GÂCHIS REYNOLDS

Suppression des 256 postes de production sur le site de l'usine Reynolds de Valence qui fabriquait les stylos REYNOLDS (filiale du groupe Newell Rubbermaid). Ce blog tient une chronique, depuis Septembre 2005, des évolutions constatées dans la société, de la fermeture de l'usine et de l'après.

Pour surfer, utilisez Firefox, un bon navigateur libre !

Powered by Blogger

x visites depuis le 27/10/2005

Fil de news. Lien copier-coller dans votre lecteur de news.

27 septembre, 2006

Bienvenus dans le désert du réel !

A ceux qui me reprochent (c'est de bonne guerre !) un optimisme béat, parlons un peu du chômage. Seuls les plus endormis croient encore qu'il baisse et le gouvernement fait valser les chiffres afin de convaincre d'un cercle vertueux (j'adore cette expression, un cercle peut être vertueux ou vicieux !). Borloo, l'hirsute ancien avocat d'affaires (peut être même des affaires, il eu Tapie comme client) n'est jamais le dernier à se féliciter des chiffres. Sacré farceur !

Sur Valence, il faut savoir qu'il est à ce jour impossible de réunir des statistiques fiables sur l'emploi. On sait que des usines ferment, que de petites entreprises viennent profiter de la manne de la zone franche (certaines se déplacent, et ne créent par conséquent pas d'emplois). Mais lorsqu'une société ferme, elle vire des personnes qui n'habitent pas forcement Valence. Par conséquent, ces chômeurs ne sont pas comptabilisés sur Valence. Aussi, lorsque comme c'est actuellement le cas, environ 800 emplois sont menacés sur Valence, seuls (!) peut être 300 à 500 (estimation à la louche) concernent directement la ville, le reste devenant le problème de Chabeuil, Tournon, Crest, où sais-je encore ? C'est un peu comme une pollution qu'il faudrait diluer pour qu'elle se voit moins. Ainsi, lorsque des élus arrivent avec une recette quasi miraculeuse pour ré-industrialiser un site ou une zone, ils ne se sentent pas forcement engagés pour les personnes ne relevant pas de leurs commune. Cela permet aussi le calcul de statistiques plus présentables. Finalement, tout va bien ! Malheureusement, il semble qu'un phénomène nouveau voit le jour. Avant, il y a quelques années, lorsque le chômage baissait, le nombre de RMIstes baissait de concert. Cela pouvait signifier que cette baisse était vraiment due à une reprise économique, fut-elle locale. A présent, alors que les chiffres du chômage baissent, le nombre de RMIstes monte, par un effet de vases communicants. Comme dirait Lavoisier, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ! Il ne travaillent toujours pas (les salauds !) ils ont changé de nom. J'oubliais, ils on changés de revenus aussi. Ils ont aussi vu se réduire considérablement leurs chances de retrouver un boulot durable, le statut de RMI étant quasiment devenu une marque d'infamie sociale. Ils ne sont plus à la charge de l'UNEDIC, mais à la charge de la région, donc des impôts locaux. Avec des contribuables de moins en moins solvables, de plus en plus de RMIstes à la charge de la région, cela commence à ressembler à un cercle salement vicieux.

Heureusement, tout n'est pas si noir. Notre époque féconde en concepts fumeux a inventé le reclassement, avec le cabinet qui va avec. Je me rappelle Altedia qui avait pour mission d'aider 7 personnes (anciennes de Reynolds, en 2004) sur Valence. Une est toujours sans boulot mais son cas est désespéré, elle a largement passé la cinquantaine (qu'elle me pardonne si elle me lit, ce n'est bien-sûr pas contre elle !) ! Je me souviens aussi qu'une conseillère en chef (ou directrice d'agence allez savoir) venait de Grenoble, avec un modeste coupé Mercedes pour nous faire un point sur les personnes à reclasser. Elle avait un faux air de prof de français un peu fatiguée. Et des fois, le discours dérapait complètement. On parlait alors d'atelier de relooking, de graphologie. On a jamais parlé d'astrologie (elle n'a pas osé, ou a simplement oublié ?). De toutes façons, il fallait savoir se vendre. En tous cas, j'ai compris que le reclassement est un business qui rapporte. Et les cabinet de reclassements ont compris que le marché est en pleine expansion (n'en voilà de la croissance !).

Comme ces cabinets s'y prennent (paraît-il) mieux que l'ANPE, on a mis tout ce petit monde en concurrence (lire absolument cet article, et si vous avez du rab, vous pouvez aussi soutenir ce journal). Evidement, il ne faut pas être trop regardant sur les résultats. Il y a plus de CDD que de CDI ! L'UNEDIC fait donc des appels d'offres (peut-être pas truqués, mais disons que le hasard fait bien les choses !) pour payer plus cher ce que des services publics font mieux pour moins cher. Tout ça sur le dos des chômeurs et des cotisants. Je suppose qu'il s'agit d'un gestion éclairée de fonds sociaux, gestion paritaire qui plus est !

Marx a démontré la nécessité qu'a le capital de tourner de plus en plus vite dans le circuit économique (je ne vais pas détailler ici, d'accord !) pour compenser les effets de la baisse tendentielle du taux de profit. Le chômeur c'est un peu pareil. Il tournera pour compenser la baisse tendentielle de son niveau de revenu. Il trouvera de plus en plus rarement un boulot stable, mais il tournera, de CDD et missions intérims entrecoupés de période de chômage. Il deviendra précaire. Et c'est bien, parce qu'un précaire, ça ne crée pas syndicat, ça n'agit pas en groupe, ce n'a pas le temps d'être solidaire. Un précaire ça a peur, et c'est très bien comme ça. Un précaire c'est l'employé qui dit oui (quand même plus sympa que la poupée qui dit toujours non, cette bécasse !). Ça n'a pas le temps de penser à autre chose qu'à sa pomme. C'est tout seul, un précaire. Donc, c'est moins cher. C'est l'individu idéal pour un système économique libéral, l'être humain réduit à sa seule capacité de travail. D'ailleurs les multinationales ne s'y trompent pas, elles savent bien où on trouve le travailleur qui dit oui. C'est souvent sous un régime politique assez fort (pas vraiment une dictature, enfin des fois, si !). La Tunisie par exemple. Dès qu'un type sent monter en lui des idées de démocratie ou de progrès social, il a le droit, mais s'il essaye d'écrire ou d'en discuter, il a tout de suite pleins de problème avec des gars en uniforme. Des fois il a même des accidents ... Mais bon, patience, grâce à Sarko, un simple faucheur d'OGM peut désormais être fiché, au même titre qu'un violeur, sur le fichier national des empreintes ADN (chaque refus, c'est 500 € d'amende !), alors que la délinquance en col blanc, non, le fichage s'effectue toujours en Suisse ou au Luxembourg !


Alors, oui je suis optimiste, mais ce n'est par inconscience, c'est parce que s'il y a ne serait-ce qu'une chance de sauver le site, il faut jouer cette carte à fond lorsque c'est possible. Et c'est maintenant que c'est possible.




posté par DiogenePasCynique le 27.9.06. Lien vers ce billet


13 Commentaires:
Anonymous Anonyme a dit...

Ton article concernant les anciens salariés licienciés en 2004 merite une petite précision:
Effectivement il y a encore une salariée sans travail mais il faut savoir que c'est de son fait car approchant des 56 ans lors des faits elle a choisi délibérement d'être dans cette situation. Calculons =
56 ans + 3 ans de chomage = 59 ans.
Ensuite je crois qu'elle a bénéficié d'una allocation spéciale qui faisait le joint avec les 60 ans fatidiques.

27/9/06 1:01 PM  
Blogger DiogenePasCynique a dit...

Les chances de retrouver un travail descent à son âge sont extrèment minces, aussi, elle a touché une compensation. Je ne crois pas qu'il faille inverser les causes et les effets. Je ne crois pas non plus que cela change fondamentalement le fond de la question...
@++

27/9/06 1:25 PM  
Anonymous Anonyme a dit...

Si lorsque l'on utilise la situation du site pour faire de la politique.

27/9/06 2:01 PM  
Blogger DiogenePasCynique a dit...

Ah, la politique. Si tous participaient justement un peu plus aux débats politique, on ne verrait pas, ou peut-être moins en tous cas, des lois dites de modernisation sociales qui réduisent les défences des salariés face aux délocalisation.

@++

27/9/06 2:24 PM  
Blogger zozar a dit...

Tout à fait d’accort mais restons dans le contexte et sauvons nos emplois face à ses requins

27/9/06 2:31 PM  
Anonymous Ella a dit...

La Politique le grand mot est laché, comme si c'était une grossièreté ou une cochonnerie. Ben oui justement la politique il faut en faire, parce que ce qu'on vit maintenant est tout à fait politique. Des choix ont été faits à un moment, des lois ont été votées, ( j'ai beaucoup aimé l'intervention de Laurent Tulasne à la mairie lundi soir )qui ont permis d'en arriver là. Alors quoi, on aurait juste le droit de dire ( et encore pas trop fort, juste un murmure...)qu'on est pas d'accord avec ce qui nous tombe sur la gueule sans pouvoir crier que non on ne veut pas de cette société. Celle là qui donne le droit aux directions de balayer d'un trait de plume 80 ans d'histoire et 256 familles le plus vite possible et le plus silencieusement possible. Sinon j'étais plantée hier soir aux alentours de minuit sur la 6, comme je suppose beaucoup d'entres vous, et j'ai été franchement heureuse de voir O. Besancenot brandir des stylos Reynolds et malgré Fogiel, pressé et limite désagréable, raconter un peu de notre combat. Il n'y a que lui pour l'instant qui a réussit à faire passer l'info. C'est bel et bien de la politique mais j'assume...

27/9/06 3:43 PM  
Anonymous Anonyme a dit...

Entièrement d'accord les délocalisations et la politique sont liés et qu'on le veuille ou non c'est indissociable. Donc interpellons nos femmes et hommes politiques comme il se doit et utilisons nos droits pour lutter contre cette injustice qu'est la fermeture d'une entreprise par des financiers que seul le profit intéresse .
dva

27/9/06 5:23 PM  
Anonymous Anonyme a dit...

Rien avoir avec les passions actuelles.
J'ai des problèmes avec les vidéos.
Il n'y a que la partie gauche de visible sur mon écran.
Je n'ai pas accés à droite pour installer le logiciel ni au archives des différentes manifestations.
Pouvez vous modifier la mise en page.
Je ne dois pas être le seul dans ce cas.
Merci

27/9/06 5:25 PM  
Blogger brigetoun a dit...

on peut aussi être fiché en visitant, pas en aidant, une personne éventuellement reconduite à la frontière.
Le monde du chomage : mes "petites filles" vont y entrer, mes plus jeunes nièces diplomées (psychologue et assistante sociale) viennent d'en sortir avec des boulots qui ne correspondaient pas à ce qu'elles voulaient

27/9/06 5:34 PM  
Anonymous plucomavan a dit...

Il n'y a que lui pour l'instant qui a réussit à faire passer l'info. C'est bel et bien de la politique mais j'assume MOI AUSSI.(C bien les "copier - coller")
Eh ben voila... et en plus un ptit lien pour votre culture personnel:
http://www.biobble.com/fr/2006-294/Olivier_Besancenot_biographie.html
Voila ca vous apprendra !!! na
A demain pour l'AG

27/9/06 11:15 PM  
Anonymous Anonyme a dit...

ATTENTION LES MENS IN BLACKS ONT DEBARQUES!!

28/9/06 6:48 AM  
Anonymous ALTERUN a dit...

Quelle démonstration sur la précarité ! Bravo DIOGENE !

Continuer votre juste combat !

29/9/06 9:31 AM  
Anonymous HN a dit...

La précarité,je connais:à coups de remplacements de qqs jours,de CDI à temps partiel,très très partiel,en se disant que ça peut mener à qq chose(comme la porte)...Effectivement,on ne pense qu'à sa pomme car on se sent seul.Alors vive l'optimisme et la solidarité.

29/9/06 8:40 PM  

Lien vers ce message:

Créer un lien

<< Page principale | Haut

Recherche

Web Restructuration

Quelques liens sur le reclassement.

Cette section s'affiche au bas de toutes les pages du blog. elle propose une sélection de liens vers des sites qui peuvent être utiles.

La Base de données Altedia vous permet, si vous avez un compte (demander les codes à un conseiller Altedia, à l'antenne Altedia.) de vous connecter à une base de donnés contenant des offres d'emplois identifiées. D'autres sites pour laisser un CV ou chercher des offres d'emplois : ANPE, Monster, JobMeeters, Carrires On Line, RhoneAlpesjob, Pôle Local d'Orientation du Grand Valentinois. On peut aussi viser le soleil : DOM Emplois, Runion Job, DOM-TOM Jobs. Pour les plus motivés, l'emploi à l'étranger : Job center (Grande Bretagne), EURES - The European Job Mobility Portal. Pour les cadres et techniciens : Cadre Emploi. Emploi spécialisé et interim : ADECCO, Kelly Scientifique.

Des modèles (format Word) de CV : AllCV.

D'autres faons de travailler. Le portage salarial : ITG, Portage +. Ce type de statut permet d'être indépendant en conservant un statut de salarié. Idéal pour tester l'idée avant de se lancer. En indépendant : Freelance.Com. Les Sociétés Coopératives Ouvrières de Production (Scops) : Scop Entreprises. Chambre de commerce de la Drôme, Agence Pour la Cration d'Entreprise (APCE).

Les réseaux : Xing (Open BC), Viaduc - Viadeo.

Le chômage : ASSEDIC, Actu Chômage (un site militant d'actualité, à suivre !).

Si vous n'avez pas internet mais souhaitez quand même disposer gratuitement d'une adresse électronique (accessible de n'importe quel ordinateur, cellule Altedia, cyber-café etc.) : La Poste, Yahoo, Hotmail et GMail (sur invitations ).

Des outils libres et gratuits : Navigateur internet Firefox, messagerie Thunderbird, suite bureautique Open Office, et tout le reste sur Framasoft. Vos applications libres et portables sur votre clef USB : Framakey, PortableApps.com.