GÂCHIS REYNOLDS

Suppression des 256 postes de production sur le site de l'usine Reynolds de Valence qui fabriquait les stylos REYNOLDS (filiale du groupe Newell Rubbermaid). Ce blog tient une chronique, depuis Septembre 2005, des évolutions constatées dans la société, de la fermeture de l'usine et de l'après.

Pour surfer, utilisez Firefox, un bon navigateur libre !

Powered by Blogger

x visites depuis le 27/10/2005

Fil de news. Lien copier-coller dans votre lecteur de news.

22 novembre, 2006

Ministre et consultants.


M Bernard Piras, sénateur et maire de Bourg-les-Valence est, depuis le début, sensible et impliqué dans la lutte des Reynolds. J'en profite pour le remercier ici de son aide. Il a alerté ses collègues sénateurs ainsi que plusieurs ministères sur notre situation. La plupart des ministres ont répondu sur le mode « je transmets à mon conseiller et vous tiendrai informés ». M Breton se distingue de ses collègues en cela qu'il a totalement intégré le discours de la direction. En effet, avant de dire qu'il transmet le dossier à quelque énarque de son cabinet, il reprend exactement l'argumentaire de Sanford Brands. Je constate, et je m'interroge aussi. Partisan moi-même du moindre effort (motivation sans laquelle il n'est point de progrès possible) je me dis qu'il aurait pu éviter d'écrire ce paragraphe. Alors pourquoi ? Souhaite-t-il montrer à quel point il a vraiment pris ce dossier à bras le corps, s'est senti vraiment investi, l'a emporté pour l'étudier en rentrant dans le calme feutré d'une limousine, voire l'annoter, oubliant sur le bureau le dossier de la fusion GDF ? Mais dans ce cas, il aurait put porter un semblant de regard critique sur la stratégie industrielle du groupe. Après tout, après avoir été à la tête de Thomson, avoir été au conseil d'administration de Rodhia (poste pour lequel il risque encore, au vu de sa gestion, d'avoir des entrevues avec un juge accrocheur) il pourrait, sans qu'on se moque, porter un avis, sinon pertinent, du moins crédible. Mais non, il cite quasiment mot pour mot les propos de la direction de Sanford Brands et l'argumentaire du Livre IV. Il est certes possible que cette direction ait eu les honneurs du ministère, mais je penche pour une autre hypothèse. Je pense que les faits décris dans cet article, le projet d'approche des différents acteurs institutionnels pour vendre la fermeture du site, sont confirmés. Peut-être est-ce un autre cabinet de consultant, peut-être est-ce Bernard Krief Consulting, mais je pense désormais qu'un contrat a effectivement été signé et honoré. Si quelqu'un a des éléments, prière de me contacter, soit via les commentaires, soit par un message privé sur le forum.

Mais hier, c'était aussi une réunion du CE au cours duquel le cabinet BPIL'énergie du changement » !) présentait sa méthode pour réindustrialiser le site. Comme il est d'usage dans ce type de réunions, les membres du CE on eut droit, j'vous l'donne Émile, à une présentation Power-Point (à ce propos, lisez ce texte fin et lucide, Devenez beau riche et intelligent avec PowerPoint Excel et Word, alors qu'on peut être cool, frugal et zen avec Open Office, Firefox et Thunderbird !). Un certain nombre de mots sont revenus de façon récurrente au cours du discours : impacter – objectif - restructuration - effectivement – opération - emploi – favoriser – périmètre – in fine (on m'aurait reproché de l'oublier !) - dynamiser – territoire – accompagner – feuille de route – revitalisation – opération coup de poing – problématique – dispositif – timing – ingénieur d'implantation – finaliser – attirer la chance – phasage. L'idée générale, c'est d'attirer des entreprises en leur vantant les mérites du site. Il s'agit de créer des emplois, par forcement pour les Reynolds, mais le CE a demandé que les personnel de Reynolds soit favorisé. A priori, ça a marché en d'autres endroits alors. Par contre, l'intervenant n'a pas caché au CE que cette démarche prend du temps. Il s'agit de trier le bon grain de l'ivraie (les entrepreneurs chasseurs de primes) et de favoriser des entreprises qui resteraient. Ce dispositif, la convention de revitalisation, associe l'Etat, via la préfecture, et Sanford, BPI étant le prestataire. Les représentants des salariés pourraient être associés au dispositif, mais c'est en cours de discussion. Il ne semble pas y avoir d'opposition de principe. Cette prestation vient en complément du cabinet de reclassement (qui n'est pas définitivement choisi). Pour simplifier à l'extrême, le cabinet de reclassement s'occupe des personnes, et BPI des futures entreprises, mais ils ont le droit de communiquer entre eux !

Pour répondre aux commentaires, Nonaladelocalisation, le CE ne donnera son avis sur les différents Livres que lorsqu'il s'estimera suffisamment informé et pourra par conséquent donner un avis éclairé. Dans des cas extrêmes, des employeurs estiment que lorsqu'un CE ne donne pas d'avis, c'est un avis. Cela se règle devant les tribunaux. La jurisprudence est ambiguë à ce sujet, aussi, aller en justice sur ce point comporte des risques (outre la longueur de la procédure). Bimbo (il y en a donc une !), si les délégués appelaient à cesser le travail, cela signifierait une grève, avec les conséquences financières que cela comporte (à l'approche de Noël, ce n'est pas conseillé !). Aussi, je crois que c'est à chaque salarié de décider de l'attitude qu'il adopte.

Enfin, un article (à compléter) sur Newell Rubbermaid dans Wikipédia.

Libellés : , ,


posté par DiogenePasCynique le 22.11.06. Lien vers ce billet


1 Commentaires:
Blogger DiogenePasCynique a dit...

Bonjour,
J'ai souvent parlé dans ce blog du journaliste Denis Robert. Un comité dde soutient a été créé sur le site http://lesoutien.blogspot.com/.
Pour ceux qui ont des difficultés à afficher les commentaires, je leur suggère de passer à la version 6 d'internet explorer, ou carrement à Firefox 1.5 ou 2.

@++

22/11/06 12:24 PM  

Lien vers ce message:

Créer un lien

<< Page principale | Haut

Recherche

Web Restructuration

Quelques liens sur le reclassement.

Cette section s'affiche au bas de toutes les pages du blog. elle propose une sélection de liens vers des sites qui peuvent être utiles.

La Base de données Altedia vous permet, si vous avez un compte (demander les codes à un conseiller Altedia, à l'antenne Altedia.) de vous connecter à une base de donnés contenant des offres d'emplois identifiées. D'autres sites pour laisser un CV ou chercher des offres d'emplois : ANPE, Monster, JobMeeters, Carrires On Line, RhoneAlpesjob, Pôle Local d'Orientation du Grand Valentinois. On peut aussi viser le soleil : DOM Emplois, Runion Job, DOM-TOM Jobs. Pour les plus motivés, l'emploi à l'étranger : Job center (Grande Bretagne), EURES - The European Job Mobility Portal. Pour les cadres et techniciens : Cadre Emploi. Emploi spécialisé et interim : ADECCO, Kelly Scientifique.

Des modèles (format Word) de CV : AllCV.

D'autres faons de travailler. Le portage salarial : ITG, Portage +. Ce type de statut permet d'être indépendant en conservant un statut de salarié. Idéal pour tester l'idée avant de se lancer. En indépendant : Freelance.Com. Les Sociétés Coopératives Ouvrières de Production (Scops) : Scop Entreprises. Chambre de commerce de la Drôme, Agence Pour la Cration d'Entreprise (APCE).

Les réseaux : Xing (Open BC), Viaduc - Viadeo.

Le chômage : ASSEDIC, Actu Chômage (un site militant d'actualité, à suivre !).

Si vous n'avez pas internet mais souhaitez quand même disposer gratuitement d'une adresse électronique (accessible de n'importe quel ordinateur, cellule Altedia, cyber-café etc.) : La Poste, Yahoo, Hotmail et GMail (sur invitations ).

Des outils libres et gratuits : Navigateur internet Firefox, messagerie Thunderbird, suite bureautique Open Office, et tout le reste sur Framasoft. Vos applications libres et portables sur votre clef USB : Framakey, PortableApps.com.