devient affrontement.
Sinon je souhaite bonne chance à tous les salariés de Reynolds. J’espère que leurs démarches pour retrouver une vie active seront couronnées de succès. Je sais que se remettre en cause est difficile. Mais c’est la vie et il ne faut pas avoir peur de l’affronter.

Cordialement

Olivier Danet.

Libellés : , ,


posté par DiogenePasCynique le 29.1.07. Lien vers ce billet

6 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

Atlantisme et antilibéralisme.

J'ai écris ce qui suit avant de lire les commentaires pour et contre les délégués. J'imagine que j'y reviendrai, mais à froid (ben oui, j'ai pas regardé le blog du week-end !). Une vague impression revient pourtant, le sacage de yeucou, mais il faut affiner la réflexion !

Le Journal Standard du 22 janvier 2007 livre encore une opinion sur les salaires des PDG et évoque Joe Galli. Il l'avait déjà fait il y a quelques mois (voir L'Amérique s'inquiète.)

Éditorial de J-S : Le temps de légiférer sur les salaires des PDG.

La question : Le dédommagement des PDG.

Notre point de vue : des salaires sans commune mesure avec ceux des travailleurs américains.

Qu'est-ce qui est important pour l'Amérique ? Est-ce d'enrichir quelques uns ou de permettre au plus grand nombre de vivre au delà du seuil de pauvreté ?
Elles sont cruciales, ces questions urgentes qui se posent aujourd'hui, avec des payes des PDG qui s'élèvent vers la stratosphère, des salaires stagnant ou en baisse pour la classe moyenne américaine, et des propriétaires à double revenus ayant du mal à joindre les deux bouts
[stretched to the brink, pas sûr de la traduction ! NDT], désormais la norme. La sécurité de l'emploi, comme les parents au foyer, est un autre luxe du passé.

Alors que la différence entre les riches et les pauvres dans ce pays s'est élargie à un degrés qu'on avait plus vu depuis les barons voleurs du début du 20eme siècle, les investisseurs de Wall Street s'en vont avec des primes record se chiffrant en milliards en 2006.

Le dernier exemple de largesse pour PDG est Home Depot, dont le PDG Robert Nardelli est parti avec une enveloppe de rupture de 210 millions de $, plus les 60 millions de $ qu'il a ratissé durant ses années de mauvaises performances.

La paye des PDG a été hors d'atteinte quand des PDG qui réussissaient gagnaient des chèques énormes. Maintenant même ceux qui ont de mauvaises performances – ceux qui n'ont pas réussi à augmenter le prix de l'action – deviennent de plus en plus riche, même quand ils taillent dans les emplois américains.
Notre exemple favoris de PDG devenu déchaîné, coupe près de l'os. L'histoire du PDG de Newell, Joe Galli, qui devient riche en précipitant le groupe au sol et hors de Freeport.
« Galli mis d'autant plus en colère les salariés quand ses manières avares s'arrêtèrent pile à son propre compte de dépenses. » disions-nous dans un éditorial de 2005. « Ses habitudes de gestion d'entreprise ont été fréquemment critiquées par les salariés et beaucoup se sont interrogés sur sa décision de sponsoriser le NASCAR à hauteur de 20 millions de $ ... Les communauté dans lesquelles Newell et Rubbermaid se sont développées – Freeport et Wooster, Ohio – subirent les derniers outrages. La direction du groupe déménagea de Freeport et des usines furent fermées à Wooster, la ville qui a grandi autour de Rubbermaid ... Le cour de grâce fut lorsque ce type rationalisa toute cette souffrance en disant « la seule chose qui compte, c'est atteindre les chiffres »qui ne le furent pas. Il rendit fier son groupe en étant nommé dans la liste de Business Week des plus mauvais gestionnaire de l'année 2003 après que l'action ai perdu 25 % cette année-là. »
Est-ce que les PDG sont trop payés ? Est-ce que l'Amérique est encore une terre d'opportunité ?
Au minimum, cette discussion a du retard en Amérique, et aux couloirs du Congrés de se poser à eux-même ces questions.

Encore une fois, ne confondons pas l'Amérique et les américains. Visiblement, ça n'a pas dû être drôle non plus pour certains d'entre eux à Freeport, Wooster ou ailleurs. Au moins une partie de l'Amérique subit aussi ce que nous subissons ici et il y a, dans certains états du nord, des friches industrielles, et c'est rien de le dire. Des villes entières, mortes ou moribondes, des populations paupérisé, désespérées. C'est préoccupant, d'autant plus que nous avons en France un ministre-candidat qui lorgne vers un projet de société assez voisin. Outre que pour sa campagne il utilise les moyens de l'Etat, ce qui dans le privé lui vaudrait rien de moins qu'une accusation et une condamnation pour abus de biens sociaux, monsieur Sarkozy se propose de toiletter, d'adapter le droit du travail (en clair, déchirer, déchiqueter, tailler dans le vif). En effet, M Sarkozy, qui lors d'une rencontre avec des représentant de PME le 24/01/07 a dit « Le CNE est un progrès, il ne faut pas y toucher », propose rien de moins que de s'inspirer de ce dispositif pour créer un contrat de travail unique s'il est élu. Un grand bond en arrière vers le 19eme siècle ! On lira attentivement cet article de Gérard Filoche (un inspecteur du travail de sensibilité socialiste). Ce que propose Sarkozy, c'est, pour tous les salariés, la précarité à vie, des rapports totalement déséquilibrés entre employés et employeur, pour tout dire, une forme de domination inacceptable dans un pays démocratique, ou se voulant comme tel. Outre que, économiquement c'est une imbécillité (comment créer de la croissance sans confiance en l'avenir ?), ce serait un désastre pour la société toute entière. Il serait préférable que M Sarkozy cesse déjà, de détourner les moyens de l'Etat à des fins électorales, consente enfin à ce que la loi (SRU, minimum de logements sociaux dans une ville) soit enfin respectée à Neuilly (son fief), s'arrête d'intervenir dans les organes de presse et d'édition (Paris Match, un rédacteur en chef contraint de partir, un livre sur sa femme au pilon, sur ses interventions), bref, cesse de se comporter en racaille et laisse un peu la France tranquille. Peut-être qu'il a besoin d'elle, mais elle, elle doit se passer de lui. Ah oui, il faudra aussi qu'il apprenne à compter les voix mieux que les militants (ici, on constate que déjà à l'UMP, 100 000 militants ou 25 000, c'est pareil !) !

