GÂCHIS REYNOLDS

Suppression des 256 postes de production sur le site de l'usine Reynolds de Valence qui fabriquait les stylos REYNOLDS (filiale du groupe Newell Rubbermaid). Ce blog tient une chronique, depuis Septembre 2005, des évolutions constatées dans la société, de la fermeture de l'usine et de l'après.

Pour surfer, utilisez Firefox, un bon navigateur libre !

Powered by Blogger

x visites depuis le 27/10/2005

Fil de news. Lien copier-coller dans votre lecteur de news.

20 septembre, 2006

La politique.

Je reviens sur certains des commentaires laissés après la transcription du discours d'Olivier Besancenot. Je ne connaît pas assez le programme politique de la LCR, mais j'imagine que si cette organisation était véritablement révolutionnaire et dangereuse pour la société, elle serait interdite. Quoiqu'on en dise, le trotskisme est une version plus soft du communisme que le stalinisme. Souvent, aussi, on confond ce qui s'est passé en Russie pendant 70 ans avec le communisme. C'est une erreur un peu grossière, vu que la Russie a surtout été sous le joug d'une dictature bureaucratique absurde et meurtrière qui s'est abusivement fait appeler du communisme. Les communistes que j'ai pu rencontrer était généralement mesurés et ouverts. Ils étaient aussi, généralement, un peu plus cultivés que les petits libéraux (j'en ai eu à portée d'oreille !)récitant leur discours pré-mâché. Un projet politique qui se fait fort de réduire les inégalités quelles qu'elles soient, par des actions volontariste sur le monde économique ne me paraît pas mauvais à priori (il faut quand même y regarder de près !).

Lorsqu'un anonyme dit qu'il faut laisser la politiques aux hommes politiques, je crois que c'est une erreur. En effet, dans la situation de licenciements collectifs qui nous intéresse, l'action politique eu une influence directe. Par la loi. Les évolutions du code du travail initiées par François Fillon (actuellement bras droit de Sarkozy à l'UMP) en 2003 ainsi que les suivantes, ont beaucoup compliqué la tâche des représentants des salariés pour assurer leur défense. C'est aussi la politique qui fait le droit. La politique n'est donc pas neutre du tout sur le monde économique.

Je crois au contraire qu'il ne faut surtout pas, en aucun cas, laisser la politique à de prétendus spécialistes. La politique n'est rien d'autre en effet que l'action concrète sur le monde inspiré par une reflexion d'ordre philosophique (du moins, à mon sens). La politique, c'est avant tout dans quelles conditions et sous quelles lois on choisi de vivre ensemble le plus harmonieusement possible. Ça ne peut être que l'affaire de tous. Il est par conséquent primordial que le plus grand nombre puisse s'exprimer de façon pertinente sur le sujet. Les errements que nous observons actuellement dans la classe politique semblent dus au fait que l'on puisse y faire une carrière. Alors qu'il faudrait que l'accès à la représentation de ses concitoyens puisse être la même pour tous, et surtout, limité dans le temps et les mandats. Cela suppose un niveau d'éducation plus homogène, car comment choisir sans avoir tous les élément propres à former un jugement, sinon rationnel, du moins argumenté ? Cela suppose aussi que la candidature à un mandat ne mette pas en péril l'équilibre financier du candidat. Cette condition existe en France pour les fortunés et les fonctionnaires. C'est plus difficile pour les autres, et quasi impossible pour les personnes ayant de faibles revenus.

Telles qu'elles sont réunies actuellement, les conditions d'accession au pouvoir politique ne favorisent pas la conduite des affaire du pays pour le bien de tous. De plus, on note l'influence pernicieuse d'une doctrine économique (libéralisme économique) qui, sauf erreur de ma part, n'est pas démontrée. Les libéraux (au sens économique) supposent en effet que le marché est efficient pour l'allocation optimales des richesses. C'est la fameuse Main Invisible du marché (chère à Adam Smith), qui, par la soi-disant loi de l'offre et la demande, conduit au prix juste. Cela suppose que tous les acteurs de l'économie, notamment tous les acheteurs et tous les vendeurs présents sur le marché en question, sont instantanément et également informés sur les produits en concurrence, une condition qui, sauf rares exceptions, n'est jamais vérifiée dans les faits. Il existe en effet des monopoles, des ententes illicites (voir récemment les ententes entre les opérateurs de téléphonie mobile pour ne pas baisser les prix), des délits d'initié etc. Enfin, le marché ne prend pas en compte l'environnement. Cela était sans doute supportable au XIXeme siècle, mais ce n'est désormais plus soutenable (on lira à ce propos, à petites doses et avec des euphorisants sous la main, Introduction au siècle des menaces, de Jacques Blamont, éditions Odile Jacob). Logiquement en effet, le prix de vente d'un produit devrait prendre en compte la totalité du renouvellement des ressources nécessaires à sa production, au sens le plus large, sans quoi, pour le coup, on pioche dans le capital commun au détriment des futures générations.

Pour les réactions qu'a suscité le début (il n'a pas pu terminer) de l'intervention de M Labaune (député de la circonscription), en dernière analyse, je trouve cela regrettable (hé oui !). Il se trouve qu'en l'occurrence, on a confondu un avis et l'expression d'un avis. Même si on n'est pas d'accord, je pense qu'il aurait du pouvoir terminer. Si on admet que ses intentions sont désintéressées (des doutes existent, mais pas de preuves, donc présomption d'innocence !), lui aurait confondu les choix possibles des options de la lutte au moment de son intervention, et ses probabilités de réussite. Persuadé de l'échec de notre lutte, il est directement passé à l'étape suivante. Nous sommes quant à nous persuadés qu'une probabilité, même peu élevée, mérite d'être tentée (ce qui m'a personnellement parfois réussi !). Si j'ai bien compris, M Labaune propose de mettre la pédale douce sur la lutte pour mieux négocier le départ (de ne pas faire « comme les salariés de Rieter ! »). Ce que je connaît de la dynamique d'une négo est un peu plus complexe vu que l'équilibre des rapports de force varie au cours du temps. M Labaune se fait fort de racheter le terrain, les murs, les bureaux à pas cher (il a évoqué l'euro symbolique) afin de le proposer à la vente à des entreprises qui viendraient s'y implanter. Si les propriétaires ne voulaient pas vendre, M Labaune parle du droit de préemption, mais je crois qu'il ne peut s'exercer que dans certaines conditions (pour construire des logements par exemple, mais si quelqu'un peut apporter des précisions ...). Ce terrain étant éligible au titre de la zone franche, les entreprises bénéficieraient de conditions préférentielles jusqu'en 2011. Il propose donc d'accepter de vendre seulement si les entreprises s'engagent à embaucher d'anciens Reynolds. Voilà pour le principe. Malheureusement, le terrain, au prix du marché, est évalué entre 5 et 6 millions d'euros (à la louche, bureaux et ateliers compris), et le fait qu'il soit potentiellement en zone franche en augmente le prix, de fait. Je vois mal les propriétaires cracher sur une telle affaire. De plus, la menace de ne pas vendre à un employeur ne peut, au mieux, tenir que le pendant le délai de la promesse de vente. Ensuite, l'employeur peut bien embaucher qui il veut. Et puis, pour bénéficier des exonérations liées à la zone franche, il y a d'autres critères d'embauches préférentielles qui ne recouvrent pas forcément les caractéristiques des salariés Reynolds. Cela indépendamment des compétences et des profils professionnels. Le principal problème de la proposition de M Labaune, outre qu'elle peut heurter certains salariés, c'est qu'il ne dispose pas des moyens de la garantir. C'est donc un chèque en blanc. Il semble par ailleurs que M Labaune ait été au courant des projets de Sanford assez tôt. Outre que cela puisse constituer un délit d'entrave, on peut, si cela est établi, se demander pourquoi il n'a pas alors prévenu discrètement les représentants des salariés. Conscient de la gravité de mes doutes, M Labaune bénéficie évidement d'un droit de réponse (sansconcessions@gmail.com). Je souhaite par ailleurs que les éventuels commentaires sur ce sujets prennent en compte le fait que je ne dispose d'aucune preuve.

Je n'oublie pas quant à moi l'affaire du tract contre M Pesce (1994 ou 1995 je crois) où, dans un texte anonyme distribué dans les boites aux lettres valentinoises, M Pesce (ancien maire socialiste) était accusé de collusion avec des islamistes, photo de l'inauguration d'une mosquée à l'appui. Doutant à l'époque que la droite ait pas pu être assez stupide pour faire un tel tract, je pensais alors à une manipulation socialiste (on est dans le panier de crabes !). Finalement, c'était bel et bien une bêtise d'un Labaune qui avait « pété les plombs » selon sa propre explication, pétage qui lui avait valu les honneurs du journal Le Monde (ce qu'il ne faut pas faire tout de même !). A son crédit, quand même, M Labaune a appelé à voter non au référendum sur la (pseudo) constitution européenne et reste un électron libre dans l'UMP.



Libellés :


posté par DiogenePasCynique le 20.9.06. Lien vers ce billet


7 Commentaires:
Anonymous Anonyme a dit...

Pour ceux qui n'ont pas vu l'émission " c'est notre affaire" sur la cinq concernant la rentrée des classes avec comme intervenant le Directeur Général de BIC, vous pouvez maintenant la voir sur
http://www.france5.fr/c-notre-affaire/index-fr.php?id_rubrique=1070#
Eux,ne délocalisent pas !,et font meme l'inverse !

20/9/06 11:47 AM  
Anonymous Anonyme a dit...

Des questions tres importantes tourmantes nos responsables !! Il parait q Mr LEGUEN X cherche des idées pour relancer la production.
SVP aidez les !?!?!?
///////////\\\\\\\\\\

20/9/06 3:09 PM  
Anonymous Anonyme a dit...

embaucher le directeur de BIC !

20/9/06 4:59 PM  
Blogger brigetoun a dit...

je me méfierais un peu du Monsieur Labaune. Les troskystes sont très biens, le seul problème est qu'ils refusent de se salir avec le pouvoir et, comme ils ont constaté que la révolition était exclue..
mais les autres partis devraient les écouter d'avantage

20/9/06 8:41 PM  
Anonymous morocollabo a dit...

Ou ta vu que la révolution etait exclu !!!!

21/9/06 8:35 AM  
Anonymous Anonyme a dit...

Bic a fermé des usines aux USA mais également les anciennes usines CONTE dans le NORD, il me semble.
Si quelqu'un peut confirmer.
Bic est une entreprise familiale française côtée au CAC40 qui a annoncé l'ouverture d'un site de production en CHINE l'an dernier.
BIC fait de la "com" intéressée, ne soyons pas dupe.

21/9/06 4:28 PM  
Anonymous Anonyme a dit...

http://www.votreargent.fr/bourse/articles/conseil.asp?id=106388

24/9/06 10:28 AM  

Lien vers ce message:

Créer un lien

<< Page principale | Haut

Recherche

Web Restructuration

Quelques liens sur le reclassement.

Cette section s'affiche au bas de toutes les pages du blog. elle propose une sélection de liens vers des sites qui peuvent être utiles.

La Base de données Altedia vous permet, si vous avez un compte (demander les codes à un conseiller Altedia, à l'antenne Altedia.) de vous connecter à une base de donnés contenant des offres d'emplois identifiées. D'autres sites pour laisser un CV ou chercher des offres d'emplois : ANPE, Monster, JobMeeters, Carrires On Line, RhoneAlpesjob, Pôle Local d'Orientation du Grand Valentinois. On peut aussi viser le soleil : DOM Emplois, Runion Job, DOM-TOM Jobs. Pour les plus motivés, l'emploi à l'étranger : Job center (Grande Bretagne), EURES - The European Job Mobility Portal. Pour les cadres et techniciens : Cadre Emploi. Emploi spécialisé et interim : ADECCO, Kelly Scientifique.

Des modèles (format Word) de CV : AllCV.

D'autres faons de travailler. Le portage salarial : ITG, Portage +. Ce type de statut permet d'être indépendant en conservant un statut de salarié. Idéal pour tester l'idée avant de se lancer. En indépendant : Freelance.Com. Les Sociétés Coopératives Ouvrières de Production (Scops) : Scop Entreprises. Chambre de commerce de la Drôme, Agence Pour la Cration d'Entreprise (APCE).

Les réseaux : Xing (Open BC), Viaduc - Viadeo.

Le chômage : ASSEDIC, Actu Chômage (un site militant d'actualité, à suivre !).

Si vous n'avez pas internet mais souhaitez quand même disposer gratuitement d'une adresse électronique (accessible de n'importe quel ordinateur, cellule Altedia, cyber-café etc.) : La Poste, Yahoo, Hotmail et GMail (sur invitations ).

Des outils libres et gratuits : Navigateur internet Firefox, messagerie Thunderbird, suite bureautique Open Office, et tout le reste sur Framasoft. Vos applications libres et portables sur votre clef USB : Framakey, PortableApps.com.