GÂCHIS REYNOLDS

Suppression des 256 postes de production sur le site de l'usine Reynolds de Valence qui fabriquait les stylos REYNOLDS (filiale du groupe Newell Rubbermaid). Ce blog tient une chronique, depuis Septembre 2005, des évolutions constatées dans la société, de la fermeture de l'usine et de l'après.

Pour surfer, utilisez Firefox, un bon navigateur libre !

Powered by Blogger

x visites depuis le 27/10/2005

Fil de news. Lien copier-coller dans votre lecteur de news.

10 octobre, 2006

CE, barbouzes, information et bonu$.

Aujourd'hui, il est un CE extraordinaire (c'est devenu habituel !) en la salle Vercors, pour la laborieuse lecture du livre IV, avec en guest star, M Niall MACMILLAN, Director of Operations Control – Europe (une sorte de directeur financier je crois, peut être le chef de M DE POMMEREAU, mais comme je ne comprend rien à l'organisation matricielle ... ). Que du bonheur donc ! Par contre, l'assemblée générale qui suivra le CCE à 17:00 sera sans doute moins ordinaire si on en crois la teneur de l'article du Dauphiné Libéré d'hier. Pour savoir, il faudra y être ! Moi, en tous cas, j'ai hâte d'y être ! Certains salariés ont trouvé un peu fort de café d'apprendre la tenue d'une assemblée générale par les journaux (d'habitude, c'est le rachat de son entreprise qu'on y apprend !). renseignements pris, il semble que ce soit absolument involontaire, il s'agit d'un retard à l'affichage !

Au hasard d'une conversation valentinoise, j'ai pu apprendre que quelques pieds nickelés avaient envoyé quotidiennement, pendant quelques jours, des rapports, vers Paris, sur la vie de Reynolds (notamment des articles de journaux locaux). J'ai cru y reconnaître la subtilité de l'agence OCP, mais peut-être s'agit-il de Mondial Protection à moins qu'il ne s'agisse de sbires de feu Beria ... Des fois, la réalité ressemble à un film d'Audiard, mais en moins drôle et sans le talent !

Pour info, le rapport de Syndex sera présenté le 20 octobre.

Maintenant, puisque nous sommes désormais dans une ambiance explosive, j'en profite pour évoquer un sujet qui fâche : l'organisation des compétences ! Il ne s'agit pas de jeter l'opprobre sur quiconque, mais simplement de se poser la question de comment on peut fonctionner efficacement avec des éléments (nous) forcement imparfaits. La questions s'est déjà posée, et a même reçu une réponse. Il s'agit de la thèse de doctorat de Claude Elwood Shannon (le père de la théorie de l'information, un authentique génie qui faisait du monocycle dans les couloirs de Bell, mais il y faisait aussi des maths !) qui, dans les années 30 - 40 s'interrogeait sur la meilleure façon d'assembler des composants électroniques (à l'époque il s'agissait de tubes, de lampes et autre relais électromagnétiques dont la fiabilité laissait vraiment à désirer) pour que le système obtenu, malgré la fragilité de ses composants, soit fiable. Je suis persuadé que sa lecture peu proposer des idées pour les organisations. Ce que j'ai pu constater de la notre, c'est qu'elle ne favorisait pas la résolution des problèmes. En effet tout semble fait pour que les problèmes ne se voient pas, ne remontent pas. Et lorsqu'ils remontent, c'est qu'il y a déjà trop de poussière sous le tapis, trop tard pour que la solution soit économique. Malheureusement, ce n'est pas parce qu'on ne voit rien qu'il ne se passe rien. Cet état de fait était particulièrement flagrant lors du règne de MK. A l'époque, à l'apparente certitude d'appartenir à je ne sais quelle élite intellectuelle grâce à la possession d'un diplôme (là, plus je vieilli, plus je pouffe !), s'ajoutait une certaine méfiance devant les cadres féminins ainsi qu'une incapacité à accepter un avis différent (tiens, voilà ma carrière chez Millipore fortement compromise, tant pis pour eux !). Mais rassurons nous, ce n'est pas très différent aujourd'hui, puisque notre valeureux directeur avait paraît-il tout compris de la boite au bout de quelques semaines (si c'est pas du génie ça !). Bref, l'organisation que nous avons eu à subir ignorait les problèmes jusqu'à ce qu'il soient graves. En effet, la hiérarchie ne semble pas favoriser la venue de mauvaise nouvelles. Il y a en effet un pas vite franchis entre l'informateur et le coupable. Qui veut de collaborateurs à problèmes alors que certains n'arrivent qu'avec des solutions (parfois illusoires) ? Finalement, il s'agit toujours de flatter le prince. Ce genre de comportements, assez courant, ne nous a vraiment pas aidé. Parmi les causes de cet état de fait, je retiens principalement les flux d'informations. Traditionnellement, l'info remonte par une sorte d'entonnoir hiérarchique, par un seul canal, avec un filtre à chaque niveau. Difficile alors de se faire une idée pertinente de la réalité avec finalement un seul point de vue, qui plus est, complètement édulcoré. Je crois que dans le journal de Louis XVI, au jour du 14 juillet 1789, il avait écris quelque chose du style « Rien de particulier aujourd'hui. ». Là encore, un problème d'information ! Si nous devons continuer, ce devra être dans une organisation plus aplatie, avec la garantie que tous les point de vues puissent s'exprimer librement sans crainte de sanctions, et le plus directement possible (oui, ça ressemble un peu à la démocratie !). Cela suppose aussi que chacun s'ouvre au métier des autres et à la gestion globale de la société.

Un autre sujet qui fâche toujours un peu, c'est l'allocation des ressources (le fric quoi !). Selon mes infos (que je n'ai malheureusement pu recouper, mais j'invite la direction à préciser ou à démentir selon les règles usuelles du droit de réponse), les 120 cadres les plus élevés de la structure Européenne (présidents et VP) auraient droit à des bonus lorsque les objectifs sont atteints. Le salaire moyen d'un VP est de l'ordre de 120 à 150 000 € / an. Les bonus, suivant les résultats par rapports aux objectifs peuvent atteindre 100 % du salaire annuel (on double la mise quoi). Il semble que ces dernières années, les bonus étaient de l'ordre de 50 %. Attention, cet argent vient des USA, c'est des bonus dits corporate. Faisons un calcul pessimiste. Salaire moyen des 120 cadres de 70 000 € avec 50 % de bonus. (70 000 x (50 / 100) x 120) = 4 200 000 € soit 27 550 194 F. Finalement, si on suit la logique de la délocalisation, c'est plutôt les directions qu'il faut envoyer au soleil ! En tous cas, c'est pas pour me vanter, mais je crois avoir trouvé une piste pour financer la pub sans fermer l'usine ! Comme je suis pas chien, je demande même pas de bonu$ ! J'ose à peine imaginer ce que peuvent penser les pauvres rédacteurs de demandes d'investissement qui implorent l'aumône de 20 à 30 000 € pour entretenir les outils ou financer un projet de développement. Finalement, délocaliser une production, c'est exactement prendre aux pauvres pour donner aux riches. Tout cela, je le rappelle est parfaitement légal, quoiqu'apparemment immoral ; c'est dans ce monde que nous vivons.

A propos des restes du monde, je suis bien sûr scandalisé par l'assassinat d'une excellente et courageuse journaliste russe. Je suis par contre, au mieux, vaguement amusé, au pire dégoûté par les larmes de circonstance de stars journalistiques françaises qui, comme le disait Desproges, ont le courage de critiquer Pinochet à 10 000 km de chez lui. L'état de la presse française, dont la plus grande partie dépend directement de 3 grands groupes financiers (une presse aux ordres donc, comme on a pu le constater lors de la scandaleuse couverture du débat sur le projet de constitution européenne) est semblable à ce qu'était la presse à la veille de le seconde guerre mondiale, une presse qui ne faisait pas son travail de quatrième pouvoir. Le titre Politis est en redressement judiciaire, en passe de disparaître, Libé a de gros problèmes et vire ses journalistes (ou les meilleures plumes, Florence Aubenas par exemple, partent), l'Humanité aussi a de gros problèmes de trésorerie. Pendant ce temps là, on lance des feuilles gratuites qui n'ont de journaux que le nom, entièrement financés par la publicité. Alors quand je vois dans quel état de déliquescence est la presse française et que j'entends ces stars des médias vanter des qualités de journalistes qu'eux-mêmes ne sont plus, ça me dégoûte un peu. Chez nous on ne tue pas les journalistes, on a pas besoins de ça, on les achète, et avec eux, c'est un peu la démocratie qu'on achète aussi.

Libellés :


posté par DiogenePasCynique le 10.10.06. Lien vers ce billet


4 Commentaires:
Anonymous Anonyme a dit...

crois-je comprendre que tu déplores les problèmes de libé. Je m'esclaffe car je crois bien que Libé appartient aux Rotchield (je ne suis pas sur de l'othographe).
Pour les problèmes financiers on repassera et deouis quand un journal dit de "gauche" appartient aux plus huppés de droite!!!!!

10/10/06 11:20 AM  
Anonymous Anonyme a dit...

bonjour

vous semblez decouvrir une triste realité, pour les salires, le site de valence est tout simplement une bonne orange ( amer) qui est pressée jusqu au bout. Je suis désolé mais vous auriez du bloquer le site, aujourd hui les paroles vont bon train, mais comment faut il le dire !! le nerf de la guerre c est l argent.
Arrêtez de produire et votre dg vous trouvera credible. Le reste n est que de l illusion pour faire croire que vous avez de l importance, vu de paris vous êtes comme des fourmis ..... dommage car vous êtes des gens formidable, mais face à des vampires .... un exemple, pas un mot de denis terrien ... je suis dur avec vous mais c est aprceque je trouve votre combat juste, et que vous êtes des personnes respectables, mais diantre réveillez Vous le tee shirt c est joli mais en dehors de valence ..... courage kes gars mais svp de l'action et du concret.

10/10/06 1:05 PM  
Blogger brigetoun a dit...

plus simple que d'avoir à les acheter, on les forme dans deux ou trois écoles et ils en sortent surs d'être intelligents mais avec une unique vision du monde qui est dans la ligne

10/10/06 7:11 PM  
Anonymous Ella a dit...

Signalons tout de même la venue de Dominqiue Strauss-Kahn dans l'entreprise demain vers 18h15. Est-ce la perspective des prochaines élections qui tout à coup réveille les consciences? Peut importe, l'important est que l'on puisse faire passer le message au plus haut niveau, et là dessus Strauss-Kahn est plutôt bien placé...Sinon opération taillage de haies intensive du coté des parkings, aujourd'hui. Interrogé en CE Mr Di Vincenzo a simplement répondu que c'était l'entretien "normal" de l'usine....De mémoire d'anciens jamais on a vu un tel carnage depuis que Reynolds existe...D'expérience de jardiniers, jamais on ne taille des haies en octobre...quel est le but de ce nouveau coup d'éclat ? surveillance accrue de l'extérieur, visibilité plus importante du danger qui vient de... où au fait ? En tout cas le danger vient bien de l'intérieur. De cette direction qui se moque des représentants du personnel (et donc des salariés) en arrivant en CE flanquée de deux dirigeants ne parlant pas un mot de français et n'ayant bien sur pas prévue une quelconque traduction. D'une direction qui s'apitoie sur elle même, "vous savez c'est difficile pour nous aussi..."D'une direction qui s'emmêle les pinceaux, ment, ne "sait pas", "prend note" des questions, commente un dossier baclé qu'elle ne maitrise pas, annonce des chiffres à qui on fait dire ce qu'on veut, oui le danger vient bien de là. Et uniquement de là...

10/10/06 9:35 PM  

Lien vers ce message:

Créer un lien

<< Page principale | Haut

Recherche

Web Restructuration

Quelques liens sur le reclassement.

Cette section s'affiche au bas de toutes les pages du blog. elle propose une sélection de liens vers des sites qui peuvent être utiles.

La Base de données Altedia vous permet, si vous avez un compte (demander les codes à un conseiller Altedia, à l'antenne Altedia.) de vous connecter à une base de donnés contenant des offres d'emplois identifiées. D'autres sites pour laisser un CV ou chercher des offres d'emplois : ANPE, Monster, JobMeeters, Carrires On Line, RhoneAlpesjob, Pôle Local d'Orientation du Grand Valentinois. On peut aussi viser le soleil : DOM Emplois, Runion Job, DOM-TOM Jobs. Pour les plus motivés, l'emploi à l'étranger : Job center (Grande Bretagne), EURES - The European Job Mobility Portal. Pour les cadres et techniciens : Cadre Emploi. Emploi spécialisé et interim : ADECCO, Kelly Scientifique.

Des modèles (format Word) de CV : AllCV.

D'autres faons de travailler. Le portage salarial : ITG, Portage +. Ce type de statut permet d'être indépendant en conservant un statut de salarié. Idéal pour tester l'idée avant de se lancer. En indépendant : Freelance.Com. Les Sociétés Coopératives Ouvrières de Production (Scops) : Scop Entreprises. Chambre de commerce de la Drôme, Agence Pour la Cration d'Entreprise (APCE).

Les réseaux : Xing (Open BC), Viaduc - Viadeo.

Le chômage : ASSEDIC, Actu Chômage (un site militant d'actualité, à suivre !).

Si vous n'avez pas internet mais souhaitez quand même disposer gratuitement d'une adresse électronique (accessible de n'importe quel ordinateur, cellule Altedia, cyber-café etc.) : La Poste, Yahoo, Hotmail et GMail (sur invitations ).

Des outils libres et gratuits : Navigateur internet Firefox, messagerie Thunderbird, suite bureautique Open Office, et tout le reste sur Framasoft. Vos applications libres et portables sur votre clef USB : Framakey, PortableApps.com.