A ce propos, le lundi 29 janvier 2007, le collectif antilibéral de Valence se réunira à la Maison des Syndicat (quartier Fonbarlettes) à 18:00. Il s'agit d'être suffisamment nombreux pour contrer l'influence des partisans de Marie-Georges Buffet. C'est à ce seul prix que l'on peut effectivement espérer que la gauche antilibérale se présente unie aux présidentielles. Toutes les voix comptent. Donc, c'est bien d'y être, d'accord ?

Enfin, un film, l'Étoile Imaginaire, de Sergio Castenito, dans les salles depuis mercredi dernier, nous parlera sans doute (ça se passe entre l'Italie et la Chine ...).


Libellés : , ,


posté par DiogenePasCynique le 29.1.07. Lien vers ce billet

7 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

25 janvier, 2007

Pas toujours les mêmes !

C'est vrai, quoi, à longueur de blog ici, on critique les patrons et leurs actionnaires ! C'est pas bien, pas toujours les mêmes, c'est trop facile ! Il existe en France, une catégorie de la population vers qui, chaque année, ce sont des dizaines des milliards d'aide publique de l'Etat (je ne parle pas des régions !) qui sont distribuées. Ces aides de l'Etat on représentés pour l'année 2005, 57 milliard d'euros. Comme on ne se refait pas (La France a une réputation à soutenir !), les dispositifs par lesquels on peut se procurer ses aides sont multiples et complexes. Pas moins de 6000 ! Pour se faire un idée, les budgets en jeu sont énOrmes ! Plus que l'éducation, environ deux fois la défense ou la presque totalité des dépenses hospitalières ! Selon les règles du jeu Européennes, ces aides ne devraient pas excéder 10 milliards d'euros. Tout ça représente environ 4 % du PIB. Vu le nombre de personnes qui payent l'impôt sur le revenu (50 % des foyers fiscaux), ou même sur la fortune (1 % des rentrées fiscales !), c'est surtout des entrées type TVA et TIPP qui financent, donc la plupart d'entre nous ! Alors vous vous demandez qui peuvent bien être les heureux bénéficiaires de ces aides ! Les profs ? les fonctionnaires ? Les paysans ? Les SDF (non là, je blague !), les politiques ? Qui donc peut représenter un population assez nombreuse et assez dans le besoin pour justifier de telles dépenses ? Les chômeurs me direz-vous ! Pas loin ! C'est juste en face, c'est les entreprises ! (lire, une fois n'est pas coutume, l'article du Figaro d'Anne Rovan, publié le 24 janvier 2007 !)

Alors qu'aujourd'hui, le MEDEF fait sa grand messe (5000 patrons au même endroit !) à Bercy, avec l'idée de fustiger ses satanées 35 heures, et les trop de charges par-ci, les pas assez flexibles par-là, il est bon de rappeler quelques chiffres ! (Lire l'article de l'Huma).

Ben finalement si, c'est des fois un peu toujours les mêmes ...

Libellés :


posté par DiogenePasCynique le 25.1.07. Lien vers ce billet

21 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

24 janvier, 2007

D'étranges coïncidences.

M Danet a été durant quelques mois un des responsables du dispositif de sécurité initié par M Di Vincenzo lors du début des événements survenus sur le site de Reynolds depuis juin 2006. Sa mission a été interrompue prématurément le 12/12/2006, suite à l'affaire CM et ses à-coté ! Néanmoins, son attitude nous a conduit à essayer de regrouper des informations sur lui. Je tiens avant tout à préciser que, plus qu'une intime conviction, j'ai une certitude née des éléments ci-dessous et de diverses discussions. M Danet dispose cependant d'un droit de réponse qu'il peut utiliser dans les conditions usuelles des organes de presse ( un texte de 800 mots maximum en l'occurrence). Pour cela, un e-mail à sansconcessionsNOSPAM@gmail.com (enlevez NOSPAM de l'adresse, ça sert ici à éviter les spams !), un moyen de vérifier qu'il s'agit bien de la bonne personne, et je m'engage à le publier ici-même intégralement.


Avant de devenir consultant sur les questions de sécurité, M Danet a pu développer des convictions, puis des compétences dans des environnements appropriés. Fils d'un notable de Rouen (dentiste et élu de la droite modérée), il s'illustre dans les années 70 (mars 76) dans l'attaque de militants d'extrême gauche, rue du Gros-Horloge à Rouen, alors qu'il militait lui-même dans le Front de la Jeunesse (organisation d'extrême droite). Il aussi milité au PFN (partis des forces nouvelles, extrême-droite) En 1981, à 27 ans, alors que les forces de l'ordre enquêtent sur un trafic d'armes entre la France et la Belgique, 9 armes de poings et 300 cartouches sont saisies à son domicile. Ce trafic n'étais pas vraiment une filière terroriste, plutôt à destination de l'extrême droite et de collectionneurs. Il fera un séjour en prison pour cette affaire. On retrouve aussi la trace de M Danet au Liban, où il est mercenaire aux cotés de phalangistes. Puis en Rhodésie et aux cotés de Bob Denard, pour les coups d'état au Benin et aux Comores. Il sera recherché (et non accusé, je précise) dans le cadre de l’attentat de la gare de Bologne (Italie) qui fit 85 morts en août 1980. Enfin, il aurait travaillé pour OST, une société de sécurité qui encadrait les déplacements du candidat Balladur en 1995 (il aurait même aidé Giscard lors d'une autre campagne). Cette société s'est illustrée par une certaine fermeté, voire brutalité à cette occasion.

