GÂCHIS REYNOLDS

Suppression des 256 postes de production sur le site de l'usine Reynolds de Valence qui fabriquait les stylos REYNOLDS (filiale du groupe Newell Rubbermaid). Ce blog tient une chronique, depuis Septembre 2005, des évolutions constatées dans la société, de la fermeture de l'usine et de l'après.

Pour surfer, utilisez Firefox, un bon navigateur libre !

Powered by Blogger

x visites depuis le 27/10/2005

Fil de news. Lien copier-coller dans votre lecteur de news.

24 mai, 2007

Figurativement parlant ...


La Vie Exécutive Executive Life
envoyé par foetus

Je sais que cela risque de créer une contreverse, mais le penser n'est pas le faire ...

Libellés :


posté par DiogenePasCynique le 24.5.07. Lien vers ce billet

13 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

22 mai, 2007

Défendez-vous !

On a tous nos héros, exemples à suivre ou incarnant des valeurs dans lesquelles on se reconnaît. Si j'avais à devenir journaliste (ce qui n'est pas à l'ordre du jour, encore un renoncement !) Robert Fisk constituerait assurément un modèle. Alors que je lisait cet article (l'original pour les anglophones) consacré aux mensonges de Tony Blair, d'autres visages, d'autres noms et notre situation me sont apparus. Je vous propose de prendre connaissance de quelques éléments ; le projet de contrat du Cabinet Krief et le projet de contrat du Cabinet GCI. Ces éléments déjà évoqués sont désormais livrés in-extenso. Cela pour dire à celles et ceux qui restent à qui ils ont à faire et de qui ils devront se garder. Ce sont (presque) ces mêmes personnes qui virent actuellement, de la plus odieuse des façons, les quelques salariés d'Eldon. Ce sont les mêmes qui se préparent à virer des personnes au service comptabilité de Nantes. D'après ce que j'ai compris, le boulot irait aux Pays-Bas, les fameux shared services (services partagés). Toujours les mêmes qui tentent de masquer sous des artifices comptables le gâchis dont ils sont les responsables (assez irresponsables en l'occurrence !). Parce que la dernière, c'est que Reynolds SAS vendrait le site de l'usine à Newell afin de renflouer les caisses (on parle de 7 millions d'euros de pertes actuellement). Pour les salariés virés, pas de différence ; par contre, pour ceux qui restent, la structure économique de Reynolds sera modifié (ce qui est vendu une fois ...). Voilà une façon de balayer la poussière vous le tapis (c'est pas sûr que ça fasse pas une bosse et quelqu'un ne trébuche pas dessus !). Si j'étais actionnaire d'un groupe géré de la sorte, je liquiderais tout le plus vite possible ! Si je restais salarié, je ferais quand même en sorte de préparer une défense un peu crédible. Je crois que vous qui restez n'avez pas le choix. Je souhaite vivement et sincèrement me tromper, mais dans l'état, vous ne pouvez faire aveuglement confiance au groupe et à ses promesses. C'est pour cela qu'il primordial que des personnes s'engagent et se présentent aux élections du personnel de juin. Il reste parmi vous des gens d'expériences et d'autres qui apprendront vite, donc cela reste encore possible. C'est important parce qu'avec la tournure que prennent les événements, les effectifs du groupe en France risquent de franchir un seuil qui diminuerait, en cas d'un autre plan de licenciement, les obligations du groupe envers les salariés. Cela signifie des conditions de départ moins bonnes et des chances de reclassement plus faible. On ne négocie pas pareil dans une boite qui gagne encore ne serait-ce qu'un peu d'argent et dans une boite qui a des pertes abyssales. Et je ne parle même pas des évolutions possibles de la législation (avec Sarko et Fillon, je m'attends au pire !). Cela signifie surtout qu'il est vital de se préparer à résister, parce que sans défense, la défaite est assurée.



Libellés : ,


posté par DiogenePasCynique le 22.5.07. Lien vers ce billet

lien vers ce message


<< Page principale | Haut

16 mai, 2007

Fallait pas les embêter !

Parce que c'est pas tout de dire que la politique, les lois, et patati et patata ; il faut visiblement s'y coller et se colleter avec les ceusses qui les font, les lois, en être et se salir les mains (façon JPS, pas les clopes, l'autre !). Donc, les deux futurs ex-salariés de Reynolds représentés ci-contre ont acceptés d'être candidats aux élections législatives dans la première circonscription de la Drôme sous l'étiquette de la Ligue Communiste Révolutionnaire. Certes, leurs chances d'être élus sont faibles, mais il importe de porter un discours d'expérience sur les errements du libéralisme, sur les saccages économiques et sur les conséquences désastreuses des délocalisations. Il importe aussi de faire en sorte que l'intérêt de tous soit au centre des préoccupations et non les intérêts de ceux qui ont déjà tout et qui se gavent encore. Il importe que les citoyens que nous sommes se rapproprient la politique et ne laissent pas se développer une profession politique. Il importe de ne pas déléguer son pouvoir mais de l'exercer, de réfléchir et d'agir dans le sens de l'intérêt commun. Il importe surtout de pouvoir répondre dignement aux plus jeunes qui ne manqueront pas de nous demander, plus tard, mais qu'avez-vous donc fait ?
Oui, la République nous appelle, sachons vivre et sachons élire, un Français doit voter pour elle, pour elle un français doit voter !
Cela me rappelle aussi que d'autres élections se profilent, celles des représentants du (reste du) personnel Reynolds. Les éléments dont je dispose laissent penser que les candidats ne se bousculeront pas au portillon. Pourtant tous les salariés et les ex-salariés en reclassement vont voter. Il y aura un minimum de choses à faire, et bien faire afin de garantir, et je pèse mes mots, la sécurité de tous. Bien travailler, être aux ordre ne suffit plus. Il faut être prêt à parer les attaques. Le cas d'Eldon devrait faire réfléchir les plus indécis. Ces pauvres salariés se retrouvent dans une situation précaire, ils se voient proposer le minimum, très en dessous de nos conditions de départ et la discutions avec les RH du groupe n'est pas équilibré. C'est triste à dire, mais une négociation est toujours adossée à un rapport de force, au moins potentiel. Ce dernier n'est possible qu'avec un nombre suffisant de personnes motivées et expérimentés. Lorsqu'on se réveille trop tard, on a déjà perdu.



Libellés : , ,


posté par DiogenePasCynique le 16.5.07. Lien vers ce billet

6 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

07 mai, 2007

Travail, Famille .... Sarkozy !

On verra à l'usage ...

(photo reprise du Monde.fr)

Libellés : ,


posté par DiogenePasCynique le 7.5.07. Lien vers ce billet

0 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

05 mai, 2007

Salutations les plus distinguées.

A force d'en parler et de faire le malin à longueur de net, ça devait bien arriver ! La lettre ci-contre entame donc le processus de mon licenciement pour motif économique. Comme, sans être l'Élu, je n'en suis pas moins élu, la procédure est un peu plus longue. Au cours de cet entretien, je me verrai notifier les raisons économiques qui justifient cette décision du groupe de se priver désormais de mes services (et de la charge que je pouvais constituer). Mes camarades seront traités de même. Ensuite un CE donnera un avis sur le licenciement de tous ces salariés dits protégés (mais pas invulnérables !). Ce sera après au tour de l'inspection du travail d'être saisie du dossier. Cette administration me convoquera pour un entretien individuel. L'inspecteur aura ensuite deux mois pour rendre une décision (autorisation ou refus). En cas de refus, mon employeur pourra demander au ministère du travail d'autoriser malgré tout ce licenciement. Le département de ce ministère chargé de ces dossiers aura quant à lui deux mois aussi pour rendre sa décision.

J'aurais aimé pouvoir titrer ce billet « même pas peur ! » mais cela aurait été faux. Quoiqu'on pense des potentiels de chacun, ce genre de situation n'est guère agréable par les temps qui courent (et je ne sais même pas encore si on entrera pas au coeur des ténèbres dimanche soir ...). Et, oui, sous le salutaire recul de l'auto-dérision, il y a bel et bien de l'anxiété. Car je sais maintenant que maîtriser des domaines de compétences n'ouvrent pas nécessairement les portes d'un emploi durable. Savoir faire, faire savoir, savoir être, autant de plumes qu'il faut agiter, tel un paon, sous le nez d'un recruteur afin finalement de le séduire (sans le faire éternuer !). Ce qui est frustrant c'est de ne pouvoir faire état de tout ce qu'on a fait de peur d'effrayer le patron potentiel, légitimement méfiant devant une certaine indépendance d'esprit (« bonnes capacités rédactionnelles ... par exemple ? » « heu ... ». Ce n'est en effet pas demain la veille que j'adhérerai à un projet d'entreprise (sauf éventuellement pour une scop écolo/bio.) !


Comme le disait, le promettait M Pompidou en 1967, nous vivrons désormais en insécurité permanente, et c'est la raison d'être du libéralisme. Ce même Pompidou disait, au cours de la même intervention, que cela résultait d'un choix réfléchi et conscient. Le choix du chacun pour soi plutôt que celui du progrès collectif. Le choix d'adhérer à un dogme, le libéralisme économique, cette théorie économique dont la capacité à rendre compte des faits n'est pas, loin s'en faut, démontrée. Le choix de croire plutôt que de comprendre. A cette époque pourtant, la droite pouvait s'enorgueillir de brillants intellectuels malgré tout, d'une certaine référence à l'intelligence et au savoir. Désormais, Bigard (voisin de palier de Sarko), Clavier, Doc Gynéco, Enrico Macias (qu'est-ce qu'il fout là lui ?), Rika Zaraï, Bernard Tapi ou Eric Besson (dont on goûte la fidélité et la galanterie). Tout ce que la France compte de fat, de vulgaire, de parvenu ou de traître se pavane aux cotés du petit monsieur et le flatte outrageusement. Voter Sarkozy, c'est vouloir une France en gourmette, arrogante et fière de son ignorance, oublieuse de ses enfants, hautaine devant les humbles et soumise devant les puissants (les US par exemple). Voter Sarkozy, c'est, pour la plupart d'entre nous, utiliser son intelligence à ses dépends en portant au sommet celui qui peut être assez fidèlement décris comme un petit ignorant excité assoiffé de pouvoir.



Libellés : , , ,


posté par DiogenePasCynique le 5.5.07. Lien vers ce billet

2 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

04 mai, 2007

Indigne !

Lorsqu'on l'interroge sur le niveau de concentration des média, en France, dans les mains d'industriels sollicitant régulièrement des contrats publics, M Sarkozy n'y trouve rien à redire, estimant la situation normale. Mme Royale non. Tout comme les autres pays démocratique où cette situation étonne. Il est en effet courant que des médias soient concentrés dans des groupes de presses. Même si on peu regretter cette situation, si elle ne conduit pas à un monopole, on peut quand même espérer un minimum de pluralité. C'est une autre paires de manches lorsque beaucoup de titres sont aux mains d'industriels (notamment de l'armement) ayant l'Etat comme principal client de leur industrie. Le groupe se sert de la partie presse pour pour flatter le pouvoir, qui passe les commandes à la partie industrielle. Le presse, dans une véritable démocratie, est le quatrième pouvoir, plutôt un contre-pouvoir, un poil-à-gratter qui doit être le plus possible indépendant du pouvoir politique. Mais pour M Sarkozy, ce n'est pas un problème. N'est-il pas l'ami d'Arnaud Lagardère, dont il a d'ailleurs aidé à réglé la succession (complexe) après le décès de Jean-Luc Lagardère (EADS mais aussi Europe 1, Paris Match ou le Journal du Dimanche) ? M Sarkozy a demandé, et obtenu, la tête d'Alain Genestar, rédacteur en chef de Paris Match. Ce dernier avait en effet commis le crime de rendre publique, dans un article de Match, la liaison adultérine de sa femme. Une femme qui trompe Sarkozy ne peut-être totalement mauvaise ! Un livre sur cette même dame est passé au pilon (alors que l'éditeur en avait imprimé des milliers d'exemplaires) sur ordre de M Sarkozy. Ou encore le cas de M Joseph Macé-Scaron, ex-journaliste du Figaro Magazine (maintenant au magazine Marianne) qui dit dans Libération : « J'ai été démissionné du Figaro Magazine [en juin 2005], tout simplement parce que j'ai refusé de tailler des pipes à M. Nicolas Sarkozy. ». En entretenant les meilleures relations avec M Lagardère, Bouygues (BTP et TF1), Dassault (les avions et le Figaro) et Rotshild (la haute finance et Libration), M Sarkozy entretient les meilleures relations avec la presse, mais pas avec les journaliste dignes de ce nom, ni avec la liberté de la presse. Sur ce point au moins, M Sarkozy n'est pas un démocrate.

Lorsque la polémique faisait rage sur le patrimoine des candidats, M Sarkozy avait promis un état de ses bien aux français. Malheureusement, on attend toujours ! C'est vrai qu'il est difficile pour M Sarkozy de communiquer de façon crédible sur le prix d'achat de son luxueux duplex à un prix défiant toute concurrence sans parler de Mme Lasserre. C'est auprès de cette ancienne patronne d'un empire immobilier (à Neuilly !) que M Sarkozy a obtenu un certificat qui prouverait que le duplex a été acheté au prix du marché local. Malheureusement, cette affaire a un goût de trafic d'influence, de trahison, voire de règlement de compte (le fils de Mme Lasserre est mystérieusement tombé d'un toit ; voir l'article du Nouvel Observateur N° 2212 : les liaisons dangereuses de M Sarkozy).

Sinon, on a bien ri en entendant Sarkozy ironiser, à Valenciennes sur celles et ceux qui se réunissent dans des salon parisiens alors que lui est sur le terrain, avec les ouvriers ! Le soir même ce populiste était, avec son staff de campagne, au bord de la mer, en corse, en train de dîner dans un luxueux Relais Châteaux. Que compte-t-il faire pour les travailleurs ? Le contrat unique. Disposition inique que précarisera le plus grand nombre. Selon M Sarkozy, ce contrat sera plus souple pour les entreprises et plus sécurisant pour les salariés. Pipeau ! C'est une remise en cause inacceptable d'un des pilier du droit du travail.

M Sarkozy est indigne de la France et du peuple de France.


Deux organisations syndicales ont signé l'accord de salaire. On aura enfin droit aux tickets resto ;-) !



Libellés : , ,


posté par DiogenePasCynique le 4.5.07. Lien vers ce billet

4 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

Recherche

Web Restructuration

Quelques liens sur le reclassement.

Cette section s'affiche au bas de toutes les pages du blog. elle propose une sélection de liens vers des sites qui peuvent être utiles.

La Base de données Altedia vous permet, si vous avez un compte (demander les codes à un conseiller Altedia, à l'antenne Altedia.) de vous connecter à une base de donnés contenant des offres d'emplois identifiées. D'autres sites pour laisser un CV ou chercher des offres d'emplois : ANPE, Monster, JobMeeters, Carrires On Line, RhoneAlpesjob, Pôle Local d'Orientation du Grand Valentinois. On peut aussi viser le soleil : DOM Emplois, Runion Job, DOM-TOM Jobs. Pour les plus motivés, l'emploi à l'étranger : Job center (Grande Bretagne), EURES - The European Job Mobility Portal. Pour les cadres et techniciens : Cadre Emploi. Emploi spécialisé et interim : ADECCO, Kelly Scientifique.

Des modèles (format Word) de CV : AllCV.

D'autres faons de travailler. Le portage salarial : ITG, Portage +. Ce type de statut permet d'être indépendant en conservant un statut de salarié. Idéal pour tester l'idée avant de se lancer. En indépendant : Freelance.Com. Les Sociétés Coopératives Ouvrières de Production (Scops) : Scop Entreprises. Chambre de commerce de la Drôme, Agence Pour la Cration d'Entreprise (APCE).

Les réseaux : Xing (Open BC), Viaduc - Viadeo.

Le chômage : ASSEDIC, Actu Chômage (un site militant d'actualité, à suivre !).

Si vous n'avez pas internet mais souhaitez quand même disposer gratuitement d'une adresse électronique (accessible de n'importe quel ordinateur, cellule Altedia, cyber-café etc.) : La Poste, Yahoo, Hotmail et GMail (sur invitations ).

Des outils libres et gratuits : Navigateur internet Firefox, messagerie Thunderbird, suite bureautique Open Office, et tout le reste sur Framasoft. Vos applications libres et portables sur votre clef USB : Framakey, PortableApps.com.