GÂCHIS REYNOLDS

Suppression des 256 postes de production sur le site de l'usine Reynolds de Valence qui fabriquait les stylos REYNOLDS (filiale du groupe Newell Rubbermaid). Ce blog tient une chronique, depuis Septembre 2005, des évolutions constatées dans la société, de la fermeture de l'usine et de l'après.

Pour surfer, utilisez Firefox, un bon navigateur libre !

Powered by Blogger

x visites depuis le 27/10/2005

Fil de news. Lien copier-coller dans votre lecteur de news.

28 octobre, 2005

Plus c’est gros, mieux ça passe !

C’est vendredi, c’est RTT ; et c’est la joie quelque part ! Oui, parce que le chômage baisse voyez-vous. Le bon gouvernement, avec son bon ministre premier (comme les arts ?) a pris de bonne mesures qui produisent leurs résultats admirâbles. Ce n’est pas du à la campagne de radiation qui fait rage, c’est n’est pas du à l’évolution de la pyramide des âges (il est pourtant connu qu’un nombre significatif de travailleurs vont partir en retraite, et que cette population fera naturellement baisser la population de chômeur), ce n’est pas du à ceux et celles qui ne vont même pus s’inscrire (pour toucher quoi ?), ce n’est pas du à l’augmentation du nombre de RMIstes et encore moins aux contrôles accrus de ces « salauds de pauvres». A ce propos on lira cette lettre ouverte aussi poignante que lucide.


posté par DiogenePasCynique le 28.10.05. Lien vers ce billet

1 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

27 octobre, 2005

Le règle du jeu.

Comme beaucoup d’employés ont pris leur RTT ces jours-ci pour profiter de vacances familiales, l’activité est quelque peu ralentie. Aussi, j’ai un peu de temps pour penser à la qualité du blog, à sa crédibilité et la façon dont je peux garantir tout cela. Je peux donc m’engager sur les règles suivantes, destiné à assurer le plus de crédibilité possible sur ce site.

  • Toutes les informations présentes sur ce blog sont livrées de bonne foi. Il se peut malgré tout que des inexactitudes ou des imprécisions se glissent dans le texte. Tous les lecteurs sont autorisés à faire leurs commentaires ou apporter leurs précisions.
  • Les commentaires n’engagent que leurs auteurs.
  • Comme il existe une vie hors les blogs, Je ne peux en aucuns cas garantir une actualisation en temps réel. Aussi j’essaye de mettre en ligne les posts le plus rapidement possible, mais je me réserve le droit d’intervenir sur un post pendant les 10 jours qui suivent la date du post, ensuite, tout correctif fera l’objet d’une note dans un post ultérieur avec un renvoi vers le billet d’origine. Vous avez pu constater que je ne suis pas un crack de l’orthographe ni des conjugaisons, aussi, quelques bonnes relectures sont nécessaires ! Seul ce post fera exception à cette règle. Je me donne ainsi la possibilité de faire évoluer ce code. Chaque évolution sera datée, et si du texte est ôté, il sera rayé.
  • Ce blog n’a aucune prétention à l’objectivité. Par contre il prétend être honnête, c'est-à-dire ne pas véhiculer de mensonges en connaissance de cause. Je ne pense pas que la prétendue objectivité soit synonyme d’honnêteté. Cela supposerait en effet que des point de vue antagonistes on la même valeur morale. Ce n’est pas obligatoire. Aussi, j’ai un parti pris que j’assume.


posté par DiogenePasCynique le 27.10.05. Lien vers ce billet

0 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

24 octobre, 2005

Moi et les copains d'abord !

Revenons un peu sur Joe Gally. Notre ex-CEO (Chief Executive Officer, soit PDG) venait de la société de vente de livres en ligne Amazon.com. Ensuite, Denis Terrien (qui intervient dans les universités (pouf pouf !) d'été du MEDEF), a été embauché à la direction de Sanford (la division écriture de Newell Rubbermaid) Europe. Or, le petit Denis venait d'où-ça donc ? De la société de vente de livres en ligne Amazon.fr (division France de la précédente). Que fît Denis ensuite ? Il embaucha Georges Aoun qui venait d'une société de vente de livres en ligne, Amazon.fr, pour s'occuper du marketing et de la R&D (comme quoi, Polytechnique mène à tous !).


Ci-dessus, D.Terrien à l'université d'été du MEDEF en 2005 (cliquez, c'est (M)édifiant !).