M Danet, au cours de sa carrière, a donc pu, vraisemblablement, développer compétences et contacts. Pourtant, il ne s'agit pas de clouer quelqu'un au pilori. Après tout, ne s'agit-t-il pas d'un bel exemple de la réinssertion d'un ex-détenu qu'on aimerait voir plus souvent dans les banlieues ou ailleurs ? Ce qui est préoccupant, c'est qu'un groupe comme Newell-Rubbermaid fasse appel à ce type de professionnel pour veiller à la sécurité d'une usine de stylos, restructurée certes, mais dont le personnel (presque 50 % de femmes !) n'a jamais eu d'attitude vraiment belliqueuse. Je ne crois pas aux complots, par contre, je constate des proximités historiques entre certains milieux. Que trafic d'armes, extrême-droite, attentat de Bologne soient connectés, et je dis Gladio réseau européen qui devait organiser une résistance (éventuellement active) à l'extension de l'influence communiste en Europe, sur fond de guerre froide et de forte activité des services US en Europe. La connexion entre mercenariat et extrême-droite reste, pour ce que j'en sais, classique. Les connexions entre services et entreprises US sont aussi, malheureusement classiques. Mais peut-être plus probablement et plus simplement, M Di Vincenzo a recruté près de chez lui, à moins bien sûr que M Danet ne reportait directement qu'à MM Heft et Gibson, auquel cas, les coïncidences sont effectivement troublantes. Enfin, pas de panique, les cartouches que nous faisions servent juste à écrire, aussi le plus commun est sans doute le plus probable, car cette industrie ne justifie pas de tels recours. Ne généralisons pas non plus dans la mesure où certains profils de consultants en sécurité savent faire preuve de plus de sang-froid et de modération.

Mes sources : source 1, source 2, source 3, source 4, source 5 et source 6 ainsi que des données de plaintes.

Ajouté le 29 janvier 2007, le lien vers le droit de réponse de M Danet.

Libellés : , ,


posté par DiogenePasCynique le 24.1.07. Lien vers ce billet

23 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

21 janvier, 2007

Ambiance.

Une ambiance bizarre dans l'usine en ce moment. Je ne rencontre pas beaucoup de monde qui croit à un futur pérenne de Reynolds, même parmi ceux dont le poste est conservé. Bien sûr, mon accès à l'info est sans doute biaisé par les convictions que j'affiche, et les croyants ne souhaitent peut être pas me confier leurs convictions. Je suis quand même porté à penser que la direction France, ou Europe, n'a pas une idée exacte du travail et des risques réels que représentent la mise en oeuvre de sa stratégie. On s'en aperçoit pour le transfert des machines et des moules ainsi que pour la gestion du personnel. Décider, en haut lieu, d'une action implique en effet une multitude de tâches (réunir les infos, contacter les gens, faire des synthèses, avertir des administrations, que sais-je encore) et, visiblement, les moyens nécessaires n'ont pas été anticipés correctement. Alors le temps manque et cela provoque des dysfonctionnements. Pour être tout à fait honnête, pour le transfert de la production, je m'en fiche (j'ai bazardé toutes mes actions du groupe, vu que je suis initié, héhé !).
Je constate néanmoins que les anglais qui ont pris en charge les quelques moules déjà partis ont eu des surprises. Qu'on ne se méprenne pas, il n'est pas question de sabotage, seulement, lorsqu'on rogne, depuis des années sur les frais de maintenance, il faut bien comprendre que, tôt ou tard, il y a un prix à payer. Prenons l'exemple d'un moule. Ce dernier contient, schématiquement, plusieurs empreintes, qui subissent toutes une usure au cours de son utilisation. Pour diverses raisons, au cours de l'exploitation de ce moule, on peut choisir (si on ne dispose pas de fonds suffisants pour la maintenance, par exemple) d'en condamner certaines au lieu de les réparer et de n'utiliser que les empreinte restantes. Outre que cela baisse évidement le rendement apparent du moule (moins de pièces par cycle de moulage), tout les calculs de rentabilité (lorsqu'on prévoit par exemple une délocalisation) fait sur une hypothèse de moule complet, sont faux bien-sûr. Donc les anglais sont surpris ! Des réparations imprévues et, j'imagine, des hypothèses de rentabilité à corriger.
Mais cette légèreté a aussi des conséquences sur le traitement des (futur ex) salariés. Par exemple, alors que chaque personne éligibles aux conditions de la préretraite devait recevoir une information personnalisée, notamment une simulation prenant en compte chaque cas, il apparaît que cette information n'a pas eu toute la précision souhaitée. Les représentant du personnel alerteront les services concernés. Cela est tout de même regrettable dans la mesure où les salariés concernés devront faire les choix avant le 1er février. D'autres retards aussi, visiblement dans l'envoi des recommandés demandant aux salariés de faire ou non le choix de partir. Je trouve que ces retards sont extrêmement dommageables et ajoutent encore, si c'était possible, à l'angoisse, née de l'incertitude, des salariés. Car s'il y a des retards dans l'information, les dates butoirs pour les décisions ne bougent pas elles. Par conséquent, les délais de réflexion sont raccourcis. Si j'osais (allez, je me lâche !) je dirais que ça mérite un dédommagement !
On m'a transmis une offre d'emploi sur Valence parue sur Monster. Je la livre, à titre exceptionnel (Offre d'emploi), mais je n'en relaierai aucun autre. Une proposition de site à ce sujet a été faite, il n'y a pas eu l'enthousiasme escompté et je ne peux, seul et bénévolement, assurer ce genre de service. La meilleure solution, c'est de transmettre au service du personnel et au cabinet Altédia. Ils sont là pour ça, sont payés pour ça.
Enfin, plus de 100 000 visites depuis le début ! J'ai aussi enlevé un commentaire (un spam assez salace visiblement !).

Libellés :


posté par DiogenePasCynique le 21.1.07. Lien vers ce billet

16 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

19 janvier, 2007

Du courrier d'ici et d'ailleurs.

