GÂCHIS REYNOLDS

Suppression des 256 postes de production sur le site de l'usine Reynolds de Valence qui fabriquait les stylos REYNOLDS (filiale du groupe Newell Rubbermaid). Ce blog tient une chronique, depuis Septembre 2005, des évolutions constatées dans la société, de la fermeture de l'usine et de l'après.

Pour surfer, utilisez Firefox, un bon navigateur libre !

Powered by Blogger

x visites depuis le 27/10/2005

Fil de news. Lien copier-coller dans votre lecteur de news.

14 octobre, 2006

Au Conseil Régional ...

Plus de 300 salariés de Reynolds, Rieter, Rhodia et Sétila avaient fait jeudi dernier le déplacement en car vers le conseil régional.

Une délégation a été reçu par, entre autre, le vice-président, Mme Puthot, M Bochaton et une conseillère Verte. Le point a été fait sur les différentes situations des entreprises par leurs représentants des salariés. Les élus du conseil ont évoqué la mise en place d'un dispositif de garantie de prêt pour les éventuels repreneurs d'entreprises en difficultés, le Fond Régional pour l'Emploi. Une délibération a été présentée par Mme Puthot l'après midi suivant la réunion avec les syndicats. Les élus remarquent en effet que les systèmes de subventions n'ont pas fait la preuve de leur efficacité et sont pervertis par les effets d'aubaines. En définitive, le monde politique, en l'état, ne peut que faire en sorte que des conditions soient favorables à l'emploi, mais ne peut toujours pas, sauf par une influence dont on connais mal l'efficacité, influencer la gestion d'une entreprise privée. C'est ici la limite de leur action. Je dois reconnaître avoir un peu de mal à relier directement des discours relatifs à des dispositifs ou des tables rondes à la sauvegarde effective d'emplois, de nos emplois. Mais cela est surtout du à ma tournure d'esprit, pas du tout adaptée aux méandres juridiques par lesquels passent nos règles de vie en commun. La journée s'est déroulé dans un calme acceptable (il y a bien eu une tentative d'entrée en force dans les locaux du conseil, mais tout est vite rentré dans l'ordre).

Au retour à Valence, la foule enthousiaste entreprit un tour d'usine au sons de tambours improvisés. Malheureusement, la queue du cortège a aperçu Mme Schorter Le Bret et M Leclerc qui s'en allaient prendre leur train. Le cortège fit alors demi-tour et entra dans les bâtiments à grand bruit. Comme il est toujours à craindre d'une foule, surtout lorsqu'elle est confinée, des excès comportementaux ont eu lieu et le bureau de M Ricome a été mis en désordre et des nom d'oiseaux ont fusé. Evidement, il est difficile de cautionner cette dernière action, et en l'occurrence, je ne la cautionne pas, mais je puis comprendre la rage qui peu saisir les anciens collaborateurs de M Ricome à sa seule vue. Désolé, mais objectivement, il s'en tire à bon compte ! Il a été aperçu le lendemain, sur la terrasse parisienne de Sanford Ecriture, passant on ne sait trop quel coup de fil, seul, sa chemise blanche un peu trempée, de sueur froide je suppose. Je ne comprend pas, vraiment, comment on peut trahir ses collègues à ce point. Les services anglo-saxons utilisent l'acronyme MISE (Money, Ideology, Sex, Ego) pour exprimer les leviers sur lesquels agir pour conduire un individu à la trahison. Gaffe, si une brune incendiaire micro-juppée vous entreprend, oeil de velours et lèvres sensuelles, avec une valise pleine de billet en voulant discuter de votre opinion éclairée de la pensée de Babar, on veut probablement vous soutirer votre indispensable recette des oeufs au plats ! Sur quels leviers a-t-on agi dans le cas de M Ricome ?

Il semble, mais je n'ai que des infos fragmentaires, que le bureau de M Badoil ait été arrosé d'encre bille, pour des raison identiques à celles qui ont conduit au désordre du bureau de Ricome. Il apparaît aussi que le haut management, peu au fait de la nature de cette encre, ait quelques difficultés à suggérer des solutions crédibles de nettoyage. Alors, dans le cadre d'un échange constructif je vais me permettre de suggérer une direction pas trop mauvaise. Les encres billes non pigmentées sont solubles dans l'éthanol (celui du comas !). Pour de grandes quantités, il et préférable de récupérer le maximum de l'encre au moyen de racloirs (cette encre a un consistance proche de celle du miel), puis de chiffons, à sec. Le reste de l'encre disparaîtra sous les actions conjuguées d'un essuyage au moyen de chiffons, d'alcool et d'huile de coude. Les support poreux verront subsister quelques traces. Evidement, l'usage de solvant en lieu clos impose le port des équipements de protection ad'hoc.

Aux dernières nouvelles, la direction souhaite sanctionner. Si jamais des victimes expiatoires étaient tirées au sort, il serait de bon ton que tout le monde se dénonce, mais nous aurons plus de précisions lundi.

Sur les derniers commentaires, merci aux précisions sur les études de Stanley Milgram. Je vous redemande par contre de choisir un pseudo, c'est plus sympa qu'anonymous qui rend les choses tellement impersonnelles. Pour ce qui est de l'utilisation de cette étude pour rendre compte des foules, je ne suis pas certain que ce soit pertinent. Gustave Lebon avait étudié cela en son temps. Une foule est un système, selon lui, dont la capacité de reflexion est inférieure au plus stupide de ses composants. On est pas rendu ! Il existe sans doute des données plus récentes (Lebon puise beaucoup dans les récit de faits datant de la fin du XVIIIeme siècle), mais les faits lui donnent un peu raison. Par contre les résultats de Stanley Milgram peuvent rendre compte du comportement du management, mais je crois qu'il faut tempérer cela par le fait que beaucoup, sinon la totalité du management est acquis à une certaine vision de l'économie, du moins autant que le permette la profondeur de leur réflexion à ce sujet. Aussi, ils reste assez de cohérence entre la pensée et les actions. Mais on peut aussi considérer que l'autorité est ici représentée par l'idéologie de marché.

Pour des infos sur la négo schizophrène sur le plan de pré-retraite qui a eu lieu vendredi, je laisse la primeur aux syndicats.

J'apporte une précision sur le clash et le refus de la CFDT de revenir sur les acquis. Je peux affirmer sans crainte d'être contredit par l'intéressée (MK) lui-même, ainsi que par le DRH de l'époque, que des pistes de négociations étaient disponibles et des perches tendues par les syndicats. Elles n'ont pas été utilisées alors qu'au cours de plusieurs CE de l'époque la question a été évoquée et les préalables clairement exprimés. Il faut être deux pour négocier. Je rappelle aussi qu'un accord de travail le week-end avait été signé peu avant. Je rappelle enfin que cet accord n'a pas fait l'objet de la mise en oeuvre qu'on pouvait attendre. Maintenant je tiens aussi à préciser que M Kouyoumdjian disposait à l'époque des ressources (en terme de compétences internes) qu'il n'a pas utilisé au mieux. Il a préféré entendre ce qu'il aimait plutôt que des analyses objectives et pertinentes qui lui ont pourtant été soumises. Cela me désole, pour lui, mais surtout pour nous. Il y avait, soyons clair, un gros probleme au moulage, et il a fallu des mois avant qu'il se rende compte que l'analyse des syndicats (et pas seulement la CFDT !) était pertinente (là encore, la maestria était présente !). Désolé pour lui, mais je ne regrette pas MK. Je regrette simplement qu'aucun de ses successeurs n'ait pu ou n'ait eu le temps d'inverser les choses. Il est très clairement question de (manque de) compétence dans tout cela. Mais M Badoil (restons clair !) connaît bien la question. Ceux qui acceptent encore de lui adresser la parole pourront, en inversant soigneusement le sens de ses propos, se faire une idée. Moi, il ne peut rien m'apprendre sinon le plus court chemin vers un état exactement contraire à toutes mes aspirations.


Libellés :


posté par DiogenePasCynique le 14.10.06. Lien vers ce billet


6 Commentaires:
Anonymous Anonyme a dit...

et bien!!!!a la lecture de tout ça, je vois que rien ne s'arrange,sinon que ça s'agrave!!!!!! faite gaffe que ça ne vous petes pas a la gueule!!!! il y a des choses qui ne se font pas.....mais bon chacun voit midi a sa porte

15/10/06 1:30 AM  
Anonymous plucomavan a dit...

C vrai ya des choses qui ne se font pas: comme fermer une boite qui gagne de l'argent, de virer 256 personnes au nom du profit a court therme, de mentir aux salariés depuis 2004, d'organiser des reunions de lean manufacturing alors que l'on veut fermer la production, de faire deplacer les machines le week end pour une soit disante "mise en ligne"....
Il est temps de devoiler notre colere devant tout ces mensonges et de montrer la haine envers ceux qui collaborent à ce drame.
C'est eux qui ont organiser ce désordre et ce climat, il doivent en assumer les consequences.Aucun salariés ne doient se sentir coupable et à le droit d'exprimer sa colére à sa facon.
Restons soudés pour affronter ce passage incontournable de la lutte.
Toujours actifs, toujours solidaires

15/10/06 9:55 AM  
Blogger Victor a dit...

Bonjour Diogene, SLC,
Pourrions nous passer une annonce dans différents supports (Internet, hebdomadaires, presse spécialisée, …) pour que nous puissions RECRUTER un Directeur d’Usine qui nous reprendrait, j’explique :Nous demandons aux candidats de monter un dossier de reprise du site Reynolds à Valence, avec- tout le cortège des aides de la Ville, du Département, de la Région, de l’Etat et de UE.- et la mise en valeur de notre savoir faire.Le but est de garder un maximum d’emplois sur notre site, travailler et vendre notre production de stylos à Sanford avec un contrat d’exclusivité, une garantie pour un nombre d’années à fixer. On peut envisager par exemple que l’année N notre Usine fournisse Sanford pour 85% de notre Chiffre d’Affaires, l’année N +1 l’on fournisse Sanford pour 75%, etc. … et le nouveau Directeur d’Usine de trouver progressivement des marchés nous permettant de nous désolidariser progressivement du joug de Sanford.Le recrutement se faisant sur le dossier, le plus avantageux pour l’emploi du site actuel qui aura « décroché » les meilleures aides, monté les meilleurs dossiers, … et élaboré les meilleurs projets de diversification de la production. A ce sujet, j’ai entendu une idée qui me plait assez : ne pourrions nous pas profiter de notre savoir faire pour être un des sous-traitants de MAPED et d’autres …!!
JD

15/10/06 5:23 PM  
Anonymous Anonyme a dit...

La majorité des gens sont de ton avis au sujet de Ricome et de Badoil, ils méritent le goudron et les plumes.
Ignace est plus acceptable, il fait son (sale) boulot, il ne nous a pas trahit lui.

Il faudrait demander à Ricome si ce n’est pas un motif de licenciement de passer les jeudi après midi dans son fourgon avec une Mme P-----
alors que Mr Fegy et Mr Raou attendaient le développement de la pointe courte.
C'est à la limite de la vie privé, puisque cela se passait pendant les heures où il aurait du se trouver au boulot.

15/10/06 9:04 PM  
Blogger poudredescampette a dit...

Ca devient un peu glauque, le dernier commentaire est de trop, (n'oubliez pas que le goudron et la plume sont d'anciennes méthodes américaines aussi injustes qu'abominables, ) un peu de retenue diable! Je sais que l'affaire Villemin est de nouveau à la une de nos médiocres programmes télé, mais quand même!.

16/10/06 10:50 AM  
Anonymous FIONA a dit...

concernant l'idée de reprise de l'usine et du travail en sous traitance, il ne faut pas oubloier que Sanford veut garder la marque Reynolds. Donc il faudra =
1° être capable de produire à des prix compétitifs (comme la Chine, la Tunisie ou l'Inde)
2° à terme pouvoir inventer de nouveaux produits avec une marque distincte de Reynolds et se faire connaître

Donc tout un programme à bien ficeler pour être crédible et pour trouver des financelments.

16/10/06 11:06 AM  

Lien vers ce message:

Créer un lien

<< Page principale | Haut

Recherche

Web Restructuration

Quelques liens sur le reclassement.

Cette section s'affiche au bas de toutes les pages du blog. elle propose une sélection de liens vers des sites qui peuvent être utiles.

La Base de données Altedia vous permet, si vous avez un compte (demander les codes à un conseiller Altedia, à l'antenne Altedia.) de vous connecter à une base de donnés contenant des offres d'emplois identifiées. D'autres sites pour laisser un CV ou chercher des offres d'emplois : ANPE, Monster, JobMeeters, Carrires On Line, RhoneAlpesjob, Pôle Local d'Orientation du Grand Valentinois. On peut aussi viser le soleil : DOM Emplois, Runion Job, DOM-TOM Jobs. Pour les plus motivés, l'emploi à l'étranger : Job center (Grande Bretagne), EURES - The European Job Mobility Portal. Pour les cadres et techniciens : Cadre Emploi. Emploi spécialisé et interim : ADECCO, Kelly Scientifique.

Des modèles (format Word) de CV : AllCV.

D'autres faons de travailler. Le portage salarial : ITG, Portage +. Ce type de statut permet d'être indépendant en conservant un statut de salarié. Idéal pour tester l'idée avant de se lancer. En indépendant : Freelance.Com. Les Sociétés Coopératives Ouvrières de Production (Scops) : Scop Entreprises. Chambre de commerce de la Drôme, Agence Pour la Cration d'Entreprise (APCE).

Les réseaux : Xing (Open BC), Viaduc - Viadeo.

Le chômage : ASSEDIC, Actu Chômage (un site militant d'actualité, à suivre !).

Si vous n'avez pas internet mais souhaitez quand même disposer gratuitement d'une adresse électronique (accessible de n'importe quel ordinateur, cellule Altedia, cyber-café etc.) : La Poste, Yahoo, Hotmail et GMail (sur invitations ).

Des outils libres et gratuits : Navigateur internet Firefox, messagerie Thunderbird, suite bureautique Open Office, et tout le reste sur Framasoft. Vos applications libres et portables sur votre clef USB : Framakey, PortableApps.com.