Maintenant que Joe Galli est parti, la question légitime est ; que vont faire Denis et Georges, et si oui, quand ?

Libellés :


posté par DiogenePasCynique le 24.10.05. Lien vers ce billet

4 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

21 octobre, 2005

Hurlements en faveur de Sade

Hier avait lieu la réunion ordinaire du comité d'établissement (CE). Cette instance est présidée par M Hassid, et comme nous n'avons toujours pas de DRH sur le site, le DRH Sanford pour l'Europe du sud assurait la fonction. A priori, Il n'est pas question de chômage partiel cette année. En effet, il y en avait eu l'an passé et cela n'avait pas était bien vécu. Le personnel de la production (donc les moins payés) avaient particulièrement été touchés. Cela a été vécu comme une injustice dans la mesure où, les " victimes " n'y était absolument pour rien. M Hassid insiste sur le fait que la seule solution pour améliorer notre productivité et notre réactivité, c'est l'annualisation (voir 12 octobre 2005). Il n'empêche que la demande est en baisse et nos stocks sont (trop) élevés. Je ne sais comment cela va se terminer pour l'accord RTT que nous avions signé. On se retrouve encore avec un chantage à l'emploi en filigrane. Une entreprise Lyonnaise avait subit un tel chantage il y a 2 ans je crois. Bien que le CFDT locale ait plié, cela n'avait pas était très convaincant en terme d'emplois sauvegardés.
M Hassid a évoqué l'organisation notre production, qui, selon lui, était adapté à une situation de marché en croissance continue (on produit en " push ") alors que dans la situation actuelle il est préférable que la production soit tirée par la demande (en " pull " donc). Je dois convenir que cela semble effectivement logique. Mais cela signifie la dictature du client. On change de philosophie (enfin c'est ce qu'on nous fait croire !), ce n'est plus le patron qui exploite le salarié, c'est le client ; or le client, c'est souvent nous. Ah, on devrait relire attentivement le discours de la servitude volontaire, cela éviterait de confondre le patronat avec La Boetie !
Nous avons appris aussi que nous aurions enfin une Directrice des Ressources Humaines fin novembre (il paraît qu'elle vient de chez IKEA).
Le DRH Europe du Sud, coutumier de citations pseudo-intellectuelles (de celles qui, sous prétexte de sous entendus, dissimulent mal la vacuité du locuteur), aurait dit que, selon lui, toute situation de travail est une situation au cours de laquelle on apprend quelque chose (sous-entendu, le travail, c'est déjà presque de la formation !). Tout est dans le toutes ! Un des travaux enrichissant qui existe dans notre secteur est de poser le bon nombre de stylos (à la main) dans des coques plastiques, au rythme imposé par la machine. La seule chose qu'on peut y apprendre (assez rapidement d'ailleurs) c'est que ce travail génère des troubles musculo-squelettiques. Une fois que l'on sait cela, il n'y a plus grand chose à apprendre de ce trav-aïe.
Enfin, dernières infos relatives au fonctionnement du groupe ; la vente de la verrerie de Châteauroux à Arc International. Cette vente fait partie du plan (voir 15 septembre 2005) de réduction du nombre de site de production.

Rien à voir, mais savez-vous que des films de Guy Debord sortent en DVD ? Conséquence : une baisse considérable du nombre de mensonges ! On pourra désormais croire ceux qui diront les avoir vu !


posté par DiogenePasCynique le 21.10.05. Lien vers ce billet

0 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

20 octobre, 2005

L’hémorragie continue. !

Deux nouvelles démissions sont portées à ma connaissance aujourd’hui ! Les deux personnes en question sont du second collège. Voici, réactualisé, le tableau des départs.

Ces résultats, associés au fait que le DRH de Sanford pour l’Europe du sud ne retient pas les gens qui souhaitent partir, ne sont guère encourageants. Malgré cela, certains collègues ne semblent pas se laisser décourager. Pourtant je trouve la situation terriblement angoissante et paralysante.

Parallèlement à cela, Sanford Ecriture (voir historique, le 15 septembre 2005), la filiale s’occupant du marketing et de la commercialisation, est en train de licencier un personne. Je n’ai pas encore suffisamment d’éléments démontrés. Disons seulement que les causes semblent de pures formes. Cette stratégie privilégiant licenciements individuels, encouragements à chercher ailleurs, permet d’exclure de fait, toute négociation collective. Sans vouloir encenser les syndicats, on est obligé d’admettre qu’ils augmentent globalement le rendement d’une négociation. Certes, un salarié peut être un excellent négociateur de son propre cas, mais cela constitue, hélas, l’exception.


Libellés :


posté par DiogenePasCynique le 20.10.05. Lien vers ce billet

0 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

19 octobre, 2005

Autre son de cloche !

Selon les échos du 18/10/2005.

Le patron de Newell Rubbermaid remercié

Un mois après avoir présenté un plan de restructuration drastique, le directeur général du groupe américain, Joseph Galli, s'en va. Son départ suit 10 trimestres consécutifs de baisse des ventes de Newell Rubbermaid, présent dans les produits de nettoyages et rangements (Rubbermaid), les fournitures de bureau (Waterman, Parker, Paper Mate...), les articles de cuisson, le matériel de puériculture et les jouets (Graco) etc. Il est reproché à Joseph Galli une gestion insuffisante des opérations du groupe, a expliqué le président de Newell Rubbermaid, William Marohn. En attendant la nomination d'un nouveau directeur général, l'intérim sera assuré par un autre directeur du groupe, Mark Ketchum.

Décidément, je me suis trompé ! lien 01, ses émoluments.
Il a donc bel et bien été viré !

Libellés :


posté par DiogenePasCynique le 19.10.05. Lien vers ce billet

0 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

18 octobre, 2005

Encore une démission !

J'apprend avec stupeur ce matin que Joe Galli, le CEO (Chief Executive Officer, le PDG du groupe), s'en va ! Voir l'annonce sur ce lien. On se perd en conjecture, comme dirait l’autre. Joe Galli, n’aurait pas été viré par les actionnaires (comme une rumeur locale le soutient) mais il s’agirait d’un accord réciproque. On constate que l’action a pris plus de 7 % (à 23,5 $) 2 h après l’ouverture du New-York Stock Exchange. Il est vrai que les résultats annoncés pour le troisième trimestre sont dans le haut des prévisions. Qu’est-ce qui a provoqué cette hausse ? L’annonce des résultats, l’annonce de la démission, ou les deux ? A priori, cela ne remet pas en cause le plan mondial de restructuration annoncé en septembre. L’intérim du poste de CEO est assurée par un des administrateurs, Mark Ketchum.

La réunion d’information semble avoir été décevante (je n’ai pu y aller). Pas de questions particulières mais une sorte d’apathie teintée de fatalisme. Ça va être dur de changer le monde !

Libellés : ,


posté par DiogenePasCynique le 18.10.05. Lien vers ce billet

0 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

17 octobre, 2005

Des pauvres, de l’incertitude, de l’espoir (un intrus s’est subtilement glissé dans la série).

C’est jour de refus de la pauvreté. La richesse du pays augmente, et le nombre de pauvre aussi (tout augmente ma bonne dame), 7 million de français avec moins de 700 euros par mois. Pourtant la pauvreté, la précarité sont utiles. Leur existence introduit une pression énorme sur ceux qui n’en sont pas encore mais ont peur. On revendique moins, on est moins syndiqué, on prend des tranquillisants (ou on regarde TF1) et on supporte. La précarité a une fonction sociale stabilisatrice primordiale. Sans la peur du chômage et de la pauvreté les rapports sociaux seraient sans doute différents. Alors, un jour par an pour en parler, pourquoi pas, mais je ne suis pas certain que cela fasse avancer les choses. C’est fondamentalement un problème de lutte de classes, et le fait de conserver les conditions d’existence de la pauvreté est une arme de dominants, selon moi. Il n’est pas de fatalité, seulement un état de fait dont, visiblement, la société se satisfait ; sinon cela n’existerait plus !


posté par DiogenePasCynique le 17.10.05. Lien vers ce billet

0 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

12 octobre, 2005

Des questionnements sur la problématique !

J’ai appris hier que la CFDT de Reynolds_ projette une réunion d’information pour le personnel lundi 17 octobre 2005, au cours de laquelle les salariés pourront exprimer les questions qui leurs tiennent à cœur. Ces questions seront vraisemblablement relayées au Comité d’Etablissement.Je ne me pose pas forcement de questions, sachant de toutes façon que les virés, c’est un peu comme les cocus, c’est toujours les intéressés les derniers informés. En conséquence, les questions au CE recevront des réponses assez convenues. M Hassid a de toute façon trouvé à plusieurs reprises que notre accord de réduction du temps de travail lui paraît un peu trop doux. Il a déjà fait savoir, de façon officieuse mais claire, que son calcul du temps de travail effectif était différent de celui actuellement en vigueur. Il faut savoir qu’une grève importante avait eu lieu en 2000 pour parvenir à un accord. Le prix de cet accord, outre la grève, était un gel de salaires pendant 2 ans (avec une clause contre une flambé de l’inflation qui n’est pas arrivée). Il n’est donc pas impossible qu’il dénonce l’accord. Vu la saisonnalité de notre production, une action des salariés serait complètement inefficace maintenant.


posté par DiogenePasCynique le 12.10.05. Lien vers ce billet

0 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

08 octobre, 2005

Mais où sont-ils donc tous passés ?

Voici un état des personnes parties depuis le mois de Janvier 2005 :


On constate une forte proportion de démission de cadres. Sont-ils mieux informés ? Mystère et boule de gomme !! En tous cas, ils nient l‘être ! Tous n’ont pas été remplacés. Accessoirement, cela fera baisser la masse salariale du site. Sauf pour le DRH et le directeur du site, il ne semble pas être question de recrutement externe. Cela a pour conséquence un appauvrissement global de la compétence du site (en terme purement quantitatif). Cela, associé aux départs en retraite des dernières années, on se retrouve avec une population globalement moins expérimentée. Ces départs sélectifs, assez rapprochés dans le temps provoquent une certaine inquiétude, ainsi que ce qu’on peut appeler une méfiance de classe, « Ils s’en sortent, pas nous ! », qui nuit au climat de l’entreprise. Disons que pour ce qui est du travail en équipe, ce n’est pas ça !

Libellés :


posté par DiogenePasCynique le 8.10.05. Lien vers ce billet

0 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

04 octobre, 2005

La manif du 4 octobre à Romans

Nous sommes, mes collègues et moi, allés à la manifestation à l’appel des syndicats. Cette manif se déroulait à Romans pour l’occasion. En effet l’industrie de la chaussure de luxe est terriblement touchée par les effets de la mondialisation (et aussi, il faut bien le dire, par les effets de ce qui ressemble à certaines errances de gestion des repreneurs, mais je ne connais pas assez bien la situation). Selon un porte parole CFDT, la manifestation ne pouvait se dérouler ailleurs. Selon moi elle aurait du se dérouler partout. Beaucoup (à l’heure où j ‘écris je n’ai pas les chiffres exacts) de salariés ont cessé le travail (à l’appel notamment de la CFDT Reynolds_), mais tous (loin s’en faut) ne se sont pas rendus à la manifestation («Ils font des grèves de riche ! » selon le même porte parole CFDT). Il n’empêche, il y avait un monde fou (que personnellement j’ai estimé à 10 000 personnes ; 8000 selon les syndicats, beaucoup moins selon les forces dites de l’ordre dont la capacité de comptage ne fait plus aucun doute, elle est nulle !). Il n’empêche, le monde était présent, mais j’ai senti une sorte de résignation diffuse. Comme si on ne savait plus très bien contre qui se battre. Les responsabilités sont tellement diluées, les décisions sont prises par des anonymes. Elles semblent si logiques ; « vous êtes trop cher, on va à l’étranger ». La morale, (maintenant, on dit déontologie, ce qui semble moins contraignant), a laissé la place à une pure logique comptable où des êtres gris sombres ont des comportements rationnels et aveugles. Il me semble que les victimes de la mondialisation manquent d’outils, de concepts pour appréhender ce phénomène et s’en défendre. On s’est laissé enfermer dans une opposition (schématiquement) capitalisme / communisme, comme s’il n’y avait rien d’autre. C’est d’ailleurs un des problèmes de la gauche institutionnelle (pouf pouf !) actuellement.
La CFDT Reynolds_ a pris l’initiative de faire une banderole évoquant l’annonce faite juste avant la réunion des actionnaires (le 15 septembre 2005) de réduire de un tiers le nombre des sites de productions dans le mondes ce qui (j’aime la pudeur de l’expression) impacterait plus de 5000 personnes. On pourrait aussi parler de dégâts collatéraux peut être ?
Banderole CFDT Reynolds_ (Seul syndicat représentant Reynolds_ à la manifestation).

En tous cas, cette banderole a permis de communiquer un minimum sur le sujet, notamment avec une journaliste de France-Bleue Drôme-Ardèche. Par contre, pour les slogans, ce n’était pas tout à fait ça. Par exemple : « Négociation, oui, oui, oui ! », avec l’enthousiasme qui va avec !

Une vue générale (CFDT certes, les CGT étant, comme d’hab, venu en force).


posté par DiogenePasCynique le 4.10.05. Lien vers ce billet

0 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

03 octobre, 2005

Si t’es pas lean, t’es out !

Le Lean Manufacturing, c’est, grosso modo faire juste ce qui est nécessaire, quand c’est nécessaire, pour que le client soit juste satisfait. C’est plutôt alléchant, mais cela suppose de la flexibilité, tant sur les hommes que sur les machines. Or notre outil de travail est adapté à des grandes séries. La mise en place du lean conduit à fabriques des lots moins important et des changements de séries (donc des opérations d’intervention sur les machines pour y adapter des outillages) accrus. Automatiquement, cela conduit à une baisse (dont on nous assure qu’elle n’est qu’apparente) de la productivité des machines. Pour ce qui est de la flexibilité des hommes, son augmentation nous conduirait à travailler un maximum entre mars et juillet et avoir des semaines allégées en fin d’année, ce qui rendra moins pratique l’organisation de barbecue ! En 2004, un accord d’entreprise a été signé avec les partenaires (goûtez l’euphémisme !) sociaux sur la mise en place d’équipe de week-end. Cet accord avait été demandé par la direction et apparaissait alors comme une panacée. Malheureusement, il n’a pas fait preuve d’une très grande efficacité, et il n’est pas impossible que sa seule fonction ait été purement dogmatique, pouvoir démontrer à une direction nationale que l’usine n’était pas fermée le week-end en saison haute, indépendamment de l’efficacité réelle de cette organisation.
Dogmatique parce qu’il faut bien admette, même si cela heurte notre fierté, que les décisions ne sont pas toutes rationnelles. Pour reprendre les propos de M Gérald Messadié, l’homme est plus rationalisant que rationnel.


posté par DiogenePasCynique le 3.10.05. Lien vers ce billet

0 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

Recherche

Web Restructuration

Quelques liens sur le reclassement.

Cette section s'affiche au bas de toutes les pages du blog. elle propose une sélection de liens vers des sites qui peuvent être utiles.

La Base de données Altedia vous permet, si vous avez un compte (demander les codes à un conseiller Altedia, à l'antenne Altedia.) de vous connecter à une base de donnés contenant des offres d'emplois identifiées. D'autres sites pour laisser un CV ou chercher des offres d'emplois : ANPE, Monster, JobMeeters, Carrires On Line, RhoneAlpesjob, Pôle Local d'Orientation du Grand Valentinois. On peut aussi viser le soleil : DOM Emplois, Runion Job, DOM-TOM Jobs. Pour les plus motivés, l'emploi à l'étranger : Job center (Grande Bretagne), EURES - The European Job Mobility Portal. Pour les cadres et techniciens : Cadre Emploi. Emploi spécialisé et interim : ADECCO, Kelly Scientifique.

Des modèles (format Word) de CV : AllCV.

D'autres faons de travailler. Le portage salarial : ITG, Portage +. Ce type de statut permet d'être indépendant en conservant un statut de salarié. Idéal pour tester l'idée avant de se lancer. En indépendant : Freelance.Com. Les Sociétés Coopératives Ouvrières de Production (Scops) : Scop Entreprises. Chambre de commerce de la Drôme, Agence Pour la Cration d'Entreprise (APCE).

Les réseaux : Xing (Open BC), Viaduc - Viadeo.

Le chômage : ASSEDIC, Actu Chômage (un site militant d'actualité, à suivre !).

Si vous n'avez pas internet mais souhaitez quand même disposer gratuitement d'une adresse électronique (accessible de n'importe quel ordinateur, cellule Altedia, cyber-café etc.) : La Poste, Yahoo, Hotmail et GMail (sur invitations ).

Des outils libres et gratuits : Navigateur internet Firefox, messagerie Thunderbird, suite bureautique Open Office, et tout le reste sur Framasoft. Vos applications libres et portables sur votre clef USB : Framakey, PortableApps.com.