Contrairement à ce qui était pressenti et pour respecter strictement la procédure légale (même si cela pourrait être perçu comme un provocation, ce n'en est as une), un lettre demandant aux salariés s'ils sont volontaires pour partir dans le cadre du plan social partira incessamment. Les propositions de reclassement n'arriveront qu'après et prendront en compte les postes éventuellement libérés par des volontaires au départ, qui pourront ainsi éviter (moyennant une petite adaptation ou une formation) à certains, non volontaire, d'être virés.
Enfin voici un soutient aussi inattendu que lointain, cela fait toujours plaisir. Merci camarade !

Salut,
Cher (e) s camarades du collectif de lutte des salarié (e)s Reynolds,
Je suis syndicaliste marocain. J'exprime ma solidarité entière avec tous et toutes les salarié(e)s de Reynolds en lutte contre la fermeture de leur entreprise. Et je condamne énergiquement cette fermeture illégale, cette fermeture illégale reflète le cynisme avec lequel sont traités les travailleurs de ce monde, autant dire comme des kleenex.
Je suis solidaire des salarié(e)s de Reynolds et de l’action de tous les travailleurs et les travailleuses en lutte qui dans les entreprises du privé se battent quotidiennement face à l’arbitraire patronal, pour la dignité des travailleuses et des travailleurs, quelque soit leur pays ou leur origine.
Je ne manquerais pas de m'investir dans le soutien à tous les salarié(e)s de Reynolds.
Par ailleurs nous relayerons auprès des syndicalistes UMT, militants de l'AMDH, syndiqués UMT, adhérents de l'AMDH, d'ATTAC-Maroc et des sympathisants et collègues d'autres ONG au Maroc un appel au boycott des produits Reynolds.

SIMO

Délégué du personnel, responsable syndical UMT (Union Marocaine du Travail)
et membre de l'AMDH (Association Marocaine des Droits Humains).
Le syndicat marocain l'UMT et l'AMDH en bref:
1-UMT:Union Marocaine du Travail, est une organisation syndicale marocaine fondée en 1955 à Casablanca avant l’indépendance du Maroc.
2-AMDH:Association Marocaine des Droits Humains, ONG constituée en 1979 par des cadres Marxistes-léninistes du Maroc, Reconnue d'utilité publique, Vouée à la défense et la promotion des droits humains au Maroc, affiliée à la FIDH.
Actuellement elle dispose de 67 sections locales et 8 sections régionales et compte 7.000 membres dont un millier de femmes.
www.amdh.org.ma


posté par DiogenePasCynique le 19.1.07. Lien vers ce billet

5 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

18 janvier, 2007

Sur le front de l'emploi.

Aujourd'hui, quelques délégués participent à une réunion avec le cabinet Altédia. En effet, ce cabinet tient à expliquer les dysfonctionnements dont il est parfois question. Rappelons que les locaux du plateau de Lautagne devaient être opérationnel cette semaine. Cela ne semble pas être le cas. Il est vrai que la procédure de licenciement a pris quelque retard, mais pas tant que ça. Il importe donc, pour qu'Altédia garde une certaine crédibilité, qu'il ne s'attache pas à expliquer que nous ne comprenons pas toute la démarche, mais qu'il reconnaisse la réalité des dysfonctionnements et propose des moyens d'y remédier. N'oublions pas l'objectif, 100 % de solutions identifiées pour les Reynolds. Je me permets aussi, mais peut être est-ce accessoire, de remarquer que la chef (ou directrice) du projet (je ne me rappelle plus son nom) arrivant au volant d'une rutilante Audi A8, bon ... Je sais qu'elle a gagné un contrat de plus de 900 000 €, mais je crois qu'il y a des choses que ne se font pas. Peut-être est-ce sans importance après tout ! Mais ne critiquons pas tout le temps, il faut reconnaître que beaucoup d'entretiens se passent bien, que des solutions commencent déjà à se profiler pour certains (formation, création d'entreprise, entretiens ...). Il y a donc du positif et j'espère qu'il y en aura de plus en plus.

Ce qui pourrait être sympa, c'est que les personnes qui ont déjà une solution (boulot, formation en vue d'un boulot, gagné au Loto ou mariage de coeur avec un riche et généreux médecin accro à son cabinet ...) expliquent cela gentiment, en quelques phrases. Ils posteraient un e-mail à sansconcessionsNOSPAM@gmail.com (enlevez NOSPAM de l'adresse, ça sert ici à éviter la pub vexante pour le viagra sur mon e-mail !). Je le mettrai ensuite sur le blog. Ils pourraient ainsi faire part de leur expérience, la partager, indiquer comment les Reynolds sont perçus etc.

Comme nous en a fort obligeamment informé un anonyme (prenez un pseudo, c'est quand même plus sympa !), le groupe des député(e)s communistes et républicains a rédigé une proposition de loi (proposition de loi n° 3559 tendant à lutter contre les délocalisations et favoriser l’emploi). Il s'agit de rendre sons sens à la cause économique d'un licenciement, de prendre en compte la totalité des conséquence de licenciement économique fautifs sur un territoire et de rééquilibrer les règles du jeu avec les pays à bas coût de main d'oeuvre. Mais rien ne vaut la lecture du texte ! J'espère que cela permettra d'ouvrir un vrai débat sur la question. Un débat qui serait bienvenu en ces temps de campagne électorale. Que ce groupe de parlementaires soit ici remercié, ainsi que l'anonyme informateur. Sur l'emploi, on constate que c'est pas toujours facile est que certains (pas tous bien sûr !) employeurs sont vraiment prêt à tout pour économiser quatre sous. Malheureusement dans ce cas, ils sont tombés sur un os, il semble ! Faire payer des employés par les assedics, c'est vraiment honteux, et pour le coup, cela dépasse (mais comment est-ce possible ?) mon entendement !

Sinon, les moules de 048 sont partis mardi derniers vers de nouvelles aventures.


Libellés : , , ,


posté par DiogenePasCynique le 18.1.07. Lien vers ce billet

11 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

16 janvier, 2007

Nous.

Alors voilà, je reçoit un coup de fil. « C'est le bordel les commentaires avec un compte blogger, j'arrive pas à me logger, je me mélange dans les mots de passe, ça fait ?!!@###!! ! ». Alors, qu'est ce que je fait, hein ? Je cède parce que c'est une bonne copine, voire une amie, je ré-ouvre discrètement les commentaires. Puis je me dis que la leçon est comprise, qu'il n'y aura plus de problèmes. Puis en même temps, je trouve que c'est un peu mort sans commentaire. Interdire, c'est pas mon truc, et filtrer, franchement, ça me gave. Faut des règles, s'y tenir, être sûr que c'est juste, ça prend du temps et ça pend la tête. Bref, je fait preuve au choix, de faiblesse, de connerie, d'humanité, de négligence etc. Et bien non. Il a encore fallu que je trouve un sale relent raciste dans les commentaires. Je ressens ça exactement comme si on déposait un étron devant ma porte, c'est pour moi la même chose. Je sais bien que telle n'était pas l'intention, mais c'est quand même l'effet que ça fait. Le peuple portugais a réussi à faire une révolution sans effusion de sang, et ça c'est plutôt fortiche. Et pourtant je laisse le commentaire, car visiblement, c'est ça aussi les Reynolds. C'est aussi ça Nous. J'espère que ça donnera à réfléchir. Je cite encore révolte.com, de Denis Robert ( page 93 à 95 de l'édition 2000 des Arènes, je vais avoir des problèmes de droit d'auteurs !) pour éclairer mon propos.

« Un livre au fond est un acte positif. Pas positif dans le sens bien ou moralement acceptable. Positif au sens statistique du terme. Un livre c'est toujours un livre de plus. C'est plus de travail pour les imprimeurs et les attachées de presse qui ont des enfants à nourrir. Un livre c'est un vestige du siècle finissant. C'est toujours une histoire toujours de la connaissance en plus. Même un manuel de boucherie. Même le petit livre rouge de Mao Tsé-tong qui est un manuel de boucherie. Il a écrit que chaque communiste devait assimiler l'idée selon laquelle le pouvoir était au bout du fusil. Et les communistes l'ont cru. [ ... ] Même les écris les plus illuminés du petit frère des peuples. Même les écris de nègres de Staline. Même Mein Kampf. Oui même Mein Kampf. Même les déviation les plus tordues de Céline. Même les thèses les plus abjectes de Faurisson. Je sais je suis en terrain miné. Je ne m'en fout pas je réfléchis. J'avance. Oui même ça. Même les livres des négationnistes les livres des falsificateurs ou des racistes de ceux qui disent qu'ils n'étaient pas aussi nombreux qui trafiquent les quantités de gaz. Oui même ça. Même ces machins qui ne sont des livres que parce qu'ils sont brochés et écrits qui sont des condensés d'horreur hystérique de contresens statistiques d'erreurs scientifiques qui prennent l'interprétation des faits pour les faits qui reposent sur des témoignages tronqués parcellaires. Tout cela est démontrable prouvable si tout cela est visible. Tout cela est humain aussi. L'homme est donc capable de faire mourir six millions de juifs puis cinquante ans plus tard de mettre en doute le chiffre et la manière de tuer. Tout cela nous fonde. Tout cela nous fonde à dire que tous les livres ont le droit d'exister pour une raison simple : parce qu'ils naissent de l'esprit humain. Parce que même les pires hommes ont le droit d'exister même les assassins d'enfants même les assassins de mes enfants. Parce que pour combattre il faut comprendre. Et pour comprendre il faut lire et ne pas interdire. Personne n'est obligé de lire. Personne. Au contraire l'interdit crée la rumeur qui fabrique le mensonge qui secrète le danger qui amène la mort. Sinon il faut en plus des livres tuer les hommes. Il faut être logique. Il faut devenir bourreau. Je suis sûr de peu de choses mais de cela oui je suis sûr. »

Je ne sais pas encore bien pour la fin, je ne suis pas tout à fait sûr, mais ça se tient et je n'ai pas d'arguments. Mais je sais que tous les commentaires, tous ces écris collectifs (environ 1400 depuis le début) cela parle de Nous en tant que collectivité. Toutes les émotions qui ont pu s'y exprimer, qui s'y expriment encore, la solidarité, la rancoeur, la haine, la tolérance, la tristesse, l'espoir, tout ça, c'est Nous. Alors je laisse en espérant que la présence de certains Nous fera penser plus que Nous déchirer.

Une précision concernant le billet précédent. Ce sont en réalité les blocs plume qui seront faits à Nantes, le montage et le moulage des autres pièces seraient faits en Tunisie.

Libellés :


posté par DiogenePasCynique le 16.1.07. Lien vers ce billet

18 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

15 janvier, 2007

Procédures.

Pour répondre au commentaire du 13/01/07, 06:54 sur le billet Santé, je continue le blog, mais avec une fréquence d'actualisation qui baissera sans doute, progressivement. En effet, comme la plupart des lecteurs Reynolds, j'ai un problème d'emploi et je dois consacrer un minimum de temps et d'énergie à retrouver une façon décente et socialement acceptable de gagner ma pitance ! Aussi, il y aura des infos, mais l'info officielle et complète se trouve toujours dans l'usine, aux RH et auprès des représentants du personnel. Je sais que ce n'est pas facile dans les conditions actuelles, mais je n'ai pas d'autres possibilités. Si parmi les salariés partant en pré-retraite, certains veulent s'investir un petit peu et alimenter le blog en nouvelles, ils peuvent me contacter aux conditions citées sur le billet En attendant (à la fin du texte). De toutes façons, ce blog évoluera au cours des mois à venir parce que la situation évoluera elle aussi, et s'il n'y a pas de relève, il cessera car son objet aura cessé d'exister ; c'est ainsi.

Mais il se passe quand même des choses dans l'usine ! Lors du dernier CE (vendredi 12/01/07), les PV ont été approuvés (moyennant quelques modifications mineures).

Les élus au CE ont pu apprendre que les lettres qui proposeront des postes de reclassement à l'intérieur du groupe partiront cette semaine. Ne soyez pas étonnés, il y aura beaucoup de postes à l'étranger. Plus qu'une réelle volonté, il s'agit d'une obligation légale. Aussi, dans un ballet parfaitement rodé, vous refuserez probablement la ou les proposition(s) qui vous seront faites et la suite de la procédure, (entretient et une autre lettre recommandée, ainsi que la proposition d'adhérer aux conditions de la cellule de reclassement) se poursuivra dans les semaines suivantes. On remarque au passage que la loi est un peu perverse. En effet, si techniquement on est licencié, on passe par une étape au cours de laquelle on est conduit à refuser des propositions de reclassement interne, ce qui, psychologiquement, ne doit pas être neutre. Parano comme je le suis, j'y vois une forme subtile de culpabilisation du futur chômeur que l'on met dans une situation où il est conduit à refuser une, voire plusieurs propositions, ce qui pourrait lui laisser croire qu'il est responsable de sa situation, ce qui est faux, bien entendu.

La liste des postes supprimés (et non des personnes) devrait être publiée prochainement. Mais là, je crois qu'il faudra faire le déplacement à l'usine pour en prendre connaissance !

Les candidats à la préretraite seront reçus par les services RH dans le courant de cette semaine. A ce propos, peut-être que certains réfléchissent encore au choix (préretraite / licenciement) qu'il devront faire (puisqu'ils l'ont !). J'aimerais qu'ils lisent cet article sur ActuChomage.org. Plus généralement, ce n'est pas une mauvaise idée que de surveiller ce site (on peut aussi s'inscrire à la newsletter). Pour une actualité sociale régulière je ne peux que vous conseiller le portail Rezo.net. Je ne doute pas de la bonne volonté des conseillers ANPE, mais la hiérarchie de cette administration semble soumise à une forte pression politique en ces temps pré-électoraux. Cela signifie que dans les rapports que nous pourront avoir avec ces services, il faudra bien comprendre que si leur but est de faire baisser les chiffres du chômage, cela n'implique pas automatiquement de vous trouver un boulot, car faire baisser les chiffres suppose d'abord et avant tout de faire sortir les chômeurs des statistiques, d'une manière ou d'une autre ! Trouver un boulot est une solution, mais pas la seule !

Pour ce qui concerne les machines, des moules vont partir cette semaine (pas la nuit cette fois et la date ne devrait pas être tenue secrète !) vers l'Angleterre afin d'y être vérifiés et éventuellement réparés. Ensuite ils s'en iront vers leurs destination, soit très probablement en Chine (peut-être que certain iront en Tunisie mais je ne suis pas certain d'avoir bien compris).

Six presses partiront finalement en Tunisie, mais on ne connaît pas encore la date. Concernant la délocalisation de la production des stylos-plume, qui devait aller directement en Tunisie, il y aura un passage vers Nantes auparavant, car il semble que la Tunisie ne soit pas prête à recevoir le bébé (malgré un logo de certification ISO 9002 du plus bel effet si on en croit le papier à entête !). Mais je sais que des esprits chagrins me diront que ça n'a rien à voir, c'est vrai, c'est juste pour écrire, mais pour une raison obscure, ça me fait sourire ! Il est donc probable qu'une grande partie de la production de stylo-plumes pour 2007 se fasse à Nantes (il s'agit rien moins que de sauver le business !). Plus généralement, le démontage des machines commencera la dernière semaine de Janvier. Les machines de conditionnement seront prises en charge par une société italienne tandis que les autres machines le seront par la société anglaise déjà citée. Concernant le déménagement des services vers des bureaux près de la Gare TGV, il y a un retard lié à la négociation du bail. Cela se fera probablement après le mois de mars.

La réindustrialisation maintenant. Cette procédure débutera d'une manière formelle le 25/01/07 à la préfecture, par une réunion assez protocolaire, comme les aime la République à ce niveau (signatures, etc.). Cette réunion-là sera précédée d'une autre réunion de préparation prévue cette semaine. Les salariés seront représentés dans cette assemblée.

Le travail du cabinet Altedia a été aussi évoqué lors de ce CE. Il semble que de petits problème de rendez-vous (annulés, plusieurs en même temps ...) se soient posés. Ce sont sans doute des petites difficultés liées au démarrage. Gageons que la barre sera redressée ...

Aujourd'hui, rendez-vous à 13:15, dans le calme, devant le palais de justice de Valence pour soutenir notre collègue.


Libellés : , ,


posté par DiogenePasCynique le 15.1.07. Lien vers ce billet

4 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

12 janvier, 2007

T'en voeux ?

CE aujourd'hui. Sur la mutuelle, un billet sur le forum indique qu'il ne s'agit que d'un retard.

Dans le Dauphiné Libéré du 10/01/07, une article sobrement titré « Les voeux du maire, Fière de son bilan » raconte par le menu l'allocution de Mme Balsan pour la nouvelle année. Je soupçonne le signataire de l'article de quelque malice dans le titre ! Je passerai sur l'éloge du chantier qu'est actuellement la ville. Elle parle donc de Rieter et de Reynolds. Je reste assez étonné de cette auto-célébration alors que concrètement, l'usine de Reynolds ferme, qu'à ma connaissance, les conditions de départs sont le résultats de négociation auxquelles elle n'a pas participé (et honnêtement, je doute fortement de l'éventualité de je ne sais quelle influence occulte !). Je peux dire que les discussions ont été rudes et que tout ce qui a été acquis l'a été de haute lutte, à tous points de vue. Reconnaissons à Mme Balsan de nous avoir prêté une salle pour que nos chers américains nous assurent de leur ferme volonté de fermer le site, ainsi qu'une salle pour les réunions d'information du cabinet Altedia. Elle dit aussi avoir oeuvré en liaison avec tous les acteurs, sauf qu'elle oublie les principaux intéressés, les salariés. On ne peut faire le bonheur des gens malgré eux. La moindre des choses, c'est de les tenir informés. Mais alors, peut être que son action est pour l'après, pour le reclassement et la réindustrialisation. Mais les contacts avec M Labaune n'ont pas été des plus satisfaisants (voir le billet Le marigot) à ce sujet. Quant aux gesticulations médiatiques, outre le marronnier que constitue cet article, l'article du Point, au mois d'octobre 2006 est un bon exemple de brosse à reluire à la limite de la désinformation, voire du mensonge par omission. Pour Rieter, s'ils ont réussi à obtenir un plan de reprise conforme à leurs voeux, c'est avant tout parce qu'ils ont mis une forte pression sur les collectivités dont parle Mme Balsan.

Dans ce même article sur les voeux, on apprend l'extension de la zone franche, qui ne manquera pas, dans quelques mois, de nous offrir des emplois, voire un salaire décent, soyons fous ! Petit rappel du principe de la zone franche. Des emplois exonérés de charges, et des subventions de l'état aux entreprises. Des emplois aidés donc, pour le bonheur de libéraux amateurs de marché libre (mais c'est mieux avec des subventions !). Et bien moi, ça me fait mal de filer une partie de mes impôts à des types qui vont me payer à coup de lance-pierres !

L'optimisme disait Candide, « c'est dire que tout va bien quand on est mal. ».

Enfin, un petit rappel que je pompe carrément sur le commentaire d'Ella !

Lundi 15 janvier à 13h30 un salarié de Reynolds est convoqué devant le tribunal de Valence. C'est à ce moment, comme le disait "Christel" dans un commentaire précédent, que la "famille" Reynolds doit se retrouver . Pour montrer que nous savons aussi être solidaire lorsque l'un des nôtres en a besoin. Et oui ! c'est tous pour un parce que personne ne peut jurer être à l'abri d'une erreur... je propose de nous retrouver à 13h15 dans le calme devant le tribunal de Valence avec nos tee shirts , évidemment. Et j'espère que nous serons très nombreux.

Libellés : , , ,


posté par DiogenePasCynique le 12.1.07. Lien vers ce billet

9 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

11 janvier, 2007

Santé.

Le sondage sur la santé des salariés entamé le mois dernier est en cours de traitement. Plus de 100 réponses enregistrées, et d'autres doivent encore arriver. Merci à notre infirmière et aussi à Rolland qui a effectué la tâche toujours ingrate de la saisie des données. Le traitement statistique va pouvoir commencer mais les chiffres définitifs ne pourront être livrés que lorsque le maximum de réponses seront revenues. Aussi, si vous n'avez pas encore rendu le votre, dépêchez-vous !

Mais la santé, c'est aussi des gros sous, notamment chez Novartis. Je relais donc une pétition contre l'attaque de ce groupe contre les médicaments génériques.

"Bonne année, bonne santé ?"

Rien n'est moins sûr pour les malades des pays pauvres. En effet, le laboratoire Novartis attaque la loi indienne qui permet à ce pays de produire et d'exporter des médicaments génériques, vitaux pour des millions de malades, à prix abordables. Mais la mobilisation de tous et de chacun peut éviter une catastrophe de santé publique. Pour que Novartis abandonne son procès.

Suivre ce lien pour signer !

Demain, CE avec à l'ordre du jour l'approbation de 8 PV ! De la lecture en perspective donc. De lecture encore avec un article du journal alternatif Plan B sur la robinetterie picarde dans la tourmente de la mondialisation. Ce même article évoque Newell Window Fashions, des (ex) collègues du groupe. Un autre article sur l'évolution des conditions de travail des salarié américains de Wal Mart (qui doit être, sauf erreur, le plus gros client de Newell Rubbermaid) et de Home Depot. Enfin, le toujours indispensable blog du Monolecte, et ses deux derniers billets Le précariat contre le salariat , une excellente analyse de ce qu'impliquent les contrats aidés et My secretary is rich sur le calcul de la valeur d'un travail ; rien à ajouter aux démonstrations (mettez vos ray-bans, c'est brillant !).

Libellés :


posté par DiogenePasCynique le 11.1.07. Lien vers ce billet

4 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

10 janvier, 2007

En attendant ...

Une forme étrange de reprise pour cette année, alors que certains salariés ont appris leur volontariat pour continuer à produire un peu, ou non par lettre recommandée ! Il était initialement prévu d'informer les salariés de se pointer le 4 janvier et là, on aviserait en fonction de la charge de travail restant et des possibilités. Finalement, il a fallu une réunion d'information improvisée par la direction au cours de laquelle le sens de volontaire a été légèrement tordu (une forme de volontaire désigné, ou supposé, apparemment pour la direction). Mettons cela sur le compte de la maladresse et d'une très grande charge de travail des services du personnel. On remarquera au passage qu'en cas de restructuration massive, il importe de muscler ces services, les affaires courantes et exceptionnelles s'accumulant alors.

Une cinquantaine de personnes continuent donc de produire. On peut avoir une opinion tranchée sur cela, mais j'imagine que chacun a des raisons plus ou moins conscientes d'agir de la sorte. Aussi, même si du point de vue de la lutte je le regrette, je crois pouvoir comprendre les comportements individuels. Je voudrais citer un passage du livre le sang nouveau est arrivé : L'horreur SDF (pages 66 à 68 de l'édition Gallimard de 2005) de Patrick Declerck.

La volonté n'existe pas. [ ...] La volonté n'existe pas. Spinoza le pensait. Schopenhauer le démontre élégamment (Arthur Schopenhauer, Essais sur le libre arbitre. Préface de Didier Raymond, Rivages, 1992). La volonté est un concept d'une circularité vide. Elle est, soit désir venu d'un ailleurs de la conscience, soit manifestation du caractère. Et Héraclite le disait déjà : « Le caractère de l'homme est son daimon ( en grec dans le texte !), son destin. Masque du désir ou masque du destin, la volonté n'existe pas. [ ...] Ce qui s'oppose à votre désir/volonté n'est rien d'autre qu'un désir plus puissant. Celui d'éviter la prison en renonçant à disposer ainsi de votre belle-soeur... [ ...] Ce que vous entendez par volonté, ce levier d'Archimède appuyé sur on ne sait quelle résistance, cette extériorité morale de l'ego, ce grave et besogneux cheval dans la locomotive, cette volonté là, vous dis-je, n'existe pas.

C'est regrettable, car avec elle s'envole l'assise ontologique de la culpabilité et donc de toute morale. Les prêtres sont bredouilles. Le droit de punir repose sur la possibilité du choix du mal, de la volonté négative, et du libre arbitre. Dieu n'a plus personne à damner, sinon lui même. Dieu va encore s'ennuyer ...

Il est donc difficile, et pour tout dire pas tellement rigoureux, de porter un jugement de valeur sur le fait de produire ou non.

Les machines, quant à elles devraient commencer à partir dans quelques semaines. Des déménageurs d'outre Manche sont passé se rendre compte du boulot, pendant qu'un Monsieur D.T, Responsable Qualité Et Lean Manufacturing, semble réunir des infos (et du personnel ?) pour opérer les transferts de la production vers la Chine.

En tous cas, le temps est désormais venu de penser au futur. Les entretiens relatifs au reclassement des salariés ont commencés et certains ont déjà des pistes sérieuses de travail, voire des contrat prêts à être signé !

Pendant ce temps, le ministère de l'emploi s'ingénie à rendre la tâche des inspecteurs du travail plus difficile, et perverti la mesure du temps de travail. On lira cet article à ce sujet. C'est extrêmement important et cela aura sans doute des répercussions quotidiennes si rien n'enraye le processus initié par M Larcher (une belle tête de vainqueur, ici aussi !), ministre du travail.

Pour les ouvriers, un rapport de la DARES pointe une aggravation des conditions de travail et d'horaires atypiques subis, alors que les autres populations laborieuses s'en sortent mieux. Lire cet article.

Nous apprenons dans cet autre article, que nous ne sommes pas les seul à souffrir de la gestion du groupe. Il y a un défaut de traduction, il doit s'agir de la ville de Desmoines. Je reprend aussi le lien laissé en commentaire (merci !) vers le blog de Lois Whitman. Le titre du billet (daté, cruelle ironie, du 11 septembre 2006 !), Dial 911 for Newell Rubbermaid, peut se traduire par appel d'urgence pour Newell Rubbermaid. A priori Mme Whitman n'a pas une très bonne opinion de Magnus Nicolin (directeur de Newell Rubbermaid Europe) et elle a peur pour la pérennité du business en Europe. Cette dame semble être dans les affaires depuis quelques temps et s'occupe d'une agence de Public Relation. Peut-être se trompe-t-elle, mais vu son pedigré, je pense que son opinion est étayée. Alors il se peut que la lutte ne s'arrête pas avec l'arrêt de l'usine de Valence, il faudra voter, et aussi, s'engager. J'ai aussi pensé au futur de ce blog. Dans quelques mois, il n'aura plus vraiment de raison d'être pour nous, les Reynolds, mais il reste d'autres sites en France (Malissard, Nantes et Paris) dont rien n'indique qu'ils soient pérennes. Aussi, si des salariés estiment que ce blog peut être utile pour d'éventuelles luttes à venir et qu'ils souhaitent reprendre le flambeau, je les invite à entrer en contact avec moi (c'est bien le diable si vous ne connaissez pas quelqu'un qui a ma confiance). Cela ne peut se faire que par cooptation. Aussi, le contact direct et téléphonique sera privilégié. Pour les aspects techniques (beaucoup plus simples qu'ils ne peuvent paraître !), j'assure la formation !


Alors que je relis le commentaire de RallumonsLesEtoiles, une fantaisie sur greensleaves (écouter ici) (feuilles vertes, une musique au mouvement lent comme les branches dans le vent ... ) passe à la radio, ça émotionne des trucs pareils ... J'espère que ça ira mieux pour toi.


Libellés : , ,


posté par DiogenePasCynique le 10.1.07. Lien vers ce billet

0 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

Recherche

Web Restructuration

Quelques liens sur le reclassement.

Cette section s'affiche au bas de toutes les pages du blog. elle propose une sélection de liens vers des sites qui peuvent être utiles.

La Base de données Altedia vous permet, si vous avez un compte (demander les codes à un conseiller Altedia, à l'antenne Altedia.) de vous connecter à une base de donnés contenant des offres d'emplois identifiées. D'autres sites pour laisser un CV ou chercher des offres d'emplois : ANPE, Monster, JobMeeters, Carrires On Line, RhoneAlpesjob, Pôle Local d'Orientation du Grand Valentinois. On peut aussi viser le soleil : DOM Emplois, Runion Job, DOM-TOM Jobs. Pour les plus motivés, l'emploi à l'étranger : Job center (Grande Bretagne), EURES - The European Job Mobility Portal. Pour les cadres et techniciens : Cadre Emploi. Emploi spécialisé et interim : ADECCO, Kelly Scientifique.

Des modèles (format Word) de CV : AllCV.

D'autres faons de travailler. Le portage salarial : ITG, Portage +. Ce type de statut permet d'être indépendant en conservant un statut de salarié. Idéal pour tester l'idée avant de se lancer. En indépendant : Freelance.Com. Les Sociétés Coopératives Ouvrières de Production (Scops) : Scop Entreprises. Chambre de commerce de la Drôme, Agence Pour la Cration d'Entreprise (APCE).

Les réseaux : Xing (Open BC), Viaduc - Viadeo.

Le chômage : ASSEDIC, Actu Chômage (un site militant d'actualité, à suivre !).

Si vous n'avez pas internet mais souhaitez quand même disposer gratuitement d'une adresse électronique (accessible de n'importe quel ordinateur, cellule Altedia, cyber-café etc.) : La Poste, Yahoo, Hotmail et GMail (sur invitations ).

Des outils libres et gratuits : Navigateur internet Firefox, messagerie Thunderbird, suite bureautique Open Office, et tout le reste sur Framasoft. Vos applications libres et portables sur votre clef USB : Framakey, PortableApps.com.