GÂCHIS REYNOLDS

Suppression des 256 postes de production sur le site de l'usine Reynolds de Valence qui fabriquait les stylos REYNOLDS (filiale du groupe Newell Rubbermaid). Ce blog tient une chronique, depuis Septembre 2005, des évolutions constatées dans la société, de la fermeture de l'usine et de l'après.

Pour surfer, utilisez Firefox, un bon navigateur libre !

Powered by Blogger

x visites depuis le 27/10/2005

Fil de news. Lien copier-coller dans votre lecteur de news.

31 décembre, 2006

Misère !

Sur le chômage dont on nous rabat les oreilles qu'il baisse encore (2 112 300 personnes, fin novembre, selon le ministère de l'emploi), je vous invite à lire cet article du site Actu Chômage. On y apprend notamment que « selon le collectif qui ajoute que, malgré ces "artifices statistiques", le chômage "se maintient à un niveau structurellement élevé" depuis le début des années 1990 et que le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à l'ANPE "demeure inflexible autour de 4,5 millions" depuis 15 ans ». Les chiffres officiels ne sont absolument pas crédibles, de même que les hypothétiques résultats du gouvernement.

Dans un registre un peu plus dur, la cloche, la misère, le froid et la mort. 5 personnes sont mortes de froid, en France, depuis le début de l'hiver. L'initiative des enfants de Don Quichotte a le mérite d'attirer l'attention sur une vraie question. M Patrick Declerck a écris deux ouvrages sur le sujet. L'un, de fond, est indispensable à la bonne compréhension de ce qui est avant tout une pathologie, les naufragés. L'autre est un pamphlet qui date de l'an passé, et il n'a malheureusement pas vieillit, le sang nouveau est arrivé : L'horreur SDF. C'est évidement à lire, mais attention, ça secoue. L'humanité, elle rime d'abord avec fragilité.

Pour ce qui concerne un grand mouvement collectif, je nous suggère de nous rapprocher des collectifs anti-libereaux déjà existants (voir le site de celui de Valence), car, même si l'appareil du PC a du mal avec eux, les militants qui y sont sont de toute provenance et ont à coeur de changer les choses !

Pour répondre à Fiona, ce n'est pas que les français soient intouchables, simplement, si les premiers intéressés ne se battent pas, on ne peut prendre l'initiative à leur place. Historiquement, lors de la fermeture de Rotring, aux Ullisses (vers Paris), nous avions pris contact avec le personnel et avons essayés, dans la mesure de nos moyens, de les soutenir. Pour Rotring en Allemagne, je n'ai pas souvenir d'initiative de leur part. J'aurais compris qu'ils nous compliquent la tâche en tous cas. Ils ne l'on pas fait. Pour la fermeture de l'entrepôt de Newhaven, nous avons aussi pris contact avec un délégué local, proposant même une action conjointe en septembre dernier. Il n'y a pas eu de suite, et on avait sacrement à faire ici. C'est vrai que les directions n'ont de toute façon aucun mal à jouer les sites les uns contre les autres. Mais honnêtement, je ne crois pas que ce soit bon non plus pour le groupe, à terme. Ce qui est vrai aussi, c'est que ce qui est possible en France ne l'est pas forcement ailleurs, pour des raisons légales et le plus souvent, culturelles. J'ai même la faiblesse de penser que ce qui est (ou était) possible et terme de résistance, chez Reynolds, ne l'est (ou ne l'était) pas forcement ailleurs, parce qu'au bout du compte, c'est une question de personnes et de rencontres.


Enfin, je vous souhaite une bonne année 2007 à tous !

Libellés :


posté par DiogenePasCynique le 31.12.06. Lien vers ce billet

35 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

23 décembre, 2006

Le marigot.

Encore un grand merci à Radical Libre pour son émouvante contribution. Concernant l'Affaire, je ne souhaite pas l 'évoquer, vu que les faits sont sujets à interprétation. Le y.r cité dans mon commentaire était le pseudo du commentateur censuré (je sais, je suis ignoble !), je n'ai pas pensé un seul instant qu'il se soit agit de Yann ! Je pense qu'il ne faut pas polémiquer là dessus, les institutions font leur boulot ...

Hier, le journal Les Echos, dans ses feuilles Entreprises, a fait paraître un article sur Reynolds. Le Dauphiné Libéré aussi. Le Maire de Valence, Mme Balsan, y laisse entendre que son entourage lui conseille de porter plainte contre ces voyous de Reynolds qui sont venus lui pourrir son conseil municipal lundi dernier ! On apprend aussi que des dégradations ont eu lieu. En fait il s'agit d'encre déversée sur le perron de la Mairie. Selon les services municipaux, il en coûte 1600 € de réparation ! La mairie UMP de Valence, plutôt que de compter quelque centaines d'euros de dégâts, devrait s'intéresser aux conséquence de son inconséquence. Quand on se trompe sur l'emplacement de l'entrée d'un parking souterrain et que ça coûte plusieurs dizaines de milliers d'euros, on fait canard (profil bas, quoi, une expression d'cheu nous !) ! Des entreprises qui disparaissent, des emplois perdus, un tissu économique dévasté, c'est à cela qu'il faut s'intéresser. Dans ce cas, les préjudice se chiffre en millions. Disons-le, ces élus UMP se sont ridiculisés lundi dernier, privant les Reynolds de la parole et fuyant le débat, certes vif, mais on peut les comprendre les Reynolds, non ? Le pire, c'est se réfugier derrière le fait que l'action politique ne peut intervenir sur l'économie privée. C'est bien là le drame. Et bien elle devrait s'y inviter la politique, chez l'économie, lorsque cette dernière a des conséquences désastreuses sur une ville. La politique, ça doit changer, la vie, non ? La politique, c'est aussi la rupture, notamment à l'UMP. Alors, vous aviez une chance de le faire. Vous n'avez rien fait. On essaiera juste de s'en rappeler lorsqu'on votera.

Je n'oublierai pas, par exemple l'entrevue avec M Labaune, pendant laquelle on put comprendre à quel point, bien avant les élus du personnel, il semblait informé (peut être une explication ici ?). Je n'oublierai pas qu'il nous demandait alors de faire profil bas, de ne pas faire comme les Rieter, molo sur les revendications, et la réindustrialisation réparera tout ça grâce à la Zone Franche (c'est bien la seule à l'avoir été !) ! Je constate que les Rieter se sont battus et ont limité les dégâts en terme d'emploi, obtenus le repreneur qu'il souhaitaient. Je constate que sans la lutte des Reynolds, les conditions de départ auraient été, même si ce n'est jamais satisfaisant, moins bonnes que ce qu'elles ne sont. Je n'oublierai pas l'entrevue du 17 juillet 2006, à Paugres, au cours de laquelle M Loos, ministre délégué à l'industrie, nous dit en substance que l'emploi industriel en France, c'est fini, qu'il serait remplacé par l'emploi de service, c'est comme ça mon brave ! Je n'oublie pas non plus la réponse de M Breton à l'information qui lui fut faite sur le situation de Reynolds. Je constate aussi que l'action de la municipalité, trop de modestie tue la modestie, fut si discrète que personne n'en a rien su.

Mais les politiques montrent aussi leurs limites à gauche ! Alors que des espoirs d'unité, voire de victoire aux prochaines échéances étaient permis, le vote des militants communistes assure déjà que les forces de la gauche réformatrice partiront divisées. C'est bien dommage ! Malgré tout, ce vote, du stricte point de vue de l'appareil, est tout à fait logique vu qu'il s'agit de survie. Malheureusement, je crois que ce ne sera qu'un sursit pour le PCF, et je soupçonne des militants d'en être conscients. Espérons que le reste des forces anti-libérales restera unis. La LCR peut désormais s'y associer, puisque le départ de fait du PCF lève ses réticences.


Libellés : , ,


posté par DiogenePasCynique le 23.12.06. Lien vers ce billet

35 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

21 décembre, 2006

Au commencement, était l'émotion ...

Alors que l'année se finit bientôt, que nous allons, pour la plupart, perdre notre emploi, il faudra bien sacrifier, peut être en se forçant un peu, aux fêtes de fin d'année. Mais hier déjà, l'après commençait un peu avec les réunions d'information d'Altédia sur le déroulement du processus de reclassement.
J'ai pu me rendre compte à diverses reprises à quel point le coeur prend sa place dans les réactions qui nous animent. Le déménagement des 28 (et non 30 comme je le croyais) moules a été vécu comme une sale trahison par les salariés. Pourtant, il semble que Mme Schorter Le Bret ne l'ait appris elle aussi que le vendredi matin et, pour diverses raisons, je la crois. Cette initiative serait donc strictement de MM Heft (qui est en vacance depuis quelques jours !) et Gibson. Un exemple de l'ignorance d'une culture et de ses conséquences. Je me permets de suggérer à nos deux pieds nickelés de se faire offrir quelques ouvrages cités ici, de quoi meubler utilement les longues heures passées dans les classes affaires des longs courriers ! Comme cela a été dit au CE de mardi, beaucoup de salariés auront besoin d'assister, en vrai, au départ de machines, pour réaliser et pouvoir commencer effectivement autre chose. C'est aussi un deuil à faire.
Mais pendant ces quelques jours de repos, c'est bien une naissance qui sera fêtée, et c'est à la renaissance qu'il faudra penser. Ce temps pourrait être aussi, outre celui de la réflexion, celui de l'apaisement.
Passez tous les meilleures fêtes possibles !


posté par DiogenePasCynique le 21.12.06. Lien vers ce billet

31 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

C'est la mémoire qu'on assassine.

Un texte de Radical Libre.

Quand on voit ce qu'on voit et qu'on entend ce qu'on entend, on se demande si on a vraiment fait ce qu'on a fait et si on a bien été celui ou celle qu'on croyait être ?

Pourtant, si je me souviens bien, on s'en est bien occupé de ces moules, machines et équipements. Je dirai même plus, on les a choyé. Ces machines, elles nous en ont fait voir ; on en a fait des cauchemars. Des transformations bizarres se sont même opérées en nous : on se mettait à « penser » à leur place, comme pour mieux les comprendre...et parfois on réussissait là où d'autres avaient échoué. Nos sorts étaient liés : elles avaient besoin de nous, on avait besoin d'elles, c'est ce qui nous rendait si proches. On était fiers de s'afficher ainsi, bras dessus bras dessous quand finalement tout fonctionnait. On avait su se comprendre, et pourtant ça tourne pas toujours rond dans leur petite tête. Tiens, je me rappelle de ce moule, qui pleurait de tout son corps, si bien qu'il a fallu le passer à la moulinette de « l'arête de poisson » (c'est le nom de la méthode d'analyse 5M) : finalement, soulagement, c'était pas le cancer ! Une opération ciblée et il a été sauvé… Mais, au fait, t'es où ? Las, on t'a kidnappé une nuit, sans qu'on ait pu se dire au revoir. Ils ne savent même pas que tu es fragile et que tu n'aimes pas les chocs thermiques. Et ta cure d'US quand ton arthrose te taquine, est-ce qu'ils savent ? Sûrement pas…

En fait, toutes ces heures passées à les choyer, ne nous ont pas permis de les sauver… de NOUS sauver.

Un chirurgien qui, un jour, ne parvient pas à sauver son patient, a encore l'espoir de sauver les suivants. Il est toujours chirurgien, il a toujours un métier… il est encore Quelqu'un.

Dans notre cas c'est différent : on ressent un échec et en prime on n'est plus spécialiste de rien. Pfft ! Le savoir faire s'envole avec les machines et emporte avec lui une partie de nous même = notre Métier.

Et quand cela se fait à notre insu, ça revient à renier notre attachement aux machines, aux supports de notre savoir faire, et tous les soins qu'on leur a apporté. C'est comme renier le travail passé…

C'est la mémoire qu'on assassine.

Libellés :


posté par DiogenePasCynique le 21.12.06. Lien vers ce billet

0 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

20 décembre, 2006

De la magnanimité.

Il est bien sûr évident qu'on se grandit en l'étant, mais certaines circonstances forcent à le rappeler :

MAGNANIME, adj.
A. Vieilli. Qui a de la magnanimité, de la grandeur et de la force d'âme.
[En parlant d'une pers.] Guerrier, prince, peuple magnanime; âme, coeur, main magnanime. Comblez de nouveaux bienfaits ces héros magnanimes qui s'exposent généreusement à tant de périls (MARAT, Pamphlets, Charlatans mod., 1791, p. 281). Et vaine sera la vaillance Du magnanime Hector (MORÉAS, Iphigénie, 1900, p. 82):

1. L'idée de quitter son poste, ce poste d'honneur et de danger à côté du roi, ne lui entre pas un seul instant dans l'esprit: elle [Marie-Antoinette] rougirait de honte à une telle pensée et se croirait l'indigne fille de sa magnanime mère.
SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 8, 1864, p. 356.
[En parlant d'un attribut de la pers., d'un comportement] Les actions magnanimes sont celles dont le résultat prévu est le malheur et la mort (CHATEAUBR., Mém., t. 2, 1848, p.178). La dévotion; sentiment sérieux et recueilli qui inspire à l'homme des résolutions magnanimes et le dispose aux actes les plus héroïques de la vertu (COUSIN, Philos. écoss., 1857, p.421). «L'âme de la république», a écrit Robespierre dès 1792, «c'est l'amour de la patrie, le dévouement magnanime qui confond tous les intérêts privés dans l'intérêt général» (LEFEBVRE, Révol. fr., 1963, p.390).
Emploi subst.
a) [Désigne une pers.] La détresse est nourrice de la fierté; le malheur est un bon lait pour les magnanimes (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 809).
b) Masc. sing. à valeur de neutre. Nous n'avons plus l'appétit du sublime, l'instinct du généreux, le sens du magnanime (BARBIER, Satires, 1865, p. 266).
B. En partic. Qui fait preuve de clémence, de générosité, d'indulgence envers l'ennemi vaincu, le faible.
[En parlant d'une pers.] Se montrer magnanime. Malek Adhel est un héros aussi brave que magnanime, toujours vainqueur au champ de bataille, toujours clément après la victoire (COTTIN, Mathilde, t. 1, 1805, p. 123). Il avait été pour une femme l'être magnanime et fort, le protecteur, le moralisateur (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 463):

2. «Que faites-vous le dimanche?» Cette fois, Sabot se grattait l'oreille: «Mais, je sers l'bon Dieu de mon mieux, m'sieur le curé. Je l'sers... chez moi. Je travaille le dimanche...» Le curé magnanime l'interrompit: «Je sais, vous serez plus convenable à l'avenir».
MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Confess. Th. Sabot, 1883, p. 42.
Magnanime envers, pour (...) qqn. Le peuple fut plus magnanime envers un ennemi qu'il ne craignait plus (MICHELET, Hist. romaine, t. 1, 1831, p. 120).
[En parlant d'un comportement, d'une action] Qu'il soit fait comme vous voulez, monsieur! dit-il avec un magnanime sourire (SAND, Beaux MM. Bois-Doré, t. 2, 1857, p. 23). Le sergot secoua la tête (...): S'il fallait empoigner tous les poivrots qui disent ce qui n'est pas à dire, y en aurait de l'ouvrage!... et de quoi que ça servirait? Crainquebille, accablé par ce dédain magnanime, demeura longtemps stupide et muet (A. FRANCE, Crainquebille, 1904, p. 51).
Prononc. et Orth.: []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1265 «qui montre de la grandeur d'âme» (BRUNET LATIN, Trésor, éd. Fr. J. Carmody, II, 23, p. 193); 2. 1553 «qui est le fait d'une âme généreuse» magnanime effort (DU BELLAY, Louange de la France et du roy treschrestien Henri II, éd. H. Chamard, V, 312). Empr. au lat. magnanimus «noble, généreux». Fréq. abs. littér.: 301. Fréq. rel. littér.: XIXs.: a)707, b)508; XXes.: a)360, b)187.
DÉR. Magnanimement, adv. D'une manière magnanime. Napoléon entrait en Russie et demandait magnanimement aux autorités de venir vers lui. Mais personne ne se présentait (PROUST, Temps retr., 1922, p.820). Cette paix (...) vers laquelle, non sans accrocs et relâchements, nous avions si magnanimement tendu (ARNOUX, Rhône, 1944, p.177). []. Att. ds Ac. dep. 1762. 1re attest. 1512 (J.LEMAIRE DE BELGES, Chronique annale, éd. J. Stecher, IV, 494); de magnanime, suff. -ment2*.


Merci pour lui.

Libellés :


posté par DiogenePasCynique le 20.12.06. Lien vers ce billet

3 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

19 décembre, 2006

Et si la vie continuait, quand même ?

On ne peut passer des années dans un environnement sans développer un goût pour ce dernier, au moins de rassurantes habitudes. L'attachement aux machine, fustigé dans certains commentaires, relève, je crois, de ce processus. Qui n'a pas connu cette rassurante impression de maîtrise, lorsqu'on est dans un environnement parfaitement connu, qui ne réserve pas de surprises. Se retrouver dans l'inconnu, c'est être dans la crainte, obligé d'être perpétuellement en éveil, de réfléchir plus, de se remettre en question ; bref de consacrer plus d'énergie à son existence. En cela, les habitudes sont une bonne chose, elle nous permettent de consacrer notre attention à ce qui le mérite, et ce n'est pas par hasard si l'évolution a sélectionnée ce procédé. Il est de bon ton de dire que les habitudes, c'est mal, qu'il faut tout le temps se remettre en question etc. C'est en réalité une vaste connerie ! La vie dans l'insécurité et dans un environnement incertain, c'est exactement la vie d'une bête sauvage, seule, en univers hostile ; une vie sans répit. Et c'est ce répit qui permet de développer une civilisation. Nous sommes en train de vivre la perte de ces repères. Alors, pour répondre à certains commentaires, Reynolds est certes fini, (peut-être même plus qu'on ne croit), mais les conditions qui ont rendu cela possible restent, elles, et c'est désormais contre cet état des choses qu'il faudra lutter.
A ma connaissance, les dates précises de déménagement des machines ne sont pas connues. Je me demande encore ce que sont venus faire ces américains le nuit du 14 au 15 décembre. En termes plus business, quelle a été leurs valeur ajoutée sur ce coup ? Pour Olivier Besancenot, c'est en tous cas le seul représentant politique qui a fidèlement suivi cette sale histoire. Peut être a-t-il effectivement quelques arrières pensées électorales, mais je le crois sincère. Et quand bien même, si nos intérêts se rejoignent, je n'y vois rien à redire. Politiquement, les soutiens sont d'ailleurs plutôt à la gauche de la gauche, force est de le constater. Ailleurs, pas de salut (ou de conscience ?) !.
Hier je n'ai pu être à l'usine (moi aussi, j'ai des deuils à faire et des forces à rassembler !), aussi je ne sais rien de ce qui a pu s'y passer à l'heure où j'écris.
J'avais fait un envois d'e-mail vers environ 500 députés et sénateurs le 14/11/06. Je n'ai eu qu'une seule réponse, hier, de M Maxime Gremetz, député communiste.

Cher Monsieur,
Très sensible à la situation que vous m'avez exposée, j'ai posé au ministère de l'emploi une question écrite à propos de Reynolds.
Une question écrite qui vous intéressera sans doute et que je vous transmets donc.
Cordialement.
Question N° 113134 publiée au JO le 12/12/2006 page 12874
M. Maxime Gremetz interroge M. le ministre de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement sur la situation de l'usine Reynolds de Valence (Drôme), qui lui semble emblématique du comportement avide de grands groupes transnationaux, comportement que permet de fait la législation française. En 1993, la société a été vendue au groupe CGIP. Ce groupe se montre peu interventionniste dans la gestion quotidienne de l'entreprise, dont l'activité reste très rentable, malgré une concurrence forte. Fin 1999, coup de tonnerre : la société Reynolds est intégralement vendue au groupe Newell Rubbermaid. Une vente que les salariés apprennent par voie de presse... Entre 2000 et 2004, la société est divisée en deux entités. De plus, le groupe Newell Rubbermaid rachète la division écriture du groupe Gillette (soit les marques Waterman, Parker et Paper Mate). En 2004, un premier plan social supprime 7 emplois sur Valence, afin de « réduire les coûts ». En 2005, la totalité des cadres supérieurs de la société s'en vont progressivement, et ne sont pas remplacés en totalité, loin s'en faut. Après deux changements de directeur en l'espace de quelques mois entre autres péripéties, et sous la pression d'une grève de trois jours, la direction parisienne avoue en juillet 2006 la délocalisation programmée de la production vers la Tunisie, l'Italie et la Chine ainsi que la suppression de 257 emplois de ce fait. Force est de constater qu'à aucun moment les dirigeants ne sont pointés du doigt pour assumer de manière effective leur responsabilité sociale vis-à-vis de ces salariés. Il lui demande s'il compte agir de manière effective pour mettre « hors la loi » ce genre de comportement de « patrons voyous » qui sacrifient des entreprises manifestement rentables et détruisent la vie de centaines de salariés sur l'autel du profit maximal.
Qu'il soit ici remercié. Cette question vient s'ajouter à celle de M Labaune. Nous attendons toujours les réponses. Cela peut paraître d'un rendement très faible, mais l'important reste que la question soit posée. Le point positif, c'est que cela reste encore possible !
Dans le Monde Diplomatique de ce mois-ci, un excellent (quoiqu'un peu déprimant) article sur la guerre faite aux chômeurs (et non au chômage), en pages 1, 4 et 5. Il y est notamment question du rôle de l'OCDE. Les lois viennent de quelques part, et l'OCDE n'est pas en reste pour suggérer, à grand coups de rapport documentés, des mesures ultra-libérales. Cette organisation n'est issue d'aucun suffrage et ses économistes sont connus pour les sempiternelles erreurs de leurs prévisions de croissance (véridique !). Pourtant, cette organisation est très écoutée des gouvernants qui y puisent inspiration et peut être un verni de compétence économique. L'OCDE a son siège château de la Muette, vers le bois de Boulogne, à Paris. Cette Bastille reste à prendre (pas de prisonniers SVP !). On trouve dans cet article une citation de John Kenneth Galbraith (un économiste) sur les politiques d'aides aux chômeur : « Les aides publiques (...) opèrent un transfert de revenus des actifs vers les oisifs et autres bons à rien, et, de ce fait, découragent les efforts de ces actifs et encouragent le désoeuvrement des paresseux. (...) Donc en prenant l'argent des pauvres et en le donnant aux riches, nous stimulons l'effort et, partant, l'économie. ». A priori, même à jeun il dit la même chose, il écrit même des livres ! Je vous encourage vivement à lire cet article (ne me dites pas que vous ne trouverez pas 4 € pour le Diplo en ces temps de folie dépensière !). Le Diplo est un des trop rares journaux nationaux (avec le vénérable Canard Enchaîné) à faire honneur à la presse française et au journalisme en général.

Libellés : , ,


posté par DiogenePasCynique le 19.12.06. Lien vers ce billet

15 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

15 décembre, 2006

Réorganisation.

Avant tout, l'info du jour de ce matin, c'est la disparition de quelques 30 moules cette nuit, vraisemblablement parti pour un aller simple en Chine. On appréciera la franchise du procédé. Mme Schorter Le Bret, ne nous aviez vous pas parlé de confiance et de transparence ? A moins qu'il ne s'agisse de quelque fougueux subalterne désireux de bien faire !
Mark Ketchum se fend d'une bafouille à tous les employés européens pour présenter la nouvelle organisation du groupe en Europe. Enfin, plus exactement le business en Europe / Moyen Orient / Afrique. Comme elle est longue (2399 mots) je ne la traduirai pas intégralement. Il faut reconnaître à Mark une communication directe ainsi qu'une prise en compte du résultat de la consultation (quelque anxiété serait en effet remonté !). Dans l'évolution du nouveau schémas, les VP reportent à la fois au niveau Europe (Marcus Nicolin) et en pointillé (dotted line) au niveau du Leadership. Ce n'est plus exactement matriciel, mais hyper-matriciel ! M Heft garde les opérations et prendra en charge le sourcing indirect pour Newell en Europe. C'est sûr qu'après avoir fermé des sites, il faut sourcer ! M Gibson prend en charge les (restes) des ressources humaines en Europe pour Newell. De toutes façon, ces informations ne nous concerneront, pour la plupart d'entre nous, que quelques semaines.
Le CE extraordinaire d'hier n'a pu produire tous les résultats escomptés. La plupart des décisions ont été reportées. Il semble qu'il y ait des petits problèmes de communication entre Mme Schorter Le Bret et M Leclerc. Alors pour être clair, un périmètre du PSE plus réduit pourrait être échangé contre un peu plus que du volontariat. Il ne s'agit pas ici d'intervenir dans la discussion, mais de clarifier ! Sur le CATS, une réunion est prévue la semaine prochaine. Enfin, les 4 PV n'ont pu être approuvés, car il n'ont pas tous été relus.
Concernant le sondage sur l'état de santé des salariés. Vous pouvez passer en salle des délégués, demander un formulaire, le remplir et le mettre dans l'urne. Ce sondage est anonyme. Ce qui est intéressant, c'est quoi et combien, pas qui ! Il est important que le maximum de personnes répondent alors faites passer le mot.
Quelques représentants du personnels se rendront ce jour dans les locaux d'Altedia pour se rendre compte.
Lu dans le Canard Enchaîné de cette semaine (page 4), un article sur la gomme à chômeur. Quand le gouvernement se targue d'une baisse du nombre de chômeurs, on a généralement la faiblesse de croire qu'ils ont peut être retrouvé un boulot. La plupart du temps il ont été plus simplement radiés ! Il faut savoir que 500 000 personnes sont radiées chaque année pour ne pas avoir répondu à une convocation de l'ANPE. Très souvent en effet, trop souvent même, l'adresse est mal rédigée, l'enveloppe affranchie au tarif normal (ces envois ne sont pas faits en recommandé) et la convocation n'arrive pas. C'est une bonne méthode pour réduire le nombre de chômeur (voir ce billet). Une chômeuse a porté plainte contre ce genre de procédé, ayant été radiée alors qu'elle ne s'était pas présenté à une convocation qu'elle n'avait jamais reçu. Après avoir été déboutée une première fois par le tribunal administratif, elle a gagné en appel (Paris, le 6 octobre). Cette cour a en effet estimé que c'est l'agence qui doit démontrer que la convocation a bien été faite. L'ANPE ne semble pas vouloir changer ses procédures, aussi, il nous faudra être vigilant, sur ce point, lorsque nous irons pointer. C'est évidement important dans la mesure où l'indemnisation est lié à l'inscription à l'ANPE.
A venir :
La venue de notre fidèle soutient de la LCR, Olivier Besancenot, lundi, entre 13:30 et 14:00 avec un média national.
LUNDI 18 DÉCEMBRE 2006, 18:30, MAIRIE DE VALENCE : CONSEIL MUNICIPAL ! CE SERAIT BIEN QUE LES REYNOLDS S'Y INVITENT GENTIMENT, HISTOIRE DE FAIRE PART DE LEURS IMPRESSIONS SUR L'ACTION POLITIQUE DE LA VILLE DE VALENCE ! LUNDI 18 DÉCEMBRE 2006, 18:30, MAIRIE DE VALENCE ; QU'ON SE LE DISE !!!!!

Libellés : , , ,


posté par DiogenePasCynique le 15.12.06. Lien vers ce billet

23 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

14 décembre, 2006

Santé, entre autres.

Une salutaire initiative de notre bien-aimée infirmière, regarder et estimer le plus précisément possible l'état physique et mental de la population des Reynolds (après essorage !). Un questionnaire anonyme a été distribué aux salariés présents. J'encourage ceux qui n'ont pas encore rempli ce questionnaire à le faire, quitte à revenir à l'usine pour cela, c'est important. Si l'autorisation m'en est donnée et que cela ne pose pas de problèmes de déontologie, les résultats seront aussi publiés ici.
Pour répondre au commentaire sur les produits toxiques utilisés en Chine, il n'y a normalement rien à craindre si les lois sont respectées. Les produits qui rentrent en Europe doivent correspondre aux mêmes normes (sauf sociales !) que s'il étaient fabriqué en Europe. Evidement, c'est compter sans la contrefaçon, mais je ne crois pas que le groupe prendrait de tels risques sur son image. Par contre, les travailleurs locaux en prennent, eux, des risques ! Je pense notamment à la fabrication de certains colorants en Chine. Les mesures de sécurité (pour ce qui concerne les contacts avec des produits chimiques dangereux) sont beaucoup moins contraignantes qu'en Occident, avec les conséquences qu'on peut imaginer. Le consommateur européen constatera lui des différence de qualité, mais pourra-t-il seulement comparer ?
Sans vouloir me faire de la pub à bon compte, je vous invite à aller lire les commentaires sur mon dernier article sur Agoravox. Pour que l'intégralité des commentaires s'affichent, il faut cliquer sur AFFICHER TOUS LES COMMENTAIRES MASQUES, juste au dessus du commentaire le plus haut. Certains sont réellement porteurs de solutions je crois (ceux de René Job notamment).
Ce matin à 10:00, CE extraordinaire. Approbation des 4 PV des réunions des 7, 20, 21 et 22 novembre, information sur le dernier CCE, information consultation sur le projet d'accord relatif au volontariat et aux critères d'ordre de licenciements, enfin information consultation sur le projet d'accord CATS.
LUNDI 18 DÉCEMBRE 2006, 18:30, MAIRIE DE VALENCE : CONSEIL MUNICIPAL ! CE SERAIT BIEN QUE LES REYNOLDS S'Y INVITENT GENTIMENT, HISTOIRE DE FAIRE PART DE LEURS IMPRESSIONS SUR L'ACTION POLITIQUE DE LA VILLE DE VALENCE ! LUNDI 18 DÉCEMBRE 2006, 18:30, MAIRIE DE VALENCE ; QU'ON SE LE DISE !!!!!

Libellés : , ,


posté par DiogenePasCynique le 14.12.06. Lien vers ce billet

6 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

13 décembre, 2006

Société du spectacle et liberté.

Merci encore à Ella pour son texte. Un seul commentaire, absolument personnel, sur ce qui c'est passé hier sur la place Edmond Regnault. En physique des particules, un savant autrichien a démontré que l'on ne pouvait connaître exactement l'état d'une particule, car le simple fait de l'observer modifiait cet état. Je crois que c'est un principe plus universel que ça, qu'on peut, par certains cotés, étendre aux situations et à l'oeil des média. Alors que ces derniers sont censés redire l'information, force est de constater que parfois, ils la provoquent, ou la dramatisent par leur simple présence. C'est aussi, je l'admets, lié à leur fonctionnement (ils ne se déplacent pas si l'info n'est pas spectaculaire !). En dernière analyse, c'est d'ailleurs aussi valable pour ce blog, alors ! Pas de jugement de valeurs donc, seulement en être conscient. Sinon, la pizza ravioles et saumon, pas mal !
A Paris l'avis du CCE a été donné après moult péripéties dont je n'ai pas tous les détails.
J'ai eu des remarques sur des difficultés d'affichage de ce blog sous Internet Explorer 7. Je ne crois pas que mon code soit en cause (mais un bon codeur est censé prendre en compte ces difficultés !). Dans l'état actuel de mes connaissances, je ne peux modifier mon code pour IE 7 sans provoquer d'autres difficultés sous d'autres navigateurs. Pour des raisons historiques, ce navigateur ne respecte pas complètement les standards du web. Alors je vous propose de changer de philosophie. Je vous propose de faire une action qui fera de vous non plus un complice de la concurrence et du libéralisme, mais un acteur de la collaboration entre les hommes. Mais une explication s'impose. Pour construire un logiciel, il faut écrire des dizaines, voire des milliers de lignes de code qui disent grosso-modo au micro ce qu'il doit faire. Ces lignes sont écrites dans un langage dit évolué pour que le programmeur puisse travailler efficacement, c'est le code source. Le probleme c'est que le micro comprend ces lignes, mais pas vite. Aussi, pour rendre ce code rapidement assimilables par un ordinateur normalement constitué, on passe par une opération nommée la compilation. Il s'agit de traduire le code source du programme en un langage beaucoup plus proche du micro, et donc d'exécution beaucoup plus rapide. Malheureusement, ce langage est très difficile à comprendre pour un être humain. Lorsqu'on achète un logiciel, il est compilé, par conséquent, on ne sait pas ce qu'il a exactement dans le ventre car on a pas accès au code source, qui est jalousement gardé secret par le fabricant. On ne peut donc pas le bricoler, ou même, soyons fous, l'améliorer. Lorsqu'on utilise un logiciel dont le code source est privé, on est de fait extrêmement dépendant du bon vouloir du fabricant (c'est très instructif de lire les licences d'utilisateur à ce propos). C'est entre autre la dessus qu'est bâtie la fortune de Microsoft. Il existe pourtant des logiciels dont le code source est libre, disponible pour la communauté des programmeurs (amateurs et professionnels), c'est celui des logiciels libres. Outre qu'ils sont le plus souvent gratuits, la disponibilité de ce code source permet à ceux qui le souhaitent de faire évoluer ou rendre plus fiable le logiciel en question. Et ils ne s'en privent pas. Le principe est donc la collaboration et le partage. Ces logiciels sont généralement plus stables et évoluent plus vite (il y a des milliers de programmeurs dans le monde qui les font évoluer en permanence). Bien entendu, il existe un navigateur internet libre et gratuit (et respectueux des standards du web), Firefox , que je conseille en remplacement d'IE 7 ! C'est ce que j'utilise depuis plusieurs années. Plus il y aura d'utilisateurs de logiciels libres, plus la communauté de programmeurs est renforcée et alors l'idée de partage et de collaboration entre les hommes prend vraiment corps dans la réalité. En utilisant un logiciel libre, outre que cela vous coûtera beaucoup moins cher (le plus souvent rien !), fonctionnera généralement mieux, vous défendez une certaine idée du partage de la connaissance. Donc, à la place d'Internet Explorer, Firefox ; à la place d'Outlook Express, Thunderbird. Plutôt que de chercher une version piratée de la suite MS Office, OpenOffice. Si enfin vous voulez en savoir plus sur le monde du logiciel libre, en français, allez vite sur Framasoft ! Pour ceux qui pensent encore qu'il pourrait s'agir des propos idéalistes d'un doux rêveur, il faut savoir que la communauté scientifique utilise beaucoup les logiciels libres, qu'elle contribue d'ailleurs à faire évoluer et qu'une partie des administrations françaises s'y est mise (la police et la défense nationale ainsi que la mairie de Paris par exemple). Et puis cela permet de montrer que le libéralisme et la liberté sont deux choses très différentes.

Libellés : , ,


posté par DiogenePasCynique le 13.12.06. Lien vers ce billet

10 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

12 décembre, 2006

A Mariella.

Un texte d'Ella :
A Mariella, à son père secrétaire d'Etat du gouvernement Allende et à sa famille, réfugiés politiques en 1979 à Evreux, qui m'ont tant appris de leur pays.
Ils étaient arrivés en Normandie après des années de traque et d’errance au Chili, Roberto, le père, avait été torturé dans les obscurs prisons de Santiago mais refusait obstinément d’en parler. Ils avaient réussi à venir en France par l’intermédiaire de réseaux de solidarité d’intellectuels ( oui oui ils servent parfois à quelques chose ces gens là !!)
Dans ces années là, j’avais bouffé le pavé contre le coup d’Etat fomenté par les USA, usé mes baskets dans les manifs contre la sanglante dictature de Pinochet et lu tout Pablo Néruda.
Je découvrais bouleversée des gens simples, gais, chaleureux, spontanés, et je suis devenue leur invitée permanente, une fana des empanadas, et des gentils chiliens, ( et oui Mariella avait aussi un frère …)
Roberto aimait Paris et nous avons passé de longues heures à flâner sur les quais, à la recherche de l’édition rare, à gravir les marches de la butte Montmartre, a observé les gargouilles de Notre Dame. Il adorait particulièrement parcourir en tous sens les allées du cimetière du Père Lachaise où il commentait chaque nom inscrit sur les tombes avec toute la poésie et la culture dont il était pétri.
Après trois années à partager leurs valeurs de solidarité et de générosité, j’ai quitté la Normandie, Mariella et sa famille sont repartis à la chute de la dictature, quelque part près de Conception.
Je sais que là bas ils ont trinqué à la mort du dictateur, à la votre mes amis !
Voici un texte de Pablo Néruda à méditer…
Traduction d’un discours de Pablo Néruda - Prix Nobel de littérature 1971.
Il meurt lentement
Celui qui ne voyage pas,
Celui qui ne lit pas,
Celui qui n’écoute pas de musique,
Celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux.
Il meurt lentement
Celui qui détruit son amour-propre,
Celui qui ne se laisse jamais aider.
Il meurt lentement
Celui qui devient esclave de l’habitude
Refaisant tous les jours les mêmes chemins,
Celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur
De ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu
Il meurt lentement
Celui qui évite la passion
Et son tourbillon d’émotions
Celles qui redonnent la lumière dans les yeux
Et réparent les coeurs blessés
Il meurt lentement
Celui qui ne change pas de cap
Lorsqu’il est malheureux
Au travail ou en amour,
Celui qui ne prend pas de risques
Pour réaliser ses rêves,
Celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
N’a fui les conseils sensés.
Vis maintenant !
Risque-toi aujourd’hui !
Agis tout de suite !
Ne te laisse pas mourir lentement !
Ne te prive pas d’être heureux ! “

Libellés : ,


posté par DiogenePasCynique le 12.12.06. Lien vers ce billet

6 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

Râteau et actions.

D'abord et avant tout une pensée solidaire pour JPAT qui, dans un commentaire cumule les détresses. C'est vrai que le râteau vient parfois refroidir la joie, que dis-je, l'allégresse que l'on a, partant la fleur au fusil, l'oeil brillant et le sourire (parfois un peu idiot il est vrai) aux lèvres à la conquête de la belle que voilà ! Mais bon, c'est le destin des hommes que de cheminer vers l'endroit où est posé ce satané râteau et d'essayer de l'éviter ! Une fois passé le doute, que faire d'autre que recommencer ? Allez, courage JPAT !
Moins sérieusement (!), hier, journée médias au cours de laquelle France 3, France Bleue et L'Agence France Presse sont venues aux nouvelles des Reynolds et , aujourd'hui, CCE Extraordinaire à Paris pour que ce dernier donne ses avis sur les livres IV et III.
Ce matin, libération de stylos, en chantant, sur la place Edmond Regnault, devant quelques représentant des forces de l'ordre républicain et autre. Menace aussi de licenciement pour faute sur deux délégués (barbouze photographes à l'appui, huissier et tout le toin-toin). Stan-by pour l'instant.
Dernière minute, Agora Vox a accepté un autre de mes articles (comme quoi il faut persévérer, mais pas dans l'erreur, d'accord ? !). Un article aussi dans l'Usine Nouvelle.

Libellés : , ,


posté par DiogenePasCynique le 12.12.06. Lien vers ce billet

1 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

11 décembre, 2006

Bon débarras.

Vous aurez compris qu'il n'est pas dans mes habitudes de me réjouir d'un décès. Pourtant, j'attendais celui de Pinochet. Petit rappel historique. Lorsque Salvador Allende a été élu sur un programme politique de gauche, Richard Nixon, et plus généralement la classe dirigeante américaine n'ont pas trop aimé. Nixon a même dit à l'époque qu'il fallait « faire gueuler l'économie » pour étrangler le Chili et y provoquer un soulèvement populaire pour renverser Allende. Comme cela ne suffisait pas, les services US ont donné un coup de main. Il est désormais établis que des agents de la CIA étaient présents lors du sinistre 11 septembre 1973 alors que Pinochet et ses troupes attaquaient le palais présidentiel. Des entreprises américaines ont, à l'époque, débloqué des fonds pour aider au renversement de ce gouvernement (ITT notamment). A l'époque, l'Amérique ne pouvait supporter que ce qui de là-bas ressemble de près ou de loin au communisme, s'étende. Salvatore Allende se revendiquait marxiste, mais était ce qui correspond chez nous à un socialiste bon teint. Cette stratégie américaine a aussi eu des effets en Europe, notamment en Italie (les fameuses années de plomb), en Grèce (la dictature des colonels) et le réseau Européen Gladio qui devait organiser une résistance à l'extension de l'influence communiste en Europe. En France cela s'est concrétisé entre autre par le soutient financier US à un syndicat dit indépendant, issu d'une scission de la CGT (vous savez, le syndicat qu'il vous faut !). Je reste toujours persuadé que la prise de contrôle de sociétés locales par des capitaux US n'est pas neutre (on se renseignera sur l'historique de l'affaire du benzène dans l'eau de Perrier) et que ces investissements peuvent, pas toujours certes, participer d'une stratégie globale d'influence, voire d'affaiblissement.

Pour revenir à Pinochet, il faut aussi rendre à César. Des conseillers Français ayant pu expérimenter certaines techniques contre-révolutionnaires pendant la guerre d'Algérie, ils ont partagé leur savoir avec leurs collègues sud-américains (je crois que le général Aussaresses était de ces conseillers). Je constate enfin que Pinochet est mort dans son lit, sénateur à vie et n'a pas été jugé.

Au Mexique on dit : « Pauvre Mexique, si loin de Dieu et si proche de l'Amérique ! »

N'oubliez pas ce soir, à 18:30 sur France Culture (88,8 Mhz sur Valence) on parlera de Reynolds et de l'extrême Gauche dans l'émission Travaux Publics.



posté par DiogenePasCynique le 11.12.06. Lien vers ce billet

13 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

09 décembre, 2006

Appel.

Je rebondis sur les mots d'Ella. La réunion d'hier soir avec la LCR et Alain Krivine a vraiment été un chouette moment d'échange et de débat. Merci aux militants qui restent, entre autres, de fidèles soutiens des Reynolds. Comme l'avait déjà dit Olivier Besancenot lors de son meeting à la Mutualité, comme l'a confirmé hier Alain Krivine, la participation de la Ligue à une candidature unitaire antilibérale (dont le Comité antilibéral unitaire gauche Valence est la déclinaison locale) à la présidentielle ne se fera qu'à la condition d'un engagement de ne pas gouverner avec des socialistes. Il s'agit bel et bien de remettre en question le capitalisme, de mettre l'économie au service de l'homme et non l'inverse. La décision devrait être prise ce week-end. La principale difficulté vient de l'appareil du Parti Communiste Français (les militants restant quant à eux, comme la majorité des militants en général, des personnes attachées aux réalité plus qu'aux dogmes). Si le PCF restait campé sur ses positions, alors, la gauche radicale partirait divisée à la conquête de l'Élysée avec les résultats que l'on connaît. Je sais qu'on me reprochera sans doute cette digression politique, mais la situation que vivent (assez mal désormais) les Reynolds, a des causes. Ces causes, il faut les reformer en profondeur, et l'action politique est l'outil adapté.

Pour appréhender une situation, il faut en mesurer l'étendue. Bien que nous ayons fait des actions communes avec d'autres collectifs de lutte, nous, Reynolds avons le plus souvent agit seul et pour nous. Jamais, les restructurés, les chômeurs, les RMIstes, les précaires, les temps partiels, etc ne se sont véritablement comptés, ensemble, à Valence ou ailleurs. Je me dis pourtant que leur nombre doit être tel qu'il peut représenter une force électorale décisive (plus en tous cas que les chasseurs !). Parce que lorsque je lis dans le bulletin municipal de Valence de décembre 2006, en page 6 que le chômage est en baisse, je trouve cela honteux et provoquant. Selon la DDTE, le nombre de chômeur à Valence serait passé de 5854 en décembre 1994 à 2619 en juin 2006. J'aurais aimé des chiffres plus complets, avec l'interim, les RMI, etc. J'aurais aussi aimé pouvoir apprécier les créations d'entreprises, la proportion d'échec à 1, 2, 3 et 5 ans de ces mêmes entreprises, ainsi que la nature des contrats de travail qu'elles utilisent. Il s'agit des chiffres sur Valence, qui ne tiennent que partiellement compte des fermetures d'usines. En effet, chez Reynolds, tous les travailleurs ne sont pas de Valence, ce qui permet de faire passer la patate chaude au maire voisin ! La mairie UMP de Valence, il faut le dire, a été en dessous de tout au cours de cette lamentable histoire. A part l'organisation d'une table ronde au cours de laquelle on a eu la certitude d'être virés, la mairie UMP n'a rien fait que de dire, un peu. J'ajoute que la mairie UMP de Valence, par sa gestion des HLM est elle-même une consommatrice abusive de personnel très qualifié en contrat très précaire pour assurer la paix sociale dans les quartiers. Sachant que l'on ne récolte que ce que l'on sème, j'ai peur que la disette ne soit le lot de l'UMP locale dans les prochaines années. Et je ferai ce que je peu pour leur ôter le pain politique de la bouche ! Nos soutiens politiques durables ont été communistes (LCR, M Bochaton) et PS (particulièrement la mairie de Bourg les Valence). Pour finir de bien balayer (et de me fâcher avec tout le monde !), je regrette aussi que les commerçants valentinois n'aient pas jugé bon de s'intéresser à l'actualité sociale. Nos salaires sont leurs marges. J'ai souvenir de rideaux baissés dans des villes moribondes, mais pas à Valence, où seulement quelques centaines d'emplois sont menacés.

Alors, il faut que tous ceux qui subissent et refusent les funestes conséquences d'un libéralisme économique irresponsable se réunissent, se comptent et prennent conscience de leur force, parce qu'ils sont forts, mais ils ne le savent pas encore. Il faut qu'une information visible de tous centralise les fermetures d'usines en cours en France (des milliers d'emplois sont menacés ou supprimés actuellement), fasse ces additions de virés, de RMIstes et consort et les publie. Tous ceux que cela inspire sont invités à faire part de leurs commentaires et à apporter leur pierre.

A propos de commentaires, je ne souhaite plus voir de commentaires vilipendant des générations sur ce blog, ça me fait honte. Par conséquents, à partir de désormais, ils seront passés à la trappe ! Concernant M JP.C (CGC), je suis désolé, mais en ce qui me concerne, il fait parti des personnes qui se sont révélées au cours de la lutte, quoiqu'on en pense, et ce fut une bonne surprise. Je crois que c'était dur pour tout le monde ce maudit vendredi. Cela fait un peu moralisateur, je sais, mais il faut essayer de comprendre avant que de juger, vraiment, s'il vous plaît.

Libellés : , ,


posté par DiogenePasCynique le 9.12.06. Lien vers ce billet

7 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

08 décembre, 2006

Les larmes.

Les salariés ont été libérés en avance, après que la direction ait, avec des primes, essayé de demander à ce qu'un minimum de production se poursuive. En circulant dans les ateliers on ne croisait que des visages graves, des larmes, des conciliabules sourds. C'est proprement effrayant ce que peut produire cette transformation, dans l'espace et dans les esprits que l'on résume sous le terme d'une restructuration. C'est d'une tristesse sans nom et un énorme gâchis. Houellebecq, dans son livre les particules élémentaires, fait dire à son héros que la séparation, c'est le mal. nous en avons la démonstration sous les yeux.
La journaliste de France Culture a pu faire son reportage et prendre l'exacte mesure de la situation.


posté par DiogenePasCynique le 8.12.06. Lien vers ce billet

23 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

Les mots pour le dire.

Je laisse aux institutions (direction, syndicats) le soin d'informer sur l'état actuel des négos. Juste un mot tout de même pour souligner la prochaine difficulté. J'ai pu assister hier à des exemples des effets néfastes, sur le moral, de la fermeture de l'usine et de ces conséquences psychologiques. Bientôt, ce sera plus de vide et plus de silence dans nos bâtiments. Et cela sera particulièrement dur à supporter pour certain(e)s. Un seul remède à ma connaissance, l'exprimer, le dire et se le dire que c'est dur et ne pas se terrer dans son coin. Avoir mal en ce moment confirme juste notre humanité, c'est donc tout à fait normal.
Un mot, spécial copinage, pour des camarades discrets qui furent de nos actions. La mission ouvrière de Valence s'est investie cette année dans les luttes contre le CPE, a soutenu les salariés de Rieter, Setila, Rhodia, Reynolds, a lutté aux cotés des sans-papiers et sans-logements. Ils invitent à une rencontre le vendredi 15 décembre à 18:30, à la salle de réunion de l'Église Saint Paul, rue des Basses Crozettes. S'en suivra un échange autour du verre de l'amitié et du repas tiré du sac.
Ce soir, 20:30 à la maison des syndicats, meeting de la LCR avec Krivine. Ce serait bien qu'il y ait quelques Reynolds ...
Pour terminer une bonne fois pour toutes avec les clivages jeunes / vieux, je crois que ce n'est pas pertinent. Le seul clivage que je constate toujours, c'est celui existant entre les acteurs du monde, et les consommateurs du monde (ceux qui s'activent dans des associations le savent bien !).



posté par DiogenePasCynique le 8.12.06. Lien vers ce billet

20 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

07 décembre, 2006

Le jour J !

Comme pour l'autre, je ne serai pas étonné de voir débarquer quelque américain ! Suite du CE extraordinaire ce matin à 10:00. Il faut d'ors et déjà noter que l'exemplaire du Livre III le plus à jour (celui distribué au élus pour cette réunion) ne correspond toujours pas à l'état des discussions. Aussi, il y a un bug à ce niveau.
En attendant que les différentes péripéties de cette journée se déroulent, je rappelle que demain, à 20:30, à la maison des syndicats de Valence (à Fontbarlettes) il y aura un meeting de la LCR avec Alain Krivine. Un salarié de Reynolds interviendra pour parler du Cas Reynolds. Ce serait bien que d'autres soient là aussi. Demain toujours, mais un peu plus tôt, une journaliste de France Culture s'entretiendra avec quelques représentant des salariés.

Libellés :


posté par DiogenePasCynique le 7.12.06. Lien vers ce billet

8 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

06 décembre, 2006

Place aux jeunes vieux !

Moi, l'action juridique, c'est non ! Et si c'est oui, ce sera sans moi ! Par contre, il n'est pas interdit de se battre comme des chiens demain pour arracher ce qui manque à ce qui reste une erreur d'appréciation des deux parties en négociation. Effectivement, je crois que les délégués sont fatigués de tout ce bordel. Par ailleurs, il y a, je crois un juste investissement par rapport à l'objectif. Après on risque de ressembler à ces vieux soldats japonais, oubliés au milieux du pacifique, qui, bien des années après Hiroshima attendaient encore l'ennemi de pied ferme. Même si moi non plus ça ne m'enchante pas forcement d'avoir un certain manque à gagner (et non une perte, on ne perd que ce que l'on possède !), j'avoue que simplement, j'aurais un peu honte de mettre en oeuvre des actions qui iraient vers une sous-prime pour ceux qui auraient pu opter pour le départ anticipés. Cela vient certainement de mon éducation, mais, nous en avons tous eu une, n'est-ce pas ? Par contre, on est bien obligé de constater que les sociétés qui oublient leurs anciens, de même que celles qui oublient les générations futures, ne se préparent pas à aller très loin ...
Concernant le détournement de pseudo, ce n'est bien sûr pas très élégant. en plus, cela brise le collectif !

Libellés : ,


posté par DiogenePasCynique le 6.12.06. Lien vers ce billet

7 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

Annonce !

A tous les salariés. Pour ceux qui n'étaient pas présent à l'heure d'infos de ce jour, un vote se tiendra demain à 14:30. La question est : est-ce qu'on opte pour l'action juridique (et pour les risques associés !). Une info sur l'état de la situation sera faite juste avant. Bon choix Mesdames, Bon choix Mesdemoiselles, Bon choix Messieurs !

Libellés :


posté par DiogenePasCynique le 6.12.06. Lien vers ce billet

24 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

Jamais contents !

Chapeau bas d'abord à Alterun pour son commentaire. Tu gagnes à être connu ! Je ne savais pas que la famille Sarkozy de Nagy-Bosca s'était compromise avec l'occupant nazi. Par contre, sur l'engagement de papa Sarko dans la légion étrangère, il semble qu'il lui ait effectivement ouvert la nationalité française mais qu'il fut rapidement réformé. Il n'a donc pas connu le feu ni le sable chaud. Ensuite il a fait fortune dans la publicité.Mais hier, la direction a commencé à communiquer sur le contenu (très) probable du livre III (le PSE). Je n'ai pu assister à toutes les réunions, mais les réactions ont été assez diverses. Ce jour, à 12:30, une assemblée générale aura lieu et complétera, par une autre subjectivité, les informations de la veille. Une consultation est prévue. On a tout de même pu mettre le doigt sur un effet pervers du choix , pour le personnel de plus de 55 ans, entre la préretraite maison et être virés. A partir d'un certain âge (environ 57 ans) les salariés concernés ont en effet intérêts à être licenciés et ne pas opter pour la préretraite (encore des histoire de gros sous et d'exemption de recherche d'emploi !). Cela grèvera donc le budget de la prime complémentaire, pervertissant au passage le non usage de la préretraite ! En effet, les calculs (pour la prime complémentaire) ont été fait en ne prenant pas en compte cette population pour laquelle la préretraite est (dans l'esprit) destinée et a été âprement négociée. Aussi, un léger transfert de fonds sera sans doute nécessaire à la cimentation (c'est comme ça qu'on dit lorsqu'on termine une vente !) de l'accord ! Je ne pense pas, malgré certains cotés dramatiques (traits tendus, soupirs, rictus fatigués et consort) de la dernière réunion du CE, que cela soit vraiment insurmontable. Il y a un problème, il faut le résoudre car il ne faudrait pas que tout capote sur ce qui est un détail en regard des autres mesures et du chemin parcouru. Je crois que les parties sont conscientes de l'écueil et je ne doute donc pas que la volonté de l 'éviter conduira à une solution acceptable.Enfin, autre effet inattendu, il y aura parfois plus de candidats au départ que de places disponibles ! Je suis moi-même dans ce cas. Je me suis en effet, depuis tous ces mois, complètement projeté hors de ma fonction. Même si mon avenir professionnel est pour le moins incertain, dans mon esprit, je me sens désormais assez prêt à accueillir quelque nouveauté, voire rebondissements ! Après, il pourrait être trop tard ! Et puis, la vie menée depuis ces derniers mois a tellement donnée la possibilité de prises d'initiatives, de contacts nouveaux et divers, de retours symboliques, de prise de risques aussi, qu'il me sera plus difficile de m'inscrire dans la hiérarchie antérieure, fusse au prix du renoncement à quelques petits bonheurs quotidiens ! Un peu comme un chien à qui on aurait lâché la bride (de cheval). Ce sera un peu plus difficile de me dire coucouche panier !Dernière minutes, les salariées réclament directement 50 000 € par personne de prime complémentaire !Enfin, vu les commentaires, ce serait peut-être bien de ne pas se diviser SVP. Je rappelle que l'ancienneté est déjà prise en compte dans la prime légale. Pour ce qui est des mesures liées à la situation familiale et à l'âge, c'est, en ce qui me concerne, naturel.

Libellés : , ,


posté par DiogenePasCynique le 6.12.06. Lien vers ce billet

8 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

05 décembre, 2006

Le bout du tunnel ?

Après un démarrage difficile, le réunion du CE d'hier n'a pas été aussi effrayante qu'on pouvait le craindre. Des avancées réelles ont eu lieu, même si on peut toujours penser qu'on peut faire mieux. Le CE a été suspendu et reprendra Jeudi prochain à 10:00. Les représentant se réunissent ce matin afin d'étudier plus précisément les dernières propositions. Je suis plutôt content de la teneur des commentaires concernant un certain égalitarisme. Une information plus précise devrait être faite par les organisations syndicales, probablement mercredi au cours d'une assemblée générale. Pour éviter les espoirs fous, 80 000 € de prime complémentaire, ça n'existe pas !

Dans un registre plus inquiétant, « Le travail est une libération, le chômage une aliénation » a dit hier Sarkozy à Mâcon au cours d'un meeting. M Sarkozy souhaite remettre le travail au coeur de la société française. Le fait-il exprès ? Cela me rappelle, bien sûr le fameux et regrettable Travail-Famille-Patrie ainsi que le funeste « Arbeit macht frau » (le travail rend libre) , pancarte affichée à l'entrée des camps de concentration lors de le seconde guerre mondiale.

Libellés : , ,


posté par DiogenePasCynique le 5.12.06. Lien vers ce billet

17 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

04 décembre, 2006

Rouge, rubans et discussions.

Comme l'a déjà dit Plucomavan, une délégation de Reynolds a participé au meeting d'Olivier Besancenot (dont je remarque le site présidentiel utilise SPIP !) à la Mutualité (la même salle que Ségolène quelques jours avant, wouahou !). Les Reynolds ont pu bénéficier d'un temps de parole au cours de la conférence de presse puis au cours du meeting proprement dit. A l'ouverture des portes au public, la délégation a distribué des stylos marqués du sceau de la lutte et ont même (mais oui !) rencontré une ravissante ancienne salariée de Sanford Ecriture, à Paris - « gestion à l'américaine ... » a-t-elle dit avec dépit. Cet événement a aussi permis des contact avec la presse nationale. Un compte rendu subjectif sur le site présidentiel de la LCR.
La semaine dernière, diverses discussions ont continué, concernant l'accord de préretraite, et le PSE. La discussion sur le PSE est assez difficile, d'autant plus que les guirlandes semblent utiliser des rubans de décors qui ne sont pas tous obsolètes comme je l'ai cru innocemment de prime abord, qui coûtent cher et dont le délais d'approvisionnement est de l'ordre de 10 semaines. Cela ne facilite donc pas la discussion, vu que cela semble compromettre la prod de stylos plumes ; c'est ainsi. Actuellement, on parle fric (soyons clairs !) et les notions d 'égalité et d'équité s'opposent. Je rappelle, aussi pour moi-même, les définitions. Équité : esprit de justice. Égalité : état de ce qui est égal ; de ce qui est plan, uni ou uniforme.
L'opposition n'est en fait qu'apparente vu que les syndicats (particulièrement les représentants de la CFDT), considèrent que l'égalité est juste. En effet, concernant la prime complémentaire, contrairement à ce que suggère la direction, la CFDT n'est vraiment pas pour le fait qu'elle soit indexée au salaire. Par contre, elle n'est pas contre le fait de prendre en compte l'âge, l'ancienneté, le nombre d'enfants à charges ainsi que différentes caractéristiques de populations fragilisées (parent isolé, handicap) pour son calcul. Les représentants, fidèles en cela à une ligne suivie depuis de longues années, demandent qu'une part fixe importante garantisse une indemnisation descente pour tous. Pour les fans du sur-mesure, l'indemnité conventionnelle de licenciement prend en compte les individualités de chacun (notamment la hauteur du salaire qui, comme on le sait reflète exactement l'apport de chacun au projet d'entreprise, à moins que ce ne soit la souplesse de l'échine !). Parce qu'en effet, il y a un préjudice réel. Pour les salariés d'abords, qui se sont bel et bien fait baladés depuis 2 ans. Il y a aussi le gâchis d'un outil industriel encore productif qui sera transféré avec tous mes risques que cela comporte et la ville de Valence, qui n'avait pas vraiment besoin de cela.
Une autre discussion, un peu surréaliste celle-là, c'est celle que nous avons eu avec un gardien qui, s'excusant presque, vînt prévenir que bon, ce week-end, ils enlèverait un peu des rubans sur le passage, pour que les chariots puissent circuler, mais qu'ils ne toucheraient pas au reste, juré !
Newell Rubbermaid termine de vendre sa division Home Décor Europe et annonce la cession du reste des actifs détenus dans cette société (communiqué de presse ici, ici , ici ou . C'est le même texte !). On appréciera les réserves faites à la fin du texte pour d'éventuels investisseurs.
Ce matin, les représentant rencontrent leurs experts et cet après midi, CE extraordinaire.

Libellés : , ,


posté par DiogenePasCynique le 4.12.06. Lien vers ce billet

8 commentaires lien vers ce message


<< Page principale | Haut

Recherche

Web Restructuration

Quelques liens sur le reclassement.

Cette section s'affiche au bas de toutes les pages du blog. elle propose une sélection de liens vers des sites qui peuvent être utiles.

La Base de données Altedia vous permet, si vous avez un compte (demander les codes à un conseiller Altedia, à l'antenne Altedia.) de vous connecter à une base de donnés contenant des offres d'emplois identifiées. D'autres sites pour laisser un CV ou chercher des offres d'emplois : ANPE, Monster, JobMeeters, Carrires On Line, RhoneAlpesjob, Pôle Local d'Orientation du Grand Valentinois. On peut aussi viser le soleil : DOM Emplois, Runion Job, DOM-TOM Jobs. Pour les plus motivés, l'emploi à l'étranger : Job center (Grande Bretagne), EURES - The European Job Mobility Portal. Pour les cadres et techniciens : Cadre Emploi. Emploi spécialisé et interim : ADECCO, Kelly Scientifique.

Des modèles (format Word) de CV : AllCV.

D'autres faons de travailler. Le portage salarial : ITG, Portage +. Ce type de statut permet d'être indépendant en conservant un statut de salarié. Idéal pour tester l'idée avant de se lancer. En indépendant : Freelance.Com. Les Sociétés Coopératives Ouvrières de Production (Scops) : Scop Entreprises. Chambre de commerce de la Drôme, Agence Pour la Cration d'Entreprise (APCE).

Les réseaux : Xing (Open BC), Viaduc - Viadeo.

Le chômage : ASSEDIC, Actu Chômage (un site militant d'actualité, à suivre !).

Si vous n'avez pas internet mais souhaitez quand même disposer gratuitement d'une adresse électronique (accessible de n'importe quel ordinateur, cellule Altedia, cyber-café etc.) : La Poste, Yahoo, Hotmail et GMail (sur invitations ).

Des outils libres et gratuits : Navigateur internet Firefox, messagerie Thunderbird, suite bureautique Open Office, et tout le reste sur Framasoft. Vos applications libres et portables sur votre clef USB : Framakey, PortableApps